Aller au contenu

Témoi­gnage d’un cama­rade Gilet jaune de Poitiers sur sa garde à vue.

Benoit. Arres­ta­tion par la BAC. Garde à vue le 23 février. L’hu­mi­lia­tion de la part du procu­reur. Compo­si­tion pénale le 16 mai.

Notre cama­rade exprime le désar­roi qu’il ressen­tit. Un trau­ma­tisme psycho­lo­gique. Un senti­ment de soli­tude qui perdure.

Ce cour­rier a été adressé à ses contacts; il nous donné l’au­to­ri­sa­tion de le publier; nous l’en remer­cions.

Tu es notre cama­rade, Benoit. Nous te soute­nons, comme nous pouvons.

Ce témoi­gnage n’est pas celui d’ un des muti­lés des dernières mani­fes­ta­tions. Il n’est pas celui d’un habi­tué des garde à vues abusives.

Il est celui d’un mani­fes­tant paci­fique qui croyait que les valeurs répu­bli­caines animaient les membres de la police et de la justice, singu­liè­re­ment dans notre ville moyenne. Il n’y croit plus.

Macron sourit et bavasse. Casta­ner pérore et ment et cogne. Le RN se féli­cite.

Et la démo­cra­tie se meurt.

Pascal Bois­sel, 28–5–2019

« Je parti­ci­pais au mouve­ment des gilets jaunes depuis le début, j’y étais très investi, je me rendais aux mani­fes­ta­tions le samedi et aux assem­blées géné­rales. Mon enga­ge­ment poli­tique était paci­fique et soli­daire envers les plus dému­nis. J’adhère aux reven­di­ca­tions de ce mouve­ment qui aspire à plus de justice sociale, fiscale, à la mise en place de véri­tables réformes écolo­giques et à une démo­cra­tie plus repré­sen­ta­tive du peuple.

Malheu­reu­se­ment, j’ai passé 24H +2H en garde à vue suite à la mani­fes­ta­tion du samedi 23 février, pour « entrave à la circu­la­tion » d’après les forces de l’ordre.

En effet, nous étions une centaine de gilets jaunes rassem­blés à POITIERS, dans une atmo­sphère calme, paci­fique et joviale comme à l’ac­cou­tu­mée. Nous avons décidé de marcher sur la route envi­ron 100 mètres pendant quelques minutes pour ralen­tir la circu­la­tion. Quand la police nous a ordonné de rega­gner le trot­toir, nous avons obtem­péré.

La pour­suite de la mani­fes­ta­tion s’est dérou­lée tout aussi calme­ment, sans inci­dent.

Je repar­tais tranquille­ment chez moi vers 16h30 quand j’ai été inter­pellé par deux briga­diers de la Brigade Anti Crimi­na­lité qui m’ont sorti de mon véhi­cule pour m’em­me­ner au commis­sa­riat sans que je puisse prendre mes lunettes dans ma voiture. Lors du trajet qui a duré envi­ron 15 minutes, ils ont tenté de m’in­ti­mi­der en déve­lop­pant un discours mora­li­sa­teur, désap­pro­ba­teur et très culpa­bi­li­sant. Ils jugeaient et contes­taient avec véhé­mence mon enga­ge­ment, quali­fiant le mouve­ment d’im­po­pu­laire, de violent, incom­pré­hen­sible, dirigé par des crétins inca­pables de s’ex­pri­mer. J’ai alors senti un mépris incom­men­su­rable de leur part envers les gens issus des classes trop popu­laires pour être crédibles et dignes.

A ce moment, j’étais encore serein et j’ar­gu­men­tais calme­ment pour expliquer mes moti­va­tions dans ce mouve­ment car je n’avais commis aucune infrac­tion.

Nous sommes arri­vés vers 16h45 au commis­sa­riat, j’ai été dépos­sédé de tous mes biens puis fouillé et j’ai ensuite rapi­de­ment été audi­tionné par une Offi­cier de Police Judi­ciaire qui était assez bien­veillante et rassu­rante puisqu’elle pensait que je sorti­rais dans la soirée.

