Aller au contenu

Clémen­tine Autain au lende­main de la défaite élec­to­rale de FI.

Clémen­tine Autain tire les leçons des Euro­péennes

Pour « l’Obs », la dépu­tée LFI de Seine-Saint-Denis tire les leçons de l’échec aux Euro­péennes. Elle remet en cause la stra­té­gie du « clash » et le clivage peuple-élite.

La France Insou­mise connaît un sérieux revers en récol­tant à peine 6,3%. Comment l’ex­pliquez-vous ? 

C’est en effet une défaite cinglante. La FI ne retrouve que 36% des élec­teurs de 2017 pour Jean-Luc Mélen­chon, alors que 57% des élec­teurs de Macron ont choisi aux euro­péennes LREM et 78% de ceux de Marine Le Pen ont hier voté RN. Nos élec­teurs n’ont pas disparu dans la nature mais ils ont été désarçon­nés ou mécon­tents de la propo­si­tion poli­tique qu’on leur a faite depuis la prési­den­tielle. A mon sens, il faut tout autant comprendre ce qui a permis le succès à la prési­den­tielle que ce qui a conduit à l’échec aux euro­péennes. En 2017, Jean-Luc Mélen­chon avait réussi à remplir le mot gauche, à lui donner des couleurs, une moder­nité, loin du cala­mi­teux bilan de l’ère Hollande. Dans les dernières semaines de la campagne prési­den­tielle, on avait eu un Mélen­chon rassem­bleur sur un contenu de gauche cohé­rent et consé­quent. Il avait su faire le plein au sein de la gauche radi­cale et capter un élec­to­rat plus modéré, notam­ment déçu du Parti socia­liste. Depuis deux ans, ce capi­tal poli­tique s’est érodé.

Pourquoi ?

Ce qui est en cause, c’est la ligne poli­tique, les options stra­té­giques. La séquence des perqui­si­tions a évidem­ment pesé mais ce n’est évidem­ment pas le seul para­mètre. Depuis deux ans, la France insou­mise a de plus en plus recouru au registre du ressen­ti­ment et du clash. L’état d’es­prit polé­mique et clivant a sans doute pris le dessus sur la mise en avant de notre vision du monde et de nos propo­si­tions. Or notre famille poli­tique pros­père quand elle s’ap­puie sur le ressort de l’es­pé­rance et non sur celui de la haine. Le mouve­ment a mis l’ac­cent sur le clivage entre le « eux » et le « nous », qui ne me paraît ni juste, ni effi­cace. Cela revient à reje­ter d’un bloc les élites, cela s’est traduit par un rejet global des médias et une prise de distance à l’égard du monde intel­lec­tuel. Prenons l’exemple de la Révo­lu­tion française : ce qui a fait la force de 1789, c’est l’ir­rup­tion du peuple ados­sée à la pensée des Lumières, et donc en rela­tion avec une élite intel­lec­tuelle. En mettant l’ac­cent sur le “eux” et le “nous”, il y avait l’idée de capter un nouvel élec­to­rat tout en main­te­nant celui qu’on avait conquis en 2017. Je constate qu’on a perdu une bonne part de celui de 2017 et qu’on n’en a pas attiré de nouveau.

Les Insou­mis ont pour­tant mené une campagne très active sur le terrain depuis plusieurs mois pour ces euro­péen­nes… 

Manon Aubry a mis une éner­gie excep­tion­nelle dans cette campagne. C’était un choix d’ou­ver­ture, son profil n’est pas en cause et elle a vrai­ment fait le job. Mais le choix de présen­ter l’élec­tion comme un réfé­ren­dum anti-Macron n’a pas été porteur, voire s’est retourné contre nous, au profit du RN. Il me semble surtout que les élec­teurs se sont posi­tion­nés en fonc­tion du profil géné­ral de la FI, et pas seule­ment sur notre tête de liste et le contenu program­ma­tique pour les euro­péennes.

