Aller au contenu

A Couhé, la pièce de théâtre « J’y croiX pas » mena­cée par des inté­gristes catho­liques

Petit aperçu de ce qui nous attend en matière de liberté d’ex­pres­sion si le front Natio­nal arrive aux affaires. A diffu­ser à tous les amis théâ­treux du terri­toire .Là ce n’est pas de la fiction , c’est de l’in­croya­ble……­mais vrais !

Le week end dernier c’est devant des salles à chaque fois combles « et comblées de joie » que la compa­gnie des sans logis, troupe de théâtre de l’ESCALE centre social et cultu­rel de Couhé a donné 3 repré­sen­ta­tions de la comé­die de Noël Piercy « J’y croix Pas ». Ce spec­tacle n’est pas du goût de tout le monde. Des familles proches de l’école Saint Thomas d’Aquin basée au parc de Romagne ont  tenté d’y porter atteinte. Tout a commencé à la pose des affiches. « Au télé­phone la repré­sen­tante d’une famille, consi­dé­rant que l’af­fiche était une atteinte au sacré, ridi­cu­li­sant les reli­gieuses, m’a fait part de son souhait de les voir dispa­raître des vitrines des commerçants ajou­tant que les musul­mans eux se donne­raient les moyens de me les faire enle­ver ». Au nom de la liberté d’ex­pres­sion, la demande n’ayant pas été suivie d’ef­fet, dans un des super marchés de Couhé les affiches et tracts ont été enle­vées au nez et à la barbe du gérant qui n’en revient pas. Vendredi matin, des commerçants ont été visi­tés, et demande leur a été faite d’en­le­ver de leur vitrine les affiches du spec­tacle. Samedi matin , à nouveau dans un super marché, une petite fille a été surprise « la main dans le sac » entrain de déro­ber l’in­té­gra­lité des tracts annonçant le spec­tacle. Elle agis­sait sur l’injonc­tion de la mère de famille qui l’ac­com­pa­gnait. Celle-ci a reconnu les faits en décla­rant « le spec­tacle porte atteinte à Dieu ! » Enfin des tracts ont été distri­bués à l’ar­ri­vée du public, le dissua­dant d’as­sis­ter «  à cette nouvelle atteinte de l’Eglise  ». Qu’est donc cette pièce consi­dé­rée comme subver­sive par cette mino­rité agis­sante « L’his­toire de nones aux passés quelque peu sulfu­reux en quête de repen­tance dans un couvent dont la mère supé­rieure et l’évêque filent un parfait amour  et au sein duquel débarquent inopi­né­ment un évadé de prison et une pros­ti­tuée » . Si cette pièce porte atteinte au sacré, il faut  faire inter­dire le film Sister Act et dépro­gram­mer d’ur­gence la série télé­vi­sée  Sœur Thérèse .com.  Nous sommes stric­te­ment dans le même type d’amu­se­ment. » .  Depuis lundi matin, circule sur la toile le texte ci dessous. Edifiant !

3e27d0_12dbeff7a4b4a69e087b2eee6748aa01

Nos Prochaines séances : vendredi 4 et samedi 5 mars 20h45 Espace Media.rue hemmoor Couhé.  Si vous voulez juger de l’am­pleur du « blas­phème » Il est prudent de réser­ver : 06.61.31.94.36

Cf ci-après

Bernard Gabo­rit
Le « coach » de la compa­gnie

tract distribué

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.