Cepen­dant, d’après les forces de l’ordre, j’avais commis un délit et je risquais jusqu’à 2 ans d’em­pri­son­ne­ment, 4500 euros d’amende, 6 points de retrait de permis, jusqu’à 3 ans de retrait de permis et une infor­ma­tion à mon admi­nis­tra­tion.

J’étais abasourdi d’ap­prendre cette sanc­tion dispro­por­tion­née pour avoir ralenti la circu­la­tion en marchant sur la route.

L’OPJ m’a alors auto­risé à préve­nir mon épouse qui était sidé­rée et ne compre­nait pas la situa­tion. J’ai tenté de la rassu­rer comme j’ai pu malgré mes craintes gran­dis­santes.

Je me suis ensuite entre­tenu avec une avocate commise d’of­fice qui ne semblait pas très inquiète et qui pensait égale­ment que je sorti­rais dans la soirée avec un simple rappel à la loi.

J’ai compris quelques heures plus tard que je passe­rai la nuit en garde à vue quand l’OPJ m’a annoncé qu’il y avait plusieurs préve­nus et que le procu­reur n’étu­die­rait pas mon dossier dans la soirée. Elle a tenté de me rassu­rer en me préci­sant que je sorti­rais vers 9h le lende­main matin. J’ai appris quelques jours plus tard que le minis­tère de l’In­té­rieur demande aux procu­reurs de prolon­ger les gardes à vue des gilets jaunes pour briser le mouve­ment.

Les ques­tions se sont alors bous­cu­lées dans ma tête. Qu’a­vais-je fait de si grave pour méri­ter une si longue priva­tion de liberté et tant d’hu­mi­lia­tions ?

C’est à ce moment que le cauche­mar allait véri­ta­ble­ment commen­cer.

L’at­tente dans le hall en compa­gnie de petits délinquants et d’autres gilets jaunes inter­pel­lés fut un moment surréa­liste. En effet, le va et vient d’agents de police qui ne daignaient même pas nous saluer ou nous regar­der, d’autres qui nous lançaient des regards inqui­si­teurs et le discours mora­li­sa­teur d’un chef de police envers un gilet jaune âgé de 76 ans était très humi­liant.

Seul l’un des gardiens de la paix avait un regard et des mots bien­veillants et il ne semblait pas comprendre ma présence dans ce lieu pour ce qui m’était repro­ché.

L’in­com­pré­hen­sion et la crainte m’en­va­his­saient petit à petit.

Puis l’at­tente, l’in­ter­mi­nable attente.

L’at­tente jusqu’au moment où un poli­cier m’em­mena au sous-sol, nous avons descendu un laby­rinthe d’es­ca­liers puis fran­chi deux portes vitrées verrouillées comme dans les films poli­ciers.

A cet instant, je découvre l’hor­reur à travers une vitre plas­ti­fiée, ma chambre pour la nuit. L’agent me demande d’ôter mes chaus­sures et d’en­trer dans une cellule de 5 m² puis il me tend une couver­ture de survie.

Le plafond est très haut, une caméra proté­gée par un cais­son y est fixée, les murs jaunes sont sales et graf­fi­tés aux doigts, la pein­ture s’écaille et l’odeur d’urine est saisis­sante. Deux bancs en bois dont l’un est recou­vert d’un mince mate­las en mousse plas­ti­fiée font office de meubles. Très vite, l’autre gilet jaune de 76 ans me rejoint. Par respect, je lui laisse le mate­las et nous enga­geons la conver­sa­tion.

Je l’avais déjà croisé aux abords des ronds-points ou lors des assem­blées géné­rales. Il est enfermé pour outrage à agent puisqu’il est inter­venu pour s’op­po­ser à la verba­li­sa­tion d’un conduc­teur qui avait témoi­gné son soutien aux mani­fes­tants par des coups de klaxons.