A la France insou­mise, des cadres expliquent au contraire que c’est l’aban­don de la ligne popu­liste qui est à l’ori­gine de l’échec.

Où ont-ils vu un aban­don de cette ligne ? En géné­ral, ceux-là sont atta­chés à l’idée qu’il y aurait un clivage, presqu’un mur infran­chis­sable, entre ceux qui voudraient l’union de la vieille gauche et ceux qui, se récla­mant du popu­lisme, voudraient fédé­rer le peuple. Ainsi, le débat me paraît bien mal posé. Moi, je ne milite pas pour une union de la gauche à l’an­cienne, je veux rassem­bler le peuple sur une base de gauche. Mon enjeu, ce n’est pas la recherche d’un accord d’ap­pa­reil entre les partis de gauche exis­tants mais bien la quête d’une dyna­mique poli­tique, sociale, cultu­relle qui permette de porter dans les têtes et dans les urnes le chan­ge­ment social et écolo­giste. Cela suppose évidem­ment d’avoir des parte­naires et de faire vivre le plura­lisme.

Vous dites que la FI a trop utilisé le registre de la haine. A quoi faites-vous réfé­rence ?

Je pense à la récur­rence de formu­la­tions qui visaient les uns ou les autres pour cliver. Des murs ont été dres­sés là où, me semble-t-il, il aurait davan­tage fallu cher­cher à construire des passe­relles. Je pense par exemple au débat qu’on a eu sur l’im­mi­gra­tion à la rentrée dernière. Jean-Luc Mélen­chon a fait le choix de quali­fier de « castors » et d’en­trer en oppo­si­tion fron­tale avec les signa­taires de l’ap­pel en faveur de l’ac­cueil des migrants [appel lancé par Media­part, Poli­tis et Regards]. Mais quand Andrea Kota­rac [l’ex-conseiller régio­nal qui a quitté La France insou­mise et appelé à voter pour Marine Le Pen, NDLR] est allé en Crimée avec Marion Maré­chal Le Pen, ce fut quali­fié d’er­reur et accom­pa­gné de l’as­su­rance qu’il ne le refera plus. Cela a peut-être aussi trou­blé une partie de notre élec­to­rat, qui est atta­ché au combat pour l’ac­cueil des réfu­giés et aux cloi­sons étanches avec l’ex­trême-droite.

Plusieurs cadres ont quitté le parti ces dernières semaines. Le fonc­tion­ne­ment de la France insou­mise est-il aussi en cause ?

J’ai posé la ques­tion du plura­lisme et de la démo­cra­tie interne il y a plus d’un an. Cela avait été très fraî­che­ment accueilli à l’époque. On nous avait promis des chan­ge­ments à l’été, un meilleur fonc­tion­ne­ment de l’es­pace poli­tique… Mais rien n’a été fait en ce sens. Il n’est pas simple de faire du neuf pour s’or­ga­ni­ser et il y a évidem­ment droit à l’ex­pé­ri­men­ta­tion. Il faut néan­moins main­te­nant recon­naître que le mouve­ment gazeux n’est pas la formule qui nous a permis d’agré­ger. On a plutôt l’im­pres­sion que le mouve­ment s’est rétracté.

Que faut-il chan­ger selon vous ?

Il y a une décon­nexion entre ce qui se passe dans la société et les résul­tats de cette élec­tion. Il faut en prendre la mesure. Les gilets jaunes n’ont pas dit leur dernier mot, une vague de jeunes mani­festent pour le climat, les profs s’op­posent à la loi Blanquer, les hôpi­taux en burn-out se mettent en grève… Mais il n’y a pas la traduc­tion poli­tique de ce qu’on ressent socia­le­ment. Ce qui monte dans la société, c’est la critique de l’aus­té­rité, des normes capi­ta­listes et l’exi­gence abso­lue de tran­si­tion écolo­giste. Pour le formu­ler dans une vision alter­na­tive, il faut s’ou­vrir et travailler encore, pour donner toute sa force au slogan « fin du monde, fin du mois : même combat ». On n’a pas en nous-même, dans le champ poli­tique, toutes les clés. C’est pourquoi le pire serait de conti­nuer comme avant. C’est pourquoi il faut ouvrir les portes et les fenêtres sur la société, les syndi­cats, les asso­cia­tions, le monde de la culture. Il faut se parler, s’écou­ter, avan­cer.

