Aller au contenu

Au Brésil, un fasciste, Bolso­naro, peut gagner l’élec­tion prési­den­tielle, dans quelques jours!

Sur le site ami, Réflexions et échanges insou­mis (Ensemble!insou­mis), un article de Charles André Udry publié sur le site suisse Alen­contre :

http://reflexions-echanges-insou­mis.org/bresil-vers-un-regime-auto­ri­taire/

Sur Face­book :

https://m.face­book.com/story.php?story_fbid=324185555024128&id=226601351449216

Etait prévi­sible la première place acquise au premier tour des élec­tions brési­liennes, le 7 octobre 2018, par le candi­dat d’ex­trême-droite Jair Bolso­naro (Parti social-libé­ral) et de son colis­tier au même profil, Hamil­ton Mourão, un géné­ral de réserve mis à la retraite, mais payé, sur déci­sion de Michel Temer, depuis le 28 février 2018. Il est membre du Partido reno­va­dor trabal­hista Brasi­leiro qui n’avait pas de repré­sen­ta­tion fédé­rale. Les sondages d’Ibope et de Data­folha, que nous avions repro­duits, annonçait l’is­sue du 7 octobre. Toute­fois, l’am­pleur des suffrages captés par Bolso­naro n’était pas envi­sa­gée par les « analystes » et les forces mili­tants, diverses, se situant à gauche sur l’éven­tail poli­tique.

Le nombre d’élec­teurs et d’élec­trices ayant voté est de 107 050 530. Les votes nuls 6,14 %, les blancs, 2,65 %, le taux d’abs­ten­tion : 20,3 %.

Jair Bolso­naro a réuni 46,03 % des voix, soit un élec­to­rat équi­valent à 49 276 991. Une donnée plus expres­sive que les pour­cen­tages pour ceux et celles qui ne scrutent pas de près la situa­tion brési­lienne. Le candi­dat du PT (Parti des travailleurs) – sacré par Lula le 11 septembre comme le candi­dat du PT, Fernando Haddad – a obtenu 29,28 % des suffrages expri­més, ce qui équi­vaut à 31 341 997 élec­teurs et élec­trices. Quelque 10 millions de moins.

Un poli­ti­cien de « premier rang » – membre d’une forma­tion qui a fait les beaux jours de la classe domi­nante à la sortie de la dicta­ture (1985), le Parti de la social-démo­cra­tie brési­lienne – Géraldo Alck­min est rétro­gradé en quatrième posi­tion avec 4,76 % des voix, et 5 096 341 de « suppor­ters ».

Sur la troi­sième place du podium, médaillé de bronze, Ciro Gomes (Parti démo­cra­tique travailliste) : 12,47 % des suffrages, soit 13 344 353 de votant·e·s. Les médaillés d’argent et de bronze rassemblent, avec quelque 44 millions d’élec­teurs, 5 millions de moins que Jair Bolso­naro. Ceux qui ne scrutent pas la société et ses tribu­la­tions sous l’im­pact d’une crise multi­forme – qui s’ac­cen­tue depuis 2014 – ont fait preuve d’une grande myopie.

Ils se sont enfer­més dans la « tour d’ivoire » du seul monde des partis poli­tiques. Un sujet préféré des articles de la presse super­fi­cielle. Or, le pouvoir d’at­trac­tion du discours et du person­nage de Jair Bolso­naro ne renvoie pas seule­ment aux forces qui se sont mobi­li­sées à ses côtés, sous diverses moda­li­tés, mais aussi à la synto­nie qui s’éta­blit entre, d’une part, le vécu d’élec­teurs poten­tiels, leurs affects – vali­dés par des expé­riences propres à la quoti­dien­neté et mémo­ri­sés comme des « preuves » –, l’in­ter­pré­ta­tion de leurs inté­rêts, l’im­pact sur eux d’un « story­tel­ling » (d’une mise en récit) diffusé par les grands médias, si impor­tants au Brésil et, d’autre part, la figure construite d’un person­nage comme Bolso­naro qui imprime un sens à cet agglo­mé­rat de ressen­ti­ments.

Les écrits sur le fascisme de Trotsky sont fort utiles pour capter des éléments susmen­tion­nés, sans tomber dans le piège des analo­gies trop rapides. Néan­moins, il ne faudrait pas oublier les traits subtils de l’ou­vrage de Wilhelm Reich, La psycho­lo­gie de masse du fascisme, écrit en 1933, pour commen­cer à analy­ser les origines et les traits du tsunami du 7 octobre.