Un poli­cier zélé l’a bruta­le­ment bous­culé et le retraité s’est offusqué verba­le­ment. Il a été arrêté et placé en garde à vue.

Il me raconte sa vie, c’est un arti­san à la retraite qui accueille et s’oc­cupe de jeunes de l’Aide Sociale à l’En­fance, un homme honnête qui se demande comme moi ce qu’il fait ici.

Après une longue conver­sa­tion, le silence s’ins­talle, pesant.

Diffi­cile de se repé­rer dans le temps mais à ce moment, j’avais encore l’es­poir de sortir dans la nuit.

Au cours de la soirée, le gardien nous propose plusieurs menus, je choisi du cous­cous et j’en profite pour aller aux toilettes et pour lui deman­der l’heure. Il est 20 heures, un plat en barquette réchauffé au micro-ondes est servi mais c’est imman­geable !

L’at­tente se pour­suit inexo­ra­ble­ment, ryth­mée par des tenta­tives d’en­dor­mis­se­ment, des brefs échanges avec mon codé­tenu, des pensées angois­santes, stres­santes.

Le temps rempli par un silence assour­dis­sant rare­ment inter­rompu par des bruits de pas, de clefs et de portes m’alertent et réac­tivent mon espoir de libé­ra­tion.

Espoir vain. Le temps défile lente­ment, très lente­ment. Je tente de m’en­dor­mir à plusieurs reprises, sans succès, tous mes sens sont en éveil.

Je me recroque­ville sous cette couver­ture de survie si fine mais chaude et protec­trice.

Protec­trice et extrê­me­ment bruyante car les mouve­ments de mon corps pour tenter de trou­ver la posture favo­rable à l’en­dor­mis­se­ment déclenche un bruit métal­lique qui résonne contre les murs de ma prison.

Il ne fait jamais nuit sous ce jour de néon.

Dans cette cage mal éclai­rée par cette lumière blafarde, à travers la couver­ture trans­pa­rente, j’ai une vision floue de ce lieu inhos­pi­ta­lier.

La terreur me submerge.

La dureté du bois est bien déri­soire par rapport à la dureté de la situa­tion.

La nuit s’écoule petit à petit, de temps en temps un autre détenu se mani­feste en frap­pant contre la vitre. Sans doute pour assou­vir un besoin. Ses tenta­tives restent long­temps sans réponse. Il n’ose sans doute pas crier pour appe­ler un gardien de peur de se faire rabrouer.

Y a-t-il un surveillant au bout du couloir ? Je finis par en douter puisque la caméra de surveillance permet d’ob­ser­ver nos faits et gestes voire même d’écou­ter nos conver­sa­tions depuis le QG des poli­ciers à l’étage.

A deux reprises, les portes s’ouvrent et j’aperçois un jeune homme traver­sant le couloir suivi d’un poli­cier qui l’ac­com­pagne pour rejoindre l’en­fer. Un peu plus tard, c’est au tour d’une jeune fille. Je m’in­ter­roge sur leurs éven­tuelles infrac­tions. Nous sommes samedi soir, déten­tion de canna­bis, conduite en état d’ivresse, bagarre, que sais-je ?

Les minutes s’égrènent et mon corps commence à ressen­tir les heures passées sur ce banc. Les douleurs de mon dos et de mes hanches m’em­pêchent d’adop­ter une posi­tion indo­lore.

L’at­tente, toujours l’at­tente.

Je constate avec plai­sir que le jour se lève puisque les quelques carreaux de verre tout en haut du mur laissent péné­trer un peu la clarté natu­relle du soleil qui commence à enva­hir cette minus­cule pièce. Une belle jour­née enso­leillée se prépare, j’ai hâte de sortir de ce cloaque pour rejoindre ma famille.

Mon codé­tenu et moi, nous ques­tion­nons souvent sur l’heure sans avoir de réponse précise.

