Aller au contenu

A propos de l’hé­ber­ge­ment des migrant.e.s dans l’an­cien F1 de Poitiers et ailleurs

 

 

Adoma remporte le marché PRAHDA et prépare l’après-CAO

 

Depuis l’ex­pul­sion de la jungle de Calais dans la semaine du 24 octobre 2016, plusieurs milliers de personnes ont été dépla­cées dans des centres d’ac­cueil et d’orien­ta­tion aux quatre coins de l’hexa­go­nie. Ces struc­tures tempo­raires sont vouées à fermer pour la plupart dans le courant de l’été. Le 28 septembre 2016, le minis­tère de l’in­té­rieur lançait donc un appel d’offre pour la créa­tion de 5351 nouvelles places d’hé­ber­ge­ment de courte durée, afin de pour­suivre la poli­tique de disper­sion et de contrôle des personnes migrantes. Cet appel d’offre vient d’être remporté par la société Adoma, acteur bien établi dans le domaine de la réin­ser­tion et du contrôle social. C’est l’oc­ca­sion d’un tour d’ho­ri­zon pas très réjouis­sant des pers­pec­tives de l’après-CAO.

Des CAO aux PRAHDA

Rele­vant de l’ar­ticle L. 744–3 du code de l’en­trée et du séjour des étran­gers et du droit d’asile (CESEDA), le nouveau programme, connu sous le nom de PRAHDA (programme d’ac­cueil et d’hé­ber­ge­ment de deman­deurs d’asiles) vise sur le papier à propo­ser de « l’hé­ber­ge­ment tempo­raire », avec toutes les impli­ca­tions de ce mot en termes de préca­rité et de déshu­ma­ni­sa­tion des résident.e.s. Mais en pratique, un peu comme les CAO, il est très probable que les personnes y reste­ront plusieurs mois voire des années, étant donné que le loge­ment à long terme norma­le­ment assuré dans les CADA (centres d’ac­cueil de deman­deurs d’asile) est forte­ment dysfonc­tion­nel [1].

En théo­rie, l’ap­pel d’offre était ouvert aux acteurs habi­tuels de l’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, notam­ment les asso­cia­tions à voca­tion chari­table comme le Secours Catho­lique, la Croix Rouge, Emmaüs, etc. Mais selon l’As­so­cia­tion pour la soli­da­rité active du Pas-de-Calais, qui gère déjà un CADA, « Il n’y a eu aucune info ni concer­ta­tion en amont avec les pres­ta­taires poten­tiels ni même avec les services décen­tra­li­sés. Le fait que ça soit un marché public inter­dit toute concer­ta­tion entre pres­ta­taires. Il s’agit de 12 lots régio­naux indi­vi­sibles, donc ça sera des gros opéra­teurs dans chaque région. L’ou­ver­ture aux acteurs lucra­tifs pose aussi la ques­tion du sens de l’ac­com­pa­gne­ment puisque des marges de profits peuvent être réali­sées ! » [2]

Le marché public ayant été clos début mars, il est certain que tous les lots ont déjà été attri­bués, sans qu’il n’y ait encore eu aucune annonce offi­cielle du résul­tat. Mais en foui­nant un peu sur Indeed, on découvre une impor­tante vague d’offres d’em­ploi publiées courant avril par la société ADOMA, qui ne laisse plus aucun doute sur le fait que c’est elle qui a remporté le marché public PRAHDA dans toutes les régions (avec encore une incer­ti­tude pour l’Île-de-France).

suite:

https://iaata.info/Adoma-remporte-le-marche-PRAHDA-et-prepare-l-apres-CAO-2034.html

Finan­cer la machine à expul­ser

Le programme PRAHDA s’ins­crit dans une poli­tique plus large visant à créer des struc­tures d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence d’un nouveau genre finan­cées par des inves­tis­se­ments privés mais forte­ment contrô­lées par l’état à travers sa main­mise sur Adoma.

En effet, la SNI, maison mère d’Adoma contrô­lée par l’État, est en passe d’ache­ter au groupe touris­tique Accor 62 hôtels « Formule 1 », dans le but de les trans­for­mer au début de l’au­tomne en centres d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, et centres d’ac­cueil des deman­deurs d’asile. Une quin­zaine d’hô­tels « Première Classe » seront égale­ment ache­tés au groupe Louvre Hotels [7]. En tout Adoma dispo­sera ainsi de 7000 chambres pouvant accueillir 10.000 personnes, la moitié en région pari­sienne, la moitié en province. Un décret est déjà prévu pour dispen­ser ces futurs « hôtels sociaux » d’équi­per chaque chambre d’une kitche­nette. Ce serait une dépense exces­sive selon Adoma. Si le groupe public tient cet agenda très serré, les premiers SDF, migrants ou familles mono­pa­ren­tales seront accueillis dès cet automne.

