Aller au contenu

17 novembre : jour du Procès des mani­fes­tants contre la loi Travail

A l’ex­té­rieur…

Plus de 200 personnes sont venues au rassem­ble­ment orga­nisé par le « Comité de soutien aux 9 incul­pés » qui en fait étaient 10. Les plus mati­naux ont pu rentrer dans la salle d’au­dience qui a été vite remplie. Outre des mili­tants d’or­ga­ni­sa­tions poli­tiques poite­vines (PCF, NPA, OCL,Ensemble, AL, France Insou­mise), de nombreux syndi­ca­listes étaient présents dont les secré­taires de la CGT et de la FSU venu-e-s expri­mer leur soutien.

On notait surtout la forte présence de syndi­ca­listes de Soli­daires venus de diffé­rents dépar­te­ments.

 

 

 

 

 

 

 

Pour celles et ceux qui étaient à l’ex­té­rieur, tout était orga­nisé pour une longue attente : bois­sons chaudes, gâteaux, etc. Même des légumes bio à vendre … Mais ce qui réchauf­fait le plus c’est l’ani­ma­tion assu­rée par les mili­tants de Soli­daires faisant reprendre les slogans, ce d’au­tant plus fort qu’on a su qu’ils étaient enten­dus jusque dans la salle d’au­dience.

Vers 10h 30, des personnes sont sorties de la salle pour faire un compte-rendu du déroulé des débats.

Ce n’est que vers 12h 30 que le procès s’est terminé. Les préve­nus sont sortis sous les accla­ma­tions et ont fait des prises de parole.

Et après, on a mangé la soupe bio et les merguez, car sans merguez il n’y a pas de vraie manif !

…A l’in­té­rieur

Les 9 prévenu.e.s sont passé.e.s en procès toute la mati­née du 17 novembre : la salle d’au­dience était pleine de sympa­thi­sants et d’amis, on y enten­dait du dehors la clameur des syndi­ca­listes de Soli­daires et d’autres soutiens.

Françoise Graziani, une des préve­nues, a lu un texte rappe­lant que ce qui leur était repro­ché le 19 mai 2016 s’était produit dans le cadre d’une mani­fes­ta­tion inter­syn­di­cale, lors de la longue lutte conte la Loi Travail numéro 1, lors d’une action collec­tive de soutien aux chemi­nots en grève. Elle insista sur le fait que l’or­ga­ni­sa­tion tant de la mani­fes­ta­tion que de l’oc­cu­pa­tion des voies ferrées n’était pas de leur fait. Elle affirma que s’ils et elles furent ciblés parmi les parti­ci­pants à cette action collec­tive ce fut pour leur seule appar­te­nance à une « mouvance d’ex­trême-gauche », défi­nie comme telle par le chef de la police locale. C’est pour ces raisons qu’ils et elles avaient refusé de répondre aux ques­tions de la police lors des garde à vues.

Puis les diffé­rents prévenu.e.s purent s’ex­pri­mer. Tant Jean-Pierre Duteil, reven­diquant son anar­chisme qui l’avait conduit dans cette salle d’au­dience que Benoit Sauvage un des deux respon­sables de Soli­daires et tou.te.s les autres.

Ensuite, l’avo­cat de la SNCF demanda 6755,52 euros pour le préju­dice subi par la SNCF du fait de retards de trains. Le procu­reur insista sur la mise en danger que repré­sente une occu­pa­tion des voies ferrées, l’in­frac­tion carac­té­ri­sée que cela repré­sente.

Les avocats, Maître Gouache du barreau nantais puis Maître Artur du barreau de Poitiers firent ensuite leurs plai­doi­ries. Brillantes. Ils démon­trèrent que les 9 étaient ciblés poli­tique­ment ; au-delà, ils démon­tèrent métho­dique­ment les accu­sa­tions portées contre les client.e.s..

Le maire de Châtel­le­rault avec d’autres élus a occupé les voies ferrées de la gare de sa ville en mai 2017, il ne fut pas pour­suivi pour cela et cela est juste. Il ne sera que justice que les 9 soient relaxé.e.s. Ce procès injuste n’au­rait pas dû avoir lieu.

Nous ferons très bien­tôt un article plus détaillé à propos de cette audience, des décla­ra­tions des prévenu.e.s et de leurs avocats.

 

 

 

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.