Des résul­tats qui parlent

Reve­nons à quelques résul­tats. Dans un Etat comme celui de São Paulo, le candi­dat du PSL obtient 53 % des suffrages (12 378 012 d’élec­teurs) ; celui du PT : 16,42 % (3 833 982 d’élec­teurs). Il est toujours possible d’ar­gu­men­ter – et cela est vrai – qu’Had­dad, ancien maire de São Paulo, avait subi une défaite élec­to­rale saisis­sante en octobre 2016 face à un nouveau venu qui préten­dait au poste stra­té­gique de maire de la plus grande ville du Brésil : João Doria Junior du Parti de la social-démo­cra­tie brési­lienne. Ce dernier avait obtenu au premier tour des « muni­ci­pales » 53,3 % des voix contre 16,7 % pour Fernando Haddad. Cette fois, les propor­tions du résul­tat élec­to­rale sont simi­laires. Si ce n’est que l’op­po­sant n’est pas une multi­mil­lion­naire comme João Doria Junior, fils d’un poli­ti­cien connu, mais le capi­taine à la retraite Jair Bolso­naro. Soit un admi­ra­teur expli­cite de la dicta­ture, de l’ar­mée, de la police, des tortion­naires, de l’au­to­dé­fense armée, un sexiste et homo­phobe assumé, de même que le défen­seur, cela va de soi, des « valeurs de la famille », déployant donc le drapeau de l’op­po­si­tion au droit à l’avor­te­ment. Ses trois fils n’ont-ils pas connu un succès analogue lors de ces élec­tions ? Et les évan­gé­listes réac­tion­naires n’ont-ils pas fait de Jair leur « messie » poli­tique, lui dont le prénom sonne bien : Jair Messiah Bolso­naro ?

Nous cite­rons, dans cet article, les Etats où Bolso­naro a obtenu la majo­rité abso­lue : Rio Grande do Sul (52,63 %), Paraná (56,89 %), Matto Grosso do Sul (55,06 %), Goias (57,24 %), Espi­rito Santo (54,76 %), Bahia (60,28 %), Matto Grosso (60,04 %), Rondo­nia (62,24 %), Acre (62,25 %), Roraima (62,97 %), Rio de Janeiro (59,79 %). Fernando Haddad n’a réuni une majo­rité abso­lue qu’à Bahia (60,28 %), Piauí (63,4 %), Maranhão (61,26 %) et Sergipe (50,09 %). Fernando Haddad n’ar­rive en première posi­tion que dans les Etats suivants : Pernam­buco (48,87 %, avec Bolso­naro à 30,57 %) ; Rio Grande do Norte (41,19 %, avec Bolso­naro à 30,21 %), Paraíba (45,46 % avec Bolso­naro à 31,3 %), Alagoas (44,75 %, avec Bolso­naro à 34,4 %). Autre­ment dit, le candi­dat du PT a obtenu une majo­rité abso­lue dans quatre Etats du NordEste.

Enfin, parmi les dépu­tés fédé­raux ayant rassem­blé le plus de votes, se détache en première place le fils de Jair Bolso­naro, avec 1 843 735 suffrages à São Paulo. En deuxième posi­tion, Joice Hassel­mamn (avec 1 078 666 votes) à São Paulo, membre du PSL depuis avril 2018. Certes, par le passé, elle était très présente dans les médias télé­dif­fu­sés et les réseaux sociaux, ainsi qu’a­ni­ma­trice de relief des mani­fes­ta­tions, en 2015 et 2016, contre Dilma Rous­seff. Son apolo­gie du juge Sergio Moro n’est pas passée inaperçue, ainsi que son soutien à la police fédé­rale lors de la répres­sion de mani­fes­ta­tions.

Les mili­taires et le « garde à vous » face à l’his­toire

Major Olim­pio, membre du PSL, est élu au sénat dans l’Etat de São Paulo avec 25,81 % des suffrages et arrive en première posi­tion, suivi par Maria Gabrilli du PSDB qui réunit 18,59 % des suffrages.

Ce membre de la Police mili­taire – une insti­tu­tion mili­taire répu­tée pour ses talents répres­sifs – a exprimé son point de vue, plus « nuancé » que son patron, sur la dicta­ture mili­taire : « L’his­toire du régime mili­taire a été racon­tée que par un seul côté, de manière incroyable, par les vain­cus [la gauche donc]. Norma­le­ment quand on raconte une histoire c’est celle des vainqueurs, dans le cas du régime mili­taire ce furent les vain­cus. Il existe une histoire qui un jour va être à nouveau contée, pour trou­ver un équi­libre ». Major Olim­pio a-t-il lu Enzo Traverso ou Michael Löwy, à l’en­vers ?

A l’en­droit, la mémoire posi­tive de la dicta­ture se concré­tise par la présence (déjà) de 22 élus ayant des liens avec les forces armées : police mili­taire, mili­taire à la retraite, membre des forces armées, pompiers mili­taires, dont 13 sont du PSL (Folha de São Paulo, 9 octobre 2018). Parmi les conseillers de Jair Bolso­naro se trouve le géné­ral de réserve Augusto Heleno Ribeiro Pereira. Il a déve­loppé sa carrière mili­taire ascen­dante dès 1969. Il commanda les troupes de la MINUSