Aller au contenu

Appel du 7 mai de la Conver­gence : « Les services publics et la Fonc­tion publique sont notre bien commun ! »

  De trop nombreux services publics dispa­raissent sur le terri­toire natio­nal : mater­ni­tés, et hôpi­taux, gares, postes, tribu­naux, écoles, crèches, EPHAD, mairies, collèges et lycées, agences EDF, percep­tions et centres des impôts, CIO, commis­sa­riats, gendar­me­ries, agences de Pôle emploi, caisses de la CPAM, services de l’État, …. La Caisse des Dépôts et Consi­gna­tions est soumise aux règles bancaires du privé, Aéro­port De Paris est en voie d’être priva­tisé, EDF d’être démem­bré pour mieux vendre sa partie renta­ble… C’est une spolia­tion des citoyennes et des citoyens qui les ont finan­cés par leurs impôts.   Les services publics sont essen­tiels au déve­lop­pe­ment et à l’amé­na­ge­ment du terri­toire. Leur accès pour toutes et tous, sans discri­mi­na­tion, est facteur de vivre ensemble et vecteurs d’éga­lité. Leur présence sur tout le terri­toire permet l’ac­cès aux mêmes droits. Ils sont aussi la première raison d’im­plan­ta­tion des entre­prises et des inves­tis­se­ments réali­sés.   La dispa­ri­tion des services publics rend la vie plus compliquée et même extrê­me­ment diffi­cile aux popu­la­tions aussi bien dans les zones rurales que dans les quar­tiers popu­laires et même en ville aujourd’­hui. Elle est une des causes fonda­men­tales, avec l’injus­tice fiscale, de la mobi­li­sa­tion des gilets jaunes et suscite des ripostes citoyennes locales d’im­por­tance alliant usagers, person­nels et élus.   Au nom du progrès et d’une acces­si­bi­lité perma­nente, le gouver­ne­ment  erend la numé­ri­sa­tion via Inter­net obli­ga­toire. Désor­mais l’in­for­ma­tique au lieu d’ai­der à l’adap­ta­bi­lité du service public aux besoins des usagers oblige ceux-ci à se plier aux impé­ra­tifs écono­miques d’aus­té­rité en  limi­tant ses choix et possi­bi­li­tés de contacts et de recours. C’est non seule­ment une source d’ex­clu­sion pour une partie de la popu­la­tion mais aussi un report du coût et de la respon­sa­bi­lité sur chaque usager qui fait le travail autre­fois dévolu aux agents publics.   Le gouver­ne­ment, par une série de mesures et de lois (dans la droite ligne des exigences libé­rales de la commis­sion euro­péenne), toujours présen­tées avec un voca­bu­laire trom­peur et au nom des usagers, modi­fie l’ar­chi­tec­ture complète de notre société et nous engage dans un système où tout doit être «  marchan­dise » : notre santé, notre école, toutes les pres­ta­tions sociales. L’ad­mi­nis­tra­tion elle-même devrait selon lui être assu­rées par des entre­prises privées (banques, GAFA, socié­tés de plate­formes clients).   Tout cela est inscrit noir sur blanc dans le programme Action Publique  2022.  Ce serait la fin de services publics natio­naux et locaux, de la sécu­rité sociale, le bascu­le­ment géné­ral d’une société de soli­da­rité vers une société de charité. Pour suivre cette feuille de route, le projet de loi du gouver­ne­ment portant trans­for­ma­tion de la Fonc­tion publique s’en prend au statut géné­ral des fonc­tion­naires c’est-à-dire aux missions de l’ad­mi­nis­tra­tion et souhaite la faire adop­ter en urgence avant l’été.     L’ad­mi­nis­tra­tion du pays n’est pas l’af­faire que des fonc­tion­naires, mais de la société toute entière !  