Un gardien arrive, il nous ouvre. Je pense alors sortir mais il n’en est rien, il nous propose d’al­ler aux toilettes et d’avoir un petit déjeu­ner qui se résume à deux biscuits secs et une brique de jus d’orange tiède.

Il est 8 heures.

Quand vais-je pouvoir enfin quit­ter cet enfer ?

Je suppose désor­mais qu’il est entre 9h et 10h et toujours pas d’in­for­ma­tion malgré mes ques­tions auprès du geôlier.

Le temps passe, ponc­tué d’échanges avec mon parte­naire de prison. Je fais quelques petits pas pour faire tour­ner mon corps dans cet espace réduit. Je m’as­sois sur ma couche la tête dans les mains. Je m’al­longe, me relève et je tourne à nouveau comme un animal en cage.

Il est midi. Quel menu sera servi au repas ?

Je choi­sis l’un de mes plats préfé­rés : le poulet au curry. Pas mieux que la veille !

Enfin le surveillant vient me cher­cher, j’es­père alors que la fin du calvaire approche.

Fausse joie ! Il m’ac­com­pagne à l’étage pour prendre mes empreintes et faire des photos de ma face, de mon profil et de mes ¾ comme un vulgaire crimi­nel. Je suis choqué mais je réponds aux ques­tions anthro­po­mé­triques qui me sont posées puis je retourne en cellule pour pour­suivre mes prin­ci­pales acti­vi­tés : l’at­tente, l’an­goisse et le ques­tion­ne­ment.

Vers 14 heures, le gardien de la paix bien­veillant que j’avais croisé la veille, vient prendre de nos nouvelles et me propose d’al­ler fumer une ciga­rette avec lui. Un peu d’hu­ma­nité me réchauffe le cœur. Il me partage son incom­pré­hen­sion de la situa­tion que je suis en train de vivre.

En repar­tant vers le cachot, je croise l’Of­fi­cier de Police Judi­ciaire qui m’avait audi­tionné la veille. Elle me dit que le procu­reur souhaite prolon­ger ma garde à vue de 24 heures pour me rencon­trer le lundi matin afin que je passe en compa­ru­tion immé­diate dès le lundi après-midi. Le cauche­mar conti­nue, la terre s’écroule sous mes pieds, je manque de m’éva­nouir. C’est l’in­com­pré­hen­sion et la confu­sion qui se bous­culent dans ma tête.

Encore quelques heures d’at­tente dans le hall avec des jeunes délinquants présents pour des infrac­tions mineures (bagarre, acci­dent de la route, non présen­ta­tion de papiers du véhi­cule, déten­tion de canna­bis).

L’OPJ m’au­di­tionne de nouveau et m’in­forme que le procu­reur me rencon­trera dans l’après-midi pour me signi­fier le prolon­ge­ment de ma garde à vue.

Par compas­sion, elle m’au­to­rise une entorse à la règle et me propose de préve­nir mon épouse.

Je lui fais part de mon incom­pré­hen­sion, de mon trau­ma­tisme avec des trémo­los dans la voix et des larmes pleins les yeux. Elle comprend ma détresse et me témoigne tout son soutien puis je raccroche rapi­de­ment.

Fina­le­ment, vers 15 heures, elle m’ac­com­pagne jusqu’au bureau du procu­reur qui souhaite me rencon­trer. Nous repar­tons de nouveau dans les méandres de ce grand bâti­ment austère, traver­sant des couloirs mal éclai­rés, gravis­sant des esca­liers sombres et fran­chis­sant de multiples portes.

Il est là, assis derrière un bureau et sans même me regar­der ou me saluer, il me montre une chaise au fond de la pièce afin que je m’as­soie.

Il m’an­nonce la prolon­ga­tion de ma garde à vue de 24 heures supplé­men­taires, il ajoute qu’il veut me revoir le lende­main matin et que je passe­rai en compa­ru­tion immé­diate dans l’après-midi. Il ne me pose pas une seule ques­tion et ne daigne pas me connaître.

