Aller au contenu

Réforme de l’État : Alain Claeys montre la voie

Le député maire PS de Poitiers a donné une inter­view sur le char­cu­tage des terri­toires

Dans une inter­view de la Nouvelle Répu­blique (24/09/15) A. Claeys nous dit tout du fonc­tion­ne­ment et des objec­tifs pour­sui­vis par le redé­cou­page de l’État qui va toujours – l’avez-vous remarqué ? – vers une struc­ture plus grosse et s’éloi­gnant du legs de la révo­lu­tion française (commune, dépar­te­ment, état) : agglo­mé­ra­tion des Régions en grandes Régions, la métro­po­li­sa­tion, la dispa­ri­tion program­mée des dépar­te­ments, le regrou­pe­ment par grandes commu­nau­tés d’ag­glo­mé­ra­tions, la réduc­tion de l’au­to­no­mie des muni­ci­pa­li­tés au profit de l’in­ter­com­mu­na­lité.

Cela vaut le coup de citer in extenso notre homme poli­tique. À une ques­tion sur les « grandes inter­com­mu­na­li­tés » il répond : « l’agran­dis­se­ment du péri­mètre de l’ag­glo­mé­ra­tion de Poitiers est indis­pen­sable pour assu­rer la péren­nité des grandes fonc­tions urbaines et pour exis­ter dans la compé­ti­tion écono­mique entre les terri­toires. Les inter­com­mu­na­li­tés doivent être puis­santes  ».

Dans cette phrase il a deux infor­ma­tions impor­tantes. La première c’est que l’État va conti­nuer son désen­ga­ge­ment au profit des nouvelles collec­ti­vi­tés terri­to­riales (« assu­rer la péren­nité »). La deuxième c’est que le but de ces nouvelles insti­tu­tions c’est d’orien­ter le fonc­tion­ne­ment des insti­tu­tions d’abord et avant tout vers la compé­ti­tion écono­mique, d’im­po­ser une mise en concur­rence des nouveaux terri­toires entre eux et cesser de prétendre exis­ter pour la satis­fac­tion (réali­sée ou pas) des besoins de la popu­la­tion. Il s’agit donc d’in­tro­duire le fonc­tion­ne­ment du capi­ta­lisme dans ce qui y échap­pait jusqu’a­lors en partie (collec­ti­vi­tés terri­to­riales, de la même façon dans les services publics, les statuts et conven­tions collec­tives, etc). Il s’agit, pour dire les choses autre­ment, de mettre en œuvre la « concur­rence libre et non faus­sée », base idéo­lo­gique de l’Union Euro­péenne, injonc­tion des trans­na­tio­nales. Dans cette histoire il n’y a pas de place pour l’épais­seur histo­rique des terri­toires et le débat démo­cra­tique.

Bien sûr ce genre de fonc­tion­ne­ment – c’est une consta­ta­tion – ne marche que pour concen­trer encore plus les richesses vers les très riches. La popu­la­tion à tout à perdre à un fonc­tion­ne­ment ainsi de l’État. A. Claeys le sait. L’éche­lon dépar­te­men­tal se spécia­li­sera donc. Il ne sert plus qu’à s’oc­cu­per de la soli­da­rité : «  les dépar­te­ments ont perdu leur compé­tence géné­rale. Ils sont centrés sur une mission centrale qui est la soli­da­rité  ». En clair, exit les choix poli­tiques, bien­ve­nue à l’ad­mi­nis­tra­tion des choses. Il y aura les insti­tu­tions qui s’oc­cu­pe­ront du busi­ness (la grande Région) et celle (le dépar­te­ment) qui sera la voiture balai du capi­ta­lisme triom­phant, qui s’oc­cu­pera de l’ad­mi­nis­tra­tion de la misère et des dégâts provoqués.

« Je souhaite travailler avec le président du conseil dépar­te­men­tal et avec celui de l’as­so­cia­tion des maires de la Vienne  » déclare le député maire. Qui décide ? La popu­la­tion ? Le peuple souve­rain ? Que nenni ? Les élu-es ? Pas tou-tes et pas n’im­porte qui.

Quelle consi­dé­ra­tion peut-on avoir pour cette gauche-là, celle du PS et de ses alliés, qui se fait élire sur un programme de gauche (« l’en­nemi c’est la finance ») et fait une poli­tique qui enchante le MEDEF et l’Union euro­péenne, et donc brise les soli­da­ri­tés, les protec­tions sociales et les services publics et laisse cour­rir le chômage et l’ex­ploi­ta­tion.

Quelle consi­dé­ra­tion pour ces gens-là qui dépos­sèdent la popu­la­tion de sa citoyen­neté et de son pouvoir d’agir, de déci­der et de contrô­ler. Comment ne pas comprendre l’écœu­re­ment, la rési­gna­tion qui se mani­feste dans l’abs­ten­tion élec­to­rale ou la haine contre la caste des puis­sant-es dans le vote fasci­sant du FN ?

Nous n’avons rien à faire avec cette gôche et certai­ne­ment pas lui donner une caution de gauche en parti­ci­pant à ses majo­ri­tés. L’al­ter­na­tive popu­laire à gauche passera forcé­ment par l’af­fai­blis­se­ment de ces libé­raux. Il nous faudra égale­ment perver­tir ces insti­tu­tions impo­sées auto­ri­tai­re­ment.

Pascal Canaud

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.