Aller au contenu

Témoi­gnage sur Bernard Bour­det

Un témoi­gnage de Bertrand Geay

Oui c’est un choc.

Nous avons vu Bernard il y a quelques semaines encore, car il s’était investi dans l’Ins­ti­tut d’Etudes Popu­laires (IEPop)  et nous avait en parti­cu­lier aidés à nouer des liens avec la maison de quar­tier de la Gibau­de­rie.

Bernard disait qu’il avait quelques menus ennuis de santé. Il s’ex­cu­sait d’avoir des diffi­cul­tés d’élo­cu­tion ces derniers temps.

Il avait été parmi les premiers orga­ni­sa­teurs du premier collec­tif AC! (Agir ensemble contre le chômage), en 1993–94.

Nous avions orga­nisé l’ac­cueil des premières marches de chômeurs, des premières mani­fes­ta­tions à Paris, des premières distri­bu­tions de tracts sur le marché qui avaient permis de consti­tuer un petit groupe actif mêlant chômeurs et sala­riés, syndi­ca­listes, étudiants et mili­tants poli­tiques.

L’un des moments forts de cette période d’AC! avait été l’im­pro­bable cara­vane contre le chômage que l’on avait fait tour­ner dans la région, en recou­rant à un cirque fami­lial. Et bien sûr l’ou­ver­ture de la première Maison de la soli­da­rité.

Il y eut aussi ces formi­dables départs en car pour Amster­dam ou Franc­fort, pour les manifs inter­na­tio­nales contre la préca­rité. Nous y allions avec quelques dizaines de mili­tants et de chômeurs qui parfois n’étaient jamais allé à de grandes mani­fes­ta­tions. Et nous retrou­vions là-bas des cortèges de mili­tants inter­na­tio­na­listes de toutes les couleurs, des plus modé­rés aux plus radi­caux.

Le « mouve­ment des chômeurs » avait préparé le grand mouve­ment social de 1995 et il avait ensuite béné­fi­cié de la dyna­mique de mobi­li­sa­tion créée par cet hiver de luttes. Quelques années plus tard, les chômeurs occu­paient les Asse­dic, avec comme mots d’ordre, l’aug­men­ta­tion immé­diate de tous les minima sociaux et l’abo­li­tion du chômage!

Le mouve­ment alter­mon­dia­liste prenait son essor. Bernard le rejoi­nit en deve­nant un mili­tant d’ATTAC.

Ancien commu­niste, il reje­tait aussi bien les restes d’un certain secta­risme que les compro­mis­sions de ceux qui crai­gnaient de voir leur vie se termi­ner sans que leurs talents mili­tants soient récom­pen­sés.

Dans les années 2000, il a tout natu­rel­le­ment rejoint les collec­tifs anti­li­bé­raux, il s’est réjoui de la créa­tion du Front de gauche, il demeu­rait impa­tient de voir l’émer­gence d’un véri­table mouve­ment poli­tique rassem­blant l’en­semble de la gauche encore à gauche, un mouve­ment unitaire, popu­laire, écolo­giste, huma­niste.

Ancien ensei­gnant et mili­tant de l’édu­ca­tion popu­laire, il prenait un soin tout parti­cu­lier à la simpli­cité des argu­men­taires, à la promo­tion des nouveaux mili­tants, à l’ef­fi­ca­cité des collec­tifs.

Il conce­vait l’en­ga­ge­ment comme une manière de vivre, sa vie comme un enga­ge­ment.

C’est aussi comme cela qu’il a décidé, avec une incroyable séré­nité, de finir sa vie.

Bertrand Geay

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Témoi­gnage sur Bernard Bour­det »

  1. Stéphane Thuault dit :

    Et oui … Bertrand, moi justement le moment où tu commences c’est le moment que je n’ai pas connu ; par contre que de moments partagés à partir des Comités Juquin (de celui de Poitiers) où Bernard était en effet toujours actif pour construire et faire avancer, et ceci avec une grande gentillesse !!! « Juste quelqu’un de bien … » (comme dit la chanson).

     

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.