Alors, j’ose prendre la parole pour me présen­ter, me confondre en excuses, en regrets et j’im­plore son indul­gence et sa compas­sion.

S’en­suivent 10 minutes de morale infan­ti­li­sante, humi­liante et culpa­bi­li­sante. Il s’abat sur moi comme un préda­teur sur sa proie, je le sens jubi­ler. Moi, je me recroque­ville.

Il condamne ferme­ment tous les gilets jaunes qu’il quali­fie de violents et d’an­ti­sé­mites.

Je tente de le convaincre que je ne fais pas partie de cette mino­rité, que je défends la non-violence et le respect des règles dans les mani­fes­ta­tions, mais aussi au quoti­dien et évidem­ment auprès de mes élèves. Je lui explique aussi que je vis des moments diffi­ciles en famille et que j’ai besoin de retrou­ver mes proches pour les rassu­rer.

Comme un gamin de 5 ans, je lui certi­fie que j’ai compris la leçon et que je ne recom­men­ce­rai pas.

Mais il reste insen­sible à toutes mes implo­ra­tions. Il me hurle son ras le bol et celui des forces de l’ordre à propos de ce mouve­ment d’im­bé­ciles. Il me précise qu’il n’a aucune compas­sion envers moi.

Je ressors de ce bureau anéanti, exté­nué et dépité.

Je subis une nouvelle audi­tion auprès de l’OPJ qui me signi­fie la prolon­ga­tion de la garde à vue de 24 heures.

A cet instant, l’OPJ qui s’oc­cu­pait de l’autre gilet jaune, entre dans le bureau pour nous annon­cer qu’elle a réussi à négo­cier avec le procu­reur notre sortie de prison et l’an­nu­la­tion de la prolon­ga­tion de la garde à vue.

Je m’ef­fondre comme un enfant devant ces deux dames qui sont touchées et décon­te­nan­cées par mon état de détresse.

Mon statut d’en­sei­gnant, marié, père de 2 enfants, sans anté­cé­dents judi­ciaires, mes regrets et mes suppli­ca­tions auprès du procu­reur ont joué en ma faveur puisqu’il est donc revenu sur sa déci­sion quelques heures après notre entre­vue. 

Je suis sorti le dimanche 24 février vers 18h30 après avoir passé une nouvelle audi­tion devant l’OPJ pour me signi­fier la levée de la GAV et me remettre une convo­ca­tion devant une compo­si­tion pénale le 16 mai 2019.

Un avocat a pris mon dossier en main pour réflé­chir à une ligne de défense.

Pendant 3 mois, j’ai été terri­fié, boule­versé. Je suis très touché psycho­lo­gique­ment mais ma mésa­ven­ture est moins catas­tro­phique que ceux qui ont été muti­lés, bles­sés ou violen­tés lors des mani­fes­ta­tions depuis le mois de novembre.

J’ai main­te­nant peur de la police qui ne protège pas systé­ma­tique­ment les citoyens mais applique et exécute, sans huma­nité, les ordres d’un gouver­ne­ment extrê­me­ment répres­sif.

Je ne suis ni délinquant, encore moins crimi­nel. Mes seules erreurs sont d’avoir des convic­tions poli­tiques, de les défendre, d’avoir porté un gilet jaune et d’avoir marché quelques instants sur la voie publique.

Je n’ai jamais appelé au désordre, ni à la violence.

De plus, je n’étais pas seul à marcher sur la voie publique et nous n’avons pas causé d’ac­ci­dent, ni risque, ni danger pour les auto­mo­bi­listes.

J’ai été ciblé par les forces de l’ordre qui ont consi­déré que je faisais partie des meneurs. Ce qui est faux puisqu’à Poitiers, il n’y a pas de meneur. Je ne parti­cipe plus au mouve­ment depuis le 23 février et celui-ci se pour­suit, ce qui démontre que les gilets jaunes de Poitiers n’ont pas besoin de moi pour s’or­ga­ni­ser.