La façade du Formule 1 d’Arnage, dans la banlieue du Mans - 35.2 ko
La façade du Formule 1 d’Ar­nage, dans la banlieue du Mans

L’achat des hôtels Formule 1 a commencé à atti­rer l’at­ten­tion de la presse locale, à Séméac (banlieue de Tarbes), à Arnage (banlieue du Mans), à École-Valen­tin (banlieue de Besançon) et à Chasse-sur-Rhône dans l’Isère, dont le maire s’est déjà fendu d’une réac­tion assez désa­gréable. La ferme­ture des hôtels se traduit égale­ment par un nombre impor­tant de licen­cie­ments ou de « reclas­se­ment » du person­nel.

Pour finan­cer l’achat de ces hôtels, la SNI a créé un nouveau fonds d’in­ves­tis­se­ment baptisé « Hémi­sphère ». Son patron André Yché promet aux inves­tis­seur.se.s un taux-plan­cher de 3,5%, un chiffre attrayant puisque le place­ment béné­fi­cie des multiples garan­ties des filiales de la Caisse des dépôts. Le taux sera en outre amélioré en fonc­tion d’un certain nombre de critères sociaux, préa­la­ble­ment établis : niveau de scola­ri­sa­tion des enfants accueillis, réus­sites en termes de relo­ge­ment des indi­vi­dus et des famil­les… Le gestion­naire des loge­ments est ainsi incité à ne pas se conten­ter d’un rôle de simple accueillant.  » Hémi­sphère tend à montrer qu’il existe des moyens pour finan­cer l’Etat provi­dence autre­ment qu’a­vec de l’argent public « , explique André Yché, ancien membre du cabi­net du minis­tère de la défense.

Le contrôle quasi-total de l’État sur ces centres d’hé­ber­ge­ment par le biais d’Adoma permet­tra un durcis­se­ment de la surveillance des résident.e.s et renfor­cera encore l’opa­cité du système par rapport à une gestion par des asso­cia­tions à but non lucra­tif.

Le marché public stipule par exemple que les personnes rele­vant de la procé­dure Dublin pour­ront être assi­gné.e.s à rési­dence dans la struc­ture : «  [Adoma] signa­lera toute fuite du deman­deur sous procé­dure Dublin aux services compé­tents et veillera au respect par l’in­té­ressé de ses obli­ga­tions de présen­ta­tion. […] [Adoma] s’en­gage à commu­niquer à l’OFII et au préfet l’iden­tité des personnes héber­gées défi­ni­ti­ve­ment débou­tées de leur demande d’asile en vue d’or­ga­ni­ser leur retour et sans que ces personnes ne puissent être orien­tées vers des struc­tures d’hé­ber­ge­ment géné­ra­listes. […] Les personnes n’ayant engagé aucune démarche en vue de l’en­re­gis­tre­ment d’une demande d’asile dans les 30 jours suivant leur arri­vée en PRAHDA feront l’objet d’une déci­sion de sortie pronon­cér par l’OFII et devront immé­dia­te­ment quit­ter la struc­ture. Les personnes placées sous procé­dure Dublin pour­ront être main­te­nues dans le lieu d’hé­ber­ge­ment le temps néces­saire à la mise en oeuvre effec­tive de leur trans­fert vers l’état respon­sable de l’exa­men de leur demande d’asile. » Ces missions de contrôle et de signa­le­ment sont contraires – la FNARS l’a signalé à plusieurs reprises – à la déon­to­lo­gie du travail social (notam­ment du prin­cipe de confi­den­tia­lité) et au prin­cipe d’in­con­di­tion­na­lité. Elles sèment le doute quant à la voca­tion d’ac­cueil et d’ac­com­pa­gne­ment de ces établis­se­ments [8].

Le renfor­ce­ment de l’opa­cité est faci­lité par le contrôle du minis­tère sur les visites de médias dans les centres : « [Adoma] saisit le minis­tère de l’in­té­rieur en cas de solli­ci­ta­tion de la part des médias, et s’en­gage à faire respec­ter ces obli­ga­tions à l’en­semble de son person­nel et, le cas échéant, à ses sous-trai­tants et four­nis­seurs. »

suite:

https://iaata.info/Adoma-remporte-le-marche-PRAHDA-et-prepare-l-apres-CAO-2034.html

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.