La liste de Yannick Jadot est arri­vée en tête avec 13,5%. La France insou­mise doit-elle travailler avec EELV ?

La percée des Verts en Europe est un cri d’alerte, une pous­sée en faveur de la préoc­cu­pa­tion envi­ron­ne­men­tale. Je le comprends. Mais avec EELV, nous avons un vrai débat de fond : peut-on mener la tran­si­tion éner­gé­tique dans un monde où règne la loi du profit ? Notre convic­tion est que ce n’est pas possible, qu’il n’y a pas de solu­tion à l’ur­gence clima­tique si on n’af­fronte pas le pouvoir du capi­tal. Les écolo­gistes hésitent à s’al­lier aux libé­raux au Parle­ment euro­péen et, très tôt dans la campagne, Yannick Jadot a dit que la recom­po­si­tion de la gauche n’était pas son problème. Il n’est pas toujours simple de situer EELV poli­tique­ment…

Vous êtes aussi au coude à coude avec le Parti socia­liste. Les Insou­mis doivent-ils travailler avec les socia­listes ?

(Long silence). Il y a des fronts communs possibles, comme par exemple le combat contre la priva­ti­sa­tion de l’aé­ro­port de Paris. Mais la mise à jour du Parti socia­liste me paraît encore très sommaire. Le PS ne peut pas se dédoua­ner en deux temps trois mouve­ments du bilan récent de Hollande et Valls. Et par ailleurs, on ne peut pas dire qu’ils se soient remis sur pied même s’ils ont fran­chi la barrière symbo­lique des 5%. Mon obses­sion aujourd’­hui, c’est comment on recons­truit un pôle de rupture fort, moderne, attrac­tif, en dyna­mique. Je crois à la radi­ca­lité néces­saire pour affron­ter les crises multiples que nous traver­sons.

Au regard des résul­tats et des deux dernières années, Jean-Luc Mélen­chon est-il quali­fié pour tenir ce dialogue avec les partis et la société ?

Jean-Luc Mélen­chon a fait la propo­si­tion de la fédé­ra­tion popu­laire, c’est à lui d’en défi­nir le sens, de propo­ser des moda­li­tés de mise en oeuvre. Ce qui est sûr, c’est que la démarche doit être collec­tive. Jean-Luc Mélen­chon a rassem­blé 19,6% des voix à la prési­den­tielle, il a donc des respon­sa­bi­li­tés dans ce travail de refon­da­tion.

Est-il encore le candi­dat natu­rel de votre famille poli­tique pour 2022 ?

Ce n’est pas le sujet. La discus­sion que nous devons avoir, c’est quelle stra­té­gie et comment on se met en mouve­ment pour recons­truire une pers­pec­tive de trans­for­ma­tion sociale et écolo­giste. Il faut apprendre de cette défaite. La société est bouillante, et il y a tant d’éner­gies dispo­nibles pour empê­cher ce scena­rio morbide où il faudrait choi­sir entre le pouvoir en place, avec l’ac­cé­lé­ra­tion des recettes qui ont échoué, et le brun, le repli, le climato-scep­ti­cisme et la xéno­pho­bie. Nous avons la respon­sa­bi­lité d’ou­vrir une voie de progrès humain. Je pense qu’on a de grandes possi­bi­li­tés de “rallu­mer tous les soleils”, comme disait Jean Jaurès.

Propos recueillis par Rémy Dodet. Publié sur le site du Nouvel Obs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.