Le statut géné­ral de la Fonc­tion publique n’est pas un privi­lège . Il garan­tit à tous les usagers l’éga­lité de trai­te­ment. Il est indis­pen­sable pour assu­rer l’in­dé­pen­dance du fonc­tion­naire afin qu’il puisse exer­cer ses missions dans le respect de la léga­lité, sans discri­mi­na­tion, à l’abri le plus possible des pres­sions. Il s’agit bien de service à la popu­la­tion sans privi­lèges pour quelques-uns. Une fonc­tion publique laïque et neutre est une des condi­tions de la démo­cra­tie et des liber­tés pour toutes et tous.       De façon plus géné­rale le statut des fonc­tion­naires permet d’exer­cer le droit en dehors des pres­sions hiérar­chiques et gouver­ne­men­tales : il permet par exemple à un agent des finances publiques d’exer­cer sa mission de contrôle fiscal à l’abri de toutes pres­sions écono­miques, poli­tiques ou hiérar­chique. De même le statut des chemi­nots permet au conduc­teur de refu­ser le départ du train si la sécu­rité des passa­gers est en cause. C’est une garan­tie que le travail se fait pour l’in­té­rêt géné­ral et non pas pour des inté­rêts parti­cu­liers. Il oblige égale­ment le fonc­tion­naire à accep­ter d’être nommé là où on a besoin de lui : c’est ce qui permet la présence de la fonc­tion publique sur l’en­semble de notre terri­toire.      Les services publics sont un bien commun à tous les citoyennes et citoyens, il convient de les reconqué­rir. Nous exigeons : – l’ar­rêt du projet de loi 2019 de trans­for­ma­tion de la Fonc­tion publique et de tous les projets de déman­tè­le­ment du service public (Dussopt, Blanquer, Buzyn…) – l’ar­rêt immé­diat des priva­ti­sa­tions et des ferme­tures de services publics ; – leur réim­plan­ta­tion partout où nous en avons besoin, afin de répondre à la crise du mal vivre et aux inéga­li­tés que crée la poli­tique de déser­ti­fi­ca­tion des services publics ; – leur démo­cra­ti­sa­tion en asso­ciant à leur contrôle et leur gestion usagers, person­nels et élus.   Nous affir­mons que les services publics sont notre patri­moine collec­tif et natio­nal. Loin d’être un coût le service public est un inves­tis­se­ment, une richesse pour le présent et l’ave­nir. Cet avenir néces­site égale­ment une tran­si­tion écolo­gique. Parce qu’il est impen­sable de la lais­ser au privé unique­ment soucieux de ses profits immé­diats, elle doit pouvoir comp­ter sur les services publics et donc sur une alter­na­tive aux poli­tiques d’aus­té­rité.   Faire le choix des services publics c’est faire le choix collec­tif d’une société soli­daire qui refuse le « chacun pour soi ».   Dans l’im­mé­diat et avec la volonté de créer un large mouve­ment des citoyennes et citoyens pour la reconquête de nos services publics et de notre fonc­tion publique, la  Conver­gence appelle les citoyennes et les citoyens – usagers, person­nels, élus- à se mobi­li­ser dans les semaines et les mois à venir : –  pour créer et renfor­cer les collec­tifs de défense, de déve­lop­pe­ment et de démo­cra­ti­sa­tion des services publics, – pour soute­nir les actions de la Coor­di­na­tion natio­nale des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité, de Notre Santé en Danger, de la Coor­di­na­tion Natio­nale Rail, du Collec­tif Natio­nal Poste et de la Coor­di­na­tion Eau bien commu­net de toutes celles et tous ceux qui luttent pour la défense de nos services publics. pour créer les condi­tions d’un grand débat public sur le Service Public et la Fonc­tion Publique qui sont notre bien commun.   Sans attendre, nous appe­lons à la construc­tion d’une mobi­li­sa­tion massive et inscrite dans la durée pour la défense, la reconquête et la démo­cra­ti­sa­tion des services publics. www.conver­gence-sp.fr /Face­book : conver­gen­cesp / Conver­gen­ceSer­vi­cesPu­blics@g­mail.com/ 07 81 58 32 16






Garanti sans virus. www.avast.com

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.