Aller au contenu

A Couhé, la pièce de théâtre « J’y croiX pas » mena­cée par des inté­gristes catho­liques

Petit aperçu de ce qui nous attend en matière de liberté d’ex­pres­sion si le front Natio­nal arrive aux affaires. A diffu­ser à tous les amis théâ­treux du terri­toire .Là ce n’est pas de la fiction , c’est de l’in­croya­ble……­mais vrais !

Le week end dernier c’est devant des salles à chaque fois combles « et comblées de joie » que la compa­gnie des sans logis, troupe de théâtre de l’ESCALE centre social et cultu­rel de Couhé a donné 3 repré­sen­ta­tions de la comé­die de Noël Piercy « J’y croix Pas ». Ce spec­tacle n’est pas du goût de tout le monde. Des familles proches de l’école Saint Thomas d’Aquin basée au parc de Romagne ont  tenté d’y porter atteinte. Tout a commencé à la pose des affiches. « Au télé­phone la repré­sen­tante d’une famille, consi­dé­rant que l’af­fiche était une atteinte au sacré, ridi­cu­li­sant les reli­gieuses, m’a fait part de son souhait de les voir dispa­raître des vitrines des commerçants ajou­tant que les musul­mans eux se donne­raient les moyens de me les faire enle­ver ». Au nom de la liberté d’ex­pres­sion, la demande n’ayant pas été suivie d’ef­fet, dans un des super marchés de Couhé les affiches et tracts ont été enle­vées au nez et à la barbe du gérant qui n’en revient pas. Vendredi matin, des commerçants ont été visi­tés, et demande leur a été faite d’en­le­ver de leur vitrine les affiches du spec­tacle. Samedi matin , à nouveau dans un super marché, une petite fille a été surprise « la main dans le sac » entrain de déro­ber l’in­té­gra­lité des tracts annonçant le spec­tacle. Elle agis­sait sur l’injonc­tion de la mère de famille qui l’ac­com­pa­gnait. Celle-ci a reconnu les faits en décla­rant « le spec­tacle porte atteinte à Dieu ! » Enfin des tracts ont été distri­bués à l’ar­ri­vée du public, le dissua­dant d’as­sis­ter «  à cette nouvelle atteinte de l’Eglise  ». Qu’est donc cette pièce consi­dé­rée comme subver­sive par cette mino­rité agis­sante « L’his­toire de nones aux passés quelque peu sulfu­reux en quête de repen­tance dans un couvent dont la mère supé­rieure et l’évêque filent un parfait amour  et au sein duquel débarquent inopi­né­ment un évadé de prison et une pros­ti­tuée » . Si cette pièce porte atteinte au sacré, il faut  faire inter­dire le film Sister Act et dépro­gram­mer d’ur­gence la série télé­vi­sée  Sœur Thérèse .com.  Nous sommes stric­te­ment dans le même type d’amu­se­ment. » .  Depuis lundi matin, circule sur la toile le texte ci dessous. Edifiant !

3e27d0_12dbeff7a4b4a69e087b2eee6748aa01

Nos Prochaines séances : vendredi 4 et samedi 5 mars 20h45 Espace Media.rue hemmoor Couhé.  Si vous voulez juger de l’am­pleur du « blas­phème » Il est prudent de réser­ver : 06.61.31.94.36

Cf ci-après

Bernard Gabo­rit
Le « coach » de la compa­gnie

tract distribué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.