Aller au contenu

1er octobre, réfé­ren­dum annoncé en Cata­logne. Madrid réprime. Ensemble! soutient cet appel.

DÉCIDER EST UN DROIT DÉMOCRATIQUE

NOUS SOUTENONS LE REFERENDUM EN CATALOGNE

Mani­feste

en vue du réfé­ren­dum du 1er octobre 2017, lancé par :

 

Xosé Manuel Beiras, fonda­teur de Anova de Galice – Manolo Rivas, écri­vain et jour­na­liste – Jordi Cuixart, président de Omnium Cultu­ral de Cata­logne – Madda­len Iriarte Okiñena, porte-parole de EHBildu au Parla­ment Basque – Teresa Rodrí­guez, dépu­tée au Parla­ment d’An­da­lou­sie – Ana Pontón Mondelo, porte-parole du Bloque Nacio­na­lista Galego (BNG) – Adolfo Araiz Flama­rike, porte-parole de EHBildu au Parla­ment de Navarre – Jaime Pastor Verdú, profes­seur de Sciences Poli­tiques à l’UNED, éditeur de la revue Viento Sur.

 

  • La situa­tion en Cata­logne nous importe, et nous concerne tous et toutes. Un réfé­ren­dum est annoncé en Cata­logne le 1er octobre prochain, visant à exer­cer un droit légi­time, un droit reconnu par les Nations Unies, un droit accepté pour de nombreux peuples dans le monde, mais que est pour­tant refusé au peuple cata­lan et les peuples soumis à l’Etat espa­gnol.
  • Le peuple cata­lan a démon­tré – par sa tradi­tion histo­rique, ses mobi­li­sa­tions et ses reven­di­ca­tions – qu’il est une nation et qu’il a, de ce fait, le droit de déci­der libre­ment et démo­cra­tique­ment de son futur et de ses rela­tions avec les peuples qui composent aujourd’­hui l’Etat espa­gnol.
  • L’exi­gence du droit de déci­der n’est diri­gée contre personne. Elle n’est pas diri­gée contre les classes travailleuses ni contre les terri­toires qui font partie du Royaume d’Es­pagne. C’est un signal démo­cra­tique du respect et de la soli­da­rité entre les peuples. Oppo­ser les peuples les uns contre les autres est la plus inso­li­daire des poli­tiques.
  • C’est en les exerçant que l’on conquiert et l’on main­tient les liber­tés. Le droit de grève a été conquis en faisant grève. Le suffrage univer­sel fut une conquête démo­cra­tique qui a néces­sité de nombreuses luttes et affron­te­ments contre la léga­lité d’alors. Les pouvoirs actuels changent de léga­lité et de Cons­ti­tu­tion lorsque cela les arrange. Nous défen­dons le fait que le peuple cata­lan puisse rendre effec­tif son droit à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion.
  • Nous n’avons aucun doute que cette majo­rité, qui veut déci­der, aurait préféré le faire d’une manière légale et accor­dée avec le gouver­ne­ment espa­gnol, mais ce dernier a refusé caté­go­rique­ment. Dialo­guer et donner la parole aux citoyens est la meilleure façon de résoudre un problème poli­tique.
  • Il y a dans notre pays des symp­tômes alar­mants de dégra­da­tion des condi­tions démo­cra­tiques. Il y a de moins en moins de méca­nismes de contrôle démo­cra­tique du pouvoir. Les élites s’en­ri­chissent au prix de l’ap­pau­vris­se­ment de la majo­rité de la popu­la­tion. La corrup­tion a atteint des niveaux insup­por­tables. On légi­fère en élimi­nant des droits, et main­te­nant on veut empê­cher qu’un peuple puisse avoir le droit de déci­der de sa souve­rai­neté.
  • Nous souhai­tons l’éga­lité de tous les peuples et nations, et que personne ne puisse avoir des privi­lèges au-dessus des autres ; pour cette même raison nous défen­dons le droit du peuple cata­lan à voter dans un réfé­ren­dum. La soli­da­rité et la frater­nité s’ob­tiennent lorsqu’on se traite comme égaux, et en s’en­trai­dant quand c’est néces­saire.
  • Le mouve­ment souve­rai­niste et indé­pen­dan­tiste cata­lan est un mouve­ment paci­fique, démo­cra­tique et répu­bli­cain ayant un vaste soutien popu­laire, qui est né de la société civile et qui a englobé les orga­ni­sa­tions poli­tiques et sociales. C’est aussi un mouve­ment social qui demande des chan­ge­ments en faveur de la popu­la­tion la plus touchée par la crise. Pour cette raison, c’est un allié de tous les peuples d’Es­pagne et de ceux qui luttent pour chan­ger les poli­tiques du Parti Popu­laire (PP) et du gouver­ne­ment Rajoy.
  • Nous nous oppo­sons, et nous nous oppo­se­rons, à tout type de répres­sion judi­ciaire ou poli­cière que le gouver­ne­ment espa­gnol pour­rait exer­cer à l’en­contre de ceux qui exercent leurs droits démo­cra­tiques, ainsi que contre les repré­sen­tant-e-s et les insti­tu­tions légi­ti­me­ment élu-e-s par le peuple cata­lan.
  • Nous tous qui signons ce mani­feste, indé­pen­dam­ment des options poli­tiques de chacun, nous nous sentons concer­nés par le droit à déci­der du peuple cata­lan, et nous encou­ra­geons à la plus grande mobi­li­sa­tion et parti­ci­pa­tion dans le réfé­ren­dum, pour que soit connue et respec­tée la volonté majo­ri­taire.

 (Traduit du castillan par Stefan Bekier)

Tous les signa­taires sont visibles sur le site du mani­feste https://mani­fies­to1oc­tubre.org/, dont les soutiens inter­na­tio­naux :

BRESIL: Comité exécu­tif du PSOL ; Luciana Genro – ex-dépu­tée natio­nale et candi­date du PSOL à la prési­dence du pays ; Pedro Ruas, député de l’état Rio Grande do Sul ; Roberto Robaina, Fernanda Melchiona et Alex Fraga – élus de Porto Alegre ; Eleo­mar Coelho – député de Rio de Janeiro ; David Miranda – élu de Rio de Janeiro.

FRANCE : Avec le soutien d’Ensemble! – Mouve­ment pour une alter­na­tive de gauche, écolo­giste et soli­daire ;

EQUATEUR : Nidia Arrobo Rodas, prési­dente de la Fonda­tion Pueblo Indio.

VENEZUELA : Marea Socia­lista ; Eliza­beth Rivera – Univer­sité centrale du Véné­zuéla UCV-USB ;

ETATS-UNIS : Marga­ret Gutt­shall, Natio­nal Workers Union / UAW ; Green Party of Michi­gan

oOo

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.