Aller au contenu

Je ne suis plus Char­lie

Je suis allé aujourd’­hui à la discrète manif pour Gaza et j’irai à celle de demain pour Char­lie. Mais je ne suis pas Char­lie. Plus exac­te­ment, je ne suis plus le Char­lie que j’ai­mais lire il y a main­te­nant bien long­temps. Je ne souhaite pas caution­ner sa dérive isla­mo­phobe. Char­lie me semblait être devenu le héraut du choc des civi­li­sa­tions en jetant de l’huile sur le feu, préfé­rant l’entre-soi,  et prenant plai­sir à mépri­ser, bles­ser, stig­ma­ti­ser une commu­nauté paisible de 5 millions de personnes (moins une poignée d’al­lu­més) non- repré­sen­tée dans les lieux de pouvoir ou dans la presse.

 

Mais la liberté d’ex­pres­sion est au-dessus de tout. Je vais donc y  aller demain, même si cela va me faire mal de mani­fes­ter contre le « terro­risme » avec des terro­ristes écono­miques comme Valls, Hollande,Came­ron, Merkel ou Rajoy…

 

Je crois que nous avons mani­festé non pas pour affir­mer des certi­tudes mais pour lais­ser affleu­rer des ques­tions :
* Par qui sont allu­més ces allu­més ?  Qui entre­tient leur délire ? De qui ont-ils hérité leur violence ? – de notre société bien plus que de  l’is­lam ! ils sont nés et ils ont grandi en occi­dent, ils jouent aux jeux vidéo de toute une géné­ra­tion !
* Comment se fait-il qu’il n’y ait eu personne dans leur entou­rage  proche pour les ratta­cher à de simples plai­sirs, à la compré­hen­sion  modeste de ce qui se passe en nous et autour de nous ? Le climat est-il devenu insa­lubre au point de ne plus lais­ser fleu­rir la bien­veillance ? – la respon­sa­bi­lité de proxi­mité ne joue plus.
* Et qui pousse à la guerre ? Qui vend des armes ? – autre dimen­sion des respon­sa­bi­li­tés à cher­cher au sommet de nos Etats.

 

On se demande avec Yves : qu’est-ce qui trans­forme trois jeunes qui vivent à nos côtés en tueurs fous ? – les causes sont profondes,  proches et loin­taines comme la conta­mi­na­tion capi­ta­liste. Elle a inoculé, du niveau indi­vi­duel au niveau plané­taire, l’in­fan­ti­lisme joint à la violence, et la société que nous formons n’a  pas trouvé de para­de…

 

A moins que… Peut-être que la vague de dégoût qui nous submerge nous portera à repous­ser enfin l’in­sa­tiable et meur­trière Hybris qui nous  pousse vers le toujours plus !

 

Peut-être que Bertrand a raison de mettre un espoir dans « cet étrange senti­ment d’être habi­tés par quelque chose que nous ne connais­sons pas  encore ».

 

Peut-être le senti­ment qu’on ne va plus pouvoir repor­ter à plus tard le moment de repen­ser et recons­truire les bases tota­le­ment  défaillantes de notre vivre ensem­ble…

 

Allez, on s’y met ?  avec luci­dité et déter­mi­na­tion !

 

Françoise, Emma­nuel et Pierre Chanial

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.