Lors de chaque mani­fes­ta­tion ou rassem­ble­ment, quelque qu’il soit, déclaré, orga­nisé ou non, des mani­fes­tants sont suscep­tibles d’en­tra­ver la circu­la­tion sans être inter­pel­lés, jetés en garde à vue et inquié­tés par la justice (comme les mani­fes­ta­tions de routiers ou d’agri­cul­teurs par exemple).

Les pouvoirs publics doivent faire preuve d’une certaine tolé­rance envers les rassem­ble­ments paci­fiques. Mais ce n’est pas le cas, ils veulent briser ce mouve­ment coûte que coûte et par tous les moyens possibles.

J’ai été victime d’une répres­sion hors norme et de violences morales poli­cières orches­trées par ce gouver­ne­ment.

J’ai été condamné à payer 150 euros d’amende.

C’est une sanc­tion injuste et une mésa­ven­ture drama­tique qui lais­se­ront en moi des traces psycho­lo­giques indé­lé­biles.

J’ai égale­ment réglé les hono­raires de mon avocat qui s’élèvent à 600 euros.

Il esti­mait d’ailleurs qu’il fallait refu­ser la compo­si­tion pénale et porter l’af­faire devant un tribu­nal correc­tion­nel car le délit n’était pas consti­tué puisqu’une entrave à la circu­la­tion n’est effec­tive que lorsque la circu­la­tion est tota­le­ment inter­rom­pue et provoquée par un véhi­cule ou un objet, ce qui n’était pas le cas. J’au­rais donc pu obte­nir une relaxe voire même un dédom­ma­ge­ment finan­cier. Mais je ne m’en sentais pas capable psycho­lo­gique­ment et je souhai­tais tour­ner la page rapi­de­ment.

C’est une affaire qui m’a causé des troubles psycho­lo­giques profonds et qui m’a couté 750 euros pour avoir ralenti la circu­la­tion pendant 5 minutes lors d’une mani­fes­ta­tion paci­fique.

J’ai subi un trau­ma­tisme et un préju­dice moral car je suis inno­cent et victime d’une injus­tice.

Même le substi­tut du procu­reur lors de la compo­si­tion pénale, ne compre­nait pas ma présence dans son bureau et il ne semblait pas en accord avec la peine pronon­cée par le procu­reur. Mais une compo­si­tion pénale n’est pas un juge­ment, l’avo­cat ne peut pas plai­der et le prévenu ne peut pas se défendre. On accepte ou refuse la sanc­tion pronon­cée.

L’ab­sence d’in­di­gna­tion, le silence de la part de certains de mes proches me sidère, me déçoit et c’est presque aussi doulou­reux à vivre que l’injus­tice que j’ai subie.

J’ai même le senti­ment que certains estiment que je mérite ce que j’ai vécu. C’est une bonne leçon sur le sens de l’Ami­tié.

Malheu­reu­se­ment, mon huma­nisme, ma soli­da­rité et ma frater­nité pour défendre les plus faibles m’ont mené au fond du trou.

Je suis révolté par la poli­tique menée par ce gouver­ne­ment et très inquiet pour l’ave­nir de notre société.

La devise de la France est chaque jour bafouée.

Je suis aussi très déçu par l’at­ti­tude et l’igno­rance de la plupart de mes conci­toyens. 

J’avais pour­tant un carac­tère comba­tif et opti­miste mais ils ont réussi à ôter mes utopies, mes croyances, mes espoirs pour un monde meilleur. J’avoue être épuisé et inca­pable de pour­suivre le combat poli­tique que je mène depuis 20 ans.

Ce n’est toujours pas le bon moment pour le chan­ge­ment !

Benoît Pinot le 19 mai 2019.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.