Aller au contenu

Un élan d’unité, de frater­nité et de soli­da­rité en France. Déci­dons ensemble du monde de demain.

Le problème fonda­men­tal est le désœu­vre­ment et l’ex­clu­sion d’une partie de nos jeunes qui sont sans diplôme, sans forma­tion, sans projet, sans travail donc sans avenir. Ce sont eux qui sont suscep­tibles d’être atti­rés par l’in­té­grisme et/ou la délinquance. Mais aucun gouver­ne­ment n’a pris le sujet à bras le corps.

Les isla­mo­phobes, les inté­gristes et les racistes se frottent les mains et sortent déjà du bois pour accroître les clivages, poin­ter les désac­cords et inci­ter à la haine de l’autre. Ils sont encore mino­ri­taires.

 

C’est le moment de montrer qui sont les français.

 

Il est temps que le peuple reprenne le pouvoir. Profi­tons de cet élan citoyen pour enfin faire vivre la démo­cra­tie.

 

Le gouver­ne­ment ne propose qu’une réponse sécu­ri­taire, rassu­rante certes mais coûteuse et peu effi­cace.

 

Le problème fonda­men­tal est le désœu­vre­ment et l’ex­clu­sion d’une partie de nos  jeunes qui sont sans diplôme,  sans forma­tion, sans projet,  sans travail donc sans avenir. Ce sont eux qui sont suscep­tibles d’être atti­rés par l’in­té­grisme et/ou la délinquance. Mais aucun gouver­ne­ment n’a pris le sujet à bras le corps.

 

La solu­tion : l’édu­ca­tion

 

Il faut enfin mettre les moyens à l’école et dans la forma­tion pour lutter contre l’échec scolaire et réel­le­ment réduire les inéga­li­tés sociales.  Un jeune ne doit plus sortir du circuit scolaire sans diplôme, sans forma­tion ou sans projet profes­sion­nel.

 

Pour ce faire, il faut recru­ter massi­ve­ment des profes­seurs afin d’as­su­rer un bon enca­dre­ment en rédui­sant les effec­tifs par classe (20 élèves à l’école primaire, 15 en CP, 25 au collège et au lycée, 20 dans les établis­se­ments sensibles), nommer des ensei­gnants expé­ri­men­tés dans les Zones d’Edu­ca­tion Prio­ri­taire, augmen­ter les stages pratiques en forma­tion initiale des maîtres et reva­lo­ri­ser finan­ciè­re­ment le métier d’en­sei­gnant pour le rendre plus attrac­tif.

 

L’ac­com­pa­gne­ment indi­vi­dua­lisé pour les élèves en situa­tion de diffi­culté est primor­dial pour lutter contre l’échec scolaire et l’ex­clu­sion. Nommer plus de conseillers d’orien­ta­tion dans les ZEP pour aider chaque jeune à défi­nir son projet profes­sion­nel.

 

Réduire le chômage permet de lutter contre la misère sociale et le risque de délinquance.

 

L’édu­ca­tion, c’est aussi en prison : lieu de l’en­nui et de l’igno­rance (terreau idéal des inté­gristes).

 

Mais il faut surtout, trou­ver des alter­na­tives à l’en­fer­me­ment (rappel de la loi, suivi psycho­lo­gique, aide éduca­tive, mise à l’épreuve, TIG, sursit, brace­lets élec­tro­niques). Il ne s’agit pas de mettre en place une poli­tique laxiste mais de faire sortir des prisons les gens qui n’ont pas lieu d’y être (80% des déte­nus sont de petits délinquants de la route ou des petits trafiquants de stupé­fiants incar­cé­rés pour de courtes peines).

 

Malheu­reu­se­ment, pour certains, l’in­car­cé­ra­tion est incon­tour­nable, il faut alors propo­ser un suivi psycho­lo­gique à chaque détenu, s’as­su­rer d’un projet de réin­ser­tion à la sortie par un conseiller de proba­tion et offrir à chacun la possi­bi­lité d’un accès au savoir par des inter­ve­nants exté­rieurs.

 

Toutes ces solu­tions ont un coût mais la France a les moyens. Il s’agit de faire main­te­nant les bons choix et de mettre en place un véri­table projet poli­tique pour une société soli­daire qui aide réel­le­ment les plus faibles.

 

Il faut réduire le budget de l’ar­mée aux profits de l’Édu­ca­tion, du secteur social et de la justice.

 

Pour renflouer les caisses de l’État, il faut enga­ger une chasse impi­toyable aux fraudes fiscales (plus de 60 milliards chaque année) et mettre en place d’ur­gence une taxe de 0,1%  sur toutes les tran­sac­tions finan­cières euro­péennes.

 

La répar­ti­tion des richesses est obli­ga­toire et le chan­ge­ment, c’est vrai­ment main­te­nant !!!

 

Benoît Pinot

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.