Aller au contenu

Service civique obli­ga­toire : volon­ta­riat forcé et vacances en JDC

Péti­tion initiée par : Alter­na­tive liber­taire, Ensemble, Géné­ra­tion Précaire, JC, Jeunes écolo­gistes, Parti de gauche, Soli­daires étudiant-e-s, UNEF

« Suite à la mobi­li­sa­tion massive contre la Loi Travail depuis près de 4 mois, parti­cu­liè­re­ment impor­tante chez les étudiant-e-s, lycéen-ne-s et jeunes travailleuses/eurs, l’As­sem­blée natio­nale a adopté un amen­de­ment prévoyant le Service Civique Obli­ga­toire.

Ce service « civique » obli­ga­toire se compo­se­rait de deux phases :

– La première phase, ayant lieu du 1er juillet au 1er octobre l’an­née de ses 18 ans, repré­sen­te­rait 3 mois de « classe répu­bli­caine » obli­ga­toire, alors que cette période est, pour nombre d’entre nous, un moment char­nière entre la fin du lycée et le début des études supé­rieures et/ou du travail sala­rié. Le parle­ment préfère mettre un panse­ment sur une jambe de bois plutôt que d’in­ves­tir dura­ble­ment dans une éduca­tion qui tombe en ruines : alors que les réformes scolaires se multi­plient, les moyens finan­ciers ne suivent pas et l’école n’est pas en mesure de lutter contre les inéga­li­tés. De plus, nous crai­gnons que soit diffu­sée une vision auto­ri­taire qui gomme­rait les inéga­li­tés exis­tantes dans la société.

– La deuxième phase est une période de travail, présen­tée comme une succes­sion de missions d’in­té­rêt natio­nal au sein d’as­so­cia­tions, de services publics ou d’en­tre­prises de l’ESS, « indem­ni­sée » 470 euros par mois et non-régie par le code du travail et donc sans aucune protec­tion sala­riale (chômage, retrai­te…). La durée de travail d’au moins 24h, pourra aller jusqu’à 48h par semaine, ce qui fait 2,44 euros de l’heure. L’in­dem­ni­sa­tion est nette­ment infé­rieure au seuil de pauvreté, fixé en France à 800€ : elle ne permet­tra en aucun cas aux jeunes de se loger, de se nour­rir, et de vivre pendant ces 6 mois d’em­ploi déguisé.

Présenté à l’ori­gine comme un dispo­si­tif d’in­ser­tion et d’en­ga­ge­ment des jeunes et de soutien au dyna­misme asso­cia­tif, le service civique sert ainsi de prétexte à préca­ri­ser encore plus les jeunes, en les exploi­tant en dehors de tout droit du travail.

Fina­le­ment, l’amen­de­ment sur le service civique obli­ga­toire repré­sen­te­rait 9 mois de travail obli­ga­toire et de propa­gande entre 18 et 25 ans, dont 3 mois dès l’été des 18 ans. Il véhi­cule une vision auto­ri­taire de l’édu­ca­tion et est une atteinte fonda­men­tale aux droits des sala­rié-e-s.

Nous exigeons donc le retrait pur et simple de cet amen­de­ment et l’in­té­gra­tion des personnes en service civique au droit commun du travail (chômage, retraite, droits syndi­caux…).

Pour montrer notre mécon­ten­te­ment massif, signons la péti­tion, première étape d’une mobi­li­sa­tion plus large :
https://www.change.org/p/assem­blée-natio­nale-contre-le-service-civique-obli­ga­toire« 

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.