Aller au contenu

Valls 2… Une alter­na­tive de gauche, vite !

La nomi­na­tion d’Em­ma­nuel Macron, un banquier, au minis­tère de l’Éco­no­mie symbo­lise la soumis­sion du gouver­ne­ment Valls 2 aux exigences de la finance et des grands patrons.

Gattaz et le Medef n’ont plus qu’à applau­dir !

Après des dizaines de milliards offerts par Hollande aux patrons avec le Crédit d’Im­pôt Compé­ti­ti­vité, avec Valls 2, ce sera « encore plus loin, encore plus fort » :

· le « pacte de respon­sa­bi­lité » : 35 milliards d’al­lè­ge­ment des coti­sa­tions sociales pour les patrons, 50 milliards de coupes budgé­taires pour nous gel des aides sociales, dérem­bour­se­ment de médi­ca­ments, ferme­ture de services hospi­ta­liers, baisse des dota­tions pour les collec­ti­vi­tés, suppres­sions de postes dans les services publics….

· la remise en cause des 35h, la suspen­sion ou l’abais­se­ment des seuils sociaux ouvrant des obli­ga­tions aux entre­prises en matière de repré­sen­ta­tion des person­nels, qui prive­rait nombre de sala­rié-e-s du droit à être repré­senté-e-s auprès de leurs employeurs

· le traité du Grand Marché Tran­sat­lan­tique Union Euro­péenne/États-Unis : une déré­gle­men­ta­tion totale des normes sociales et envi­ron­ne­men­tales au profit d’une seule norme, celle du libre-échange, et d’un seul pouvoir, celui des multi­na­tio­nales.

Le gouver­ne­ment Valls-Hollande en donne toujours plus au patro­nat pour soi-disant créer des emplois.

Pour­tant, la baisse conti­nue des coti­sa­tions depuis près de 20 ans n’a pas amélioré la situa­tion de l’em­ploi mais a augmenté les divi­dendes offerts aux action­naires. Le chômage ne cesse d’aug­men­ter 3,6 à 5 millions de deman­deurs d’em­ploi. Les riches n’ont jamais été aussi riches. La France est le pays d’Eu­rope qui verse le plus de divi­dendes aux action­naires plus de 40 milliards en 2014.

Les parle­men­taires qui affirment refu­ser la poli­tique d’aus­té­rité ne doivent pas accor­der la confiance à ce nouveau gouver­ne­ment.

Faire conver­ger les résis­tances, construire l’al­ter­na­tive de gauche

Alors que le racisme et l’ex­trême droite pros­pèrent sur le déses­poir, il faut mettre un coup d’ar­rêt à l’aus­té­rité : refu­ser de payer la dette illé­gi­time et mettre en œuvre une réforme fiscale d’am­pleur qui permette une redis­tri­bu­tion de la richesse produite au béné­fice de la popu­la­tion, déve­lop­per les services publics, inves­tir pour la tran­si­tion écolo­gique trans­ports collec­tifs, loge­ments, et la satis­fac­tion des besoins sociaux salaires, protec­tion sociale, réduc­tion du temps de travail….

Pour mettre en échec ce gouver­ne­ment et construire une nouvelle majo­rité sociale et poli­tique, alter­na­tive et anti-austé­ri­taire, il est déci­sif de faire conver­ger les résis­tances sociales et écolo­giques, les asso­cia­tions, syndi­cats, partis, les citoyen-ne-s, qui à gauche s’op­posent à l’aus­té­rité.

Il faut déployer et ancrer la bataille anti-austé­rité à partir du pôle de résis­tance sociale et poli­tique apparu pour la mani­fes­ta­tion « main­te­nant ça suffit ! » contre l’aus­té­rité le 12 avril.

Ensemble! propose aussi d’en­ga­ger un proces­sus d’As­sises de la gauche de trans­for­ma­tion sociale et écolo­gique, qui rassem­ble­raient toutes les forces qui veulent une alter­na­tive à la poli­tique de Hollande et de Valls, qu’elles soient au Front de Gauche, à la gauche du PS, au sein d’EELV, au NPA, et tou-te-s les citoyen-ne-s qui le souhaitent.

 

Tract d’En­semble ! 31 Août 2014 –

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.