Aller au contenu

Accueil des migrants : « le Serment du 104 ». Un appel aux élus.

Un texte magni­fique que nous soute­nons évidem­ment.

« Pour appe­ler les respon­sables poli­tiques à faire le serment d’ac­cueillir les migrants, cette décla­ra­tion a été lue, le 25 octobre lors de la soirée de Soli­da­rité au Centquatre à Paris, par Poli­tis, Media­part, Regards, Basta­mag, L’Hu­ma­nité, Alter­na­tives écono­miques, le Bondy Blog, Là-bas si j’y suis, La Marseillaise, Siné Mensuel et Le Cour­rier des Balkans. »

• Consi­dé­rant que l’hu­ma­nité n’est pas assi­gnée à rési­dence et qu’il n’y a pas de crise migra­toire mais une crise de l’accueil ;

• Consi­dé­rant que toute conces­sion aux idéo­lo­gies de rejet des étran­gers et aux poli­tiques de préfé­rence natio­nale nour­rit les peurs et fait le lit de la haine, au lieu de faire recu­ler les ombres qui menacent ;

• Consi­dé­rant que, de même qu’hier, un peuple qui en oppri­mait un autre ne pouvait être libre, aujourd’­hui un peuple ne sachant pas être au rendez-vous des soli­da­ri­tés avec l’hu­ma­nité ne saura plus les défendre pour lui-même ;

• Consi­dé­rant que toute déro­bade au devoir d’hospi­ta­lité ouvre la voie à la remise en cause de l’éga­lité des droits, fonde­ment premier d’une poli­tique démo­cra­tique, au plus grand béné­fice de l’au­to­ri­ta­risme et du fascisme qui gran­dissent.

Les médias initia­teurs du mani­feste « Pour l’ac­cueil des migrants » demandent aux élus locaux, natio­naux et euro­péens, à tous les respon­sables poli­tiques qui entendent solli­ci­ter les soutiens et les suffrages des citoyennes et citoyens pour pouvoir agir et gouver­ner, de faire le serment d’ac­cueillir les migrants.

C’est-à-dire :

• Le serment de s’en­ga­ger à respec­ter les droits fonda­men­taux de tout être humain à quit­ter tout pays, y compris le sien, à y reve­nir et à circu­ler libre­ment à l’in­té­rieur d’un État, tels qu’ils sont énon­cés par l’ar­ticle 13 de la Décla­ra­tion univer­selle des droits de l’homme.

• Le serment de promou­voir un accueil digne de tous les nouveaux arri­vants, de leur assu­rer les droits civils, sociaux et poli­tiques qui leur sont dus, avec des dispo­si­tifs publics assu­rant la prise en charge des personnes les plus vulné­rables et l’in­for­ma­tion complète de tous les migrants sur leurs droits.

• Le serment de garan­tir le respect effec­tif du droit d’asile des personnes mena­cées de persé­cu­tion, avec l’élar­gis­se­ment des critères ouvrant droit au statut de réfu­giés afin de prendre en compte les causes variées de l’exil forcé.

• Le serment de refu­ser toute discri­mi­na­tion liée à l’ori­gine, à la culture, à l’ap­pa­rence ou à la croyance, tout comme au sexe et au genre.

• Le serment de faire en sorte que le pays où furent procla­més sans fron­tières les droits de l’homme et du citoyen ne soit pas celui de sa seule décla­ra­tion, mais celui qui leur donne vie et réalité, par une poli­tique volon­taire et exem­plaire.

Paris, le 25 octobre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.