Aller au contenu

ATTAC et le 17 novembre:La hausse des prix des carbu­rants est injuste et inef­fi­cace en l’ab­sence d’une véri­table tran­si­tion écolo­gique et sociale

 

Attac consi­dère que l’ur­gence clima­tique implique une poli­tique radi­cale pour assu­rer la tran­si­tion écolo­gique et réduire les émis­sions de gaz à effet de serre afin de respec­ter les objec­tifs de l’ac­cord de Paris sur le climat. Elle consi­dère aussi que l’ac­crois­se­ment sans fin des inéga­li­tés sociales impose une poli­tique volon­ta­riste pour l’éga­lité.
Mais le président Macron ne fait ni l’une, ni l’autre.
La poli­tique fiscale d’Em­ma­nuel Macron a renforcé les inéga­li­tés au profit des riches et des grandes entre­prises tandis que l’évasion fiscale reste impu­nie. La ques­tion du pouvoir d’achat devient cruciale pour nombre de personnes dans notre pays : sala­rié·e·s, chômeurs et chômeuses, précaires, retrai­té·e·s.
Ces inéga­li­tés et le senti­ment d’injus­tice fiscale sont encore aggra­vés par les hausses des prix des carbu­rants. Le poids des dépenses éner­gé­tiques repré­sente 14,9 % du revenu des ménages les plus pauvres, et seule­ment 5,9% pour les plus riches qui sont pour­tant les plus gros pollueurs [1]. Pour les riches, les hausses de prix sont indo­lores. Du fait de la ségré­ga­tion sociale dans les terri­toires, beau­coup de personnes modestes n’ont pas d’autres alter­na­tives qu’u­ti­li­ser un véhi­cule et/ou une chau­dière au fioul et sont forte­ment touchées par la hausse des prix des carbu­rants.

La taxe sur les carbu­rants du gouver­ne­ment est présen­tée comme une réponse aux enjeux du réchauf­fe­ment clima­tique. Mais elle va surtout servir à boucher les trous du budget : en 2019, sur les 37 milliards prévus de taxe sur les produits éner­gé­tiques, seuls 7,2 milliards seront affec­tés à la tran­si­tion écolo­gique.

Une tran­si­tion écolo­gique et sociale, appuyée sur plus de justice fiscale

Face aux immenses enjeux envi­ron­ne­men­taux et de santé, la fisca­lité peut être un outil pour finan­cer la tran­si­tion écolo­gique à condi­tion qu’elle ne soit pas inéga­li­taire. Utili­ser la fisca­lité pour inci­ter une société entière à réduire sa consom­ma­tion d’éner­gies fossiles n’a de sens que si dans le même mouve­ment des compen­sa­tions sociales redis­tri­bu­trices le permettent. Il faut égale­ment désin­ves­tir dans les éner­gies fossiles et inves­tir massi­ve­ment dans les alter­na­tives : dans les trans­ports en commun pour les rendre plus denses et pas seule­ment dans les métro­poles, moins chers et plus propres, déve­lop­pe­ment des pistes cyclables, arrêt de l’éta­le­ment urbain qui aggrave les problèmes de trans­port et l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion des terres, relo­ca­li­sa­tion des acti­vi­tés écono­miques, des services publics et des commerces de proxi­mité, déve­lop­pe­ment d’une poli­tique ambi­tieuse pour des loge­ments acces­sibles et bien isolés, réorien­ta­tion de l’ap­pa­reil produc­tif, pour répondre aux besoins sociaux utiles et durables pour la majo­rité de la popu­la­tion.

Le président Macron, devenu le cham­pion du slogan plus que le cham­pion du climat, mène une poli­tique contraire à ces objec­tifs : appro­fon­dis­se­ment de la globa­li­sa­tion écono­mique et finan­cière qui n’est pas climato-compa­tible (CETA, JEFTA, etc), réduc­tion des dépenses publiques et donc des possi­bi­li­tés d’in­ves­tis­se­ment en faveur de la tran­si­tion écolo­gique et sociale, ferme­ture des lignes de desserte locale et pour­suite du déclin du fret ferro­viaire, ferme­ture des services publics de proxi­mité, refus de suppri­mer les niches fiscales sur les éner­gies fossiles, nouvelles auto­ri­sa­tions de forage pour Total en Guyane et pour­suite de la construc­tion d’au­to­rou­tes…

Une véri­table poli­tique de lutte contre le réchauf­fe­ment clima­tique ne peut se faire en aggra­vant les inéga­li­tés mais doit être, au contraire, l’oc­ca­sion de réduire celles-ci pour aller vers une tran­si­tion écolo­gique et sociale, appuyée sur plus de justice fiscale.

Attac France est dispo­nible, avec les asso­cia­tions et syndi­cats qui partagent ces convic­tions, pour prendre toutes les initia­tives qui permet­tront d’avan­cer vers la satis­fac­tion de ces reven­di­ca­tions et un chan­ge­ment radi­cal de poli­tique sociale et écolo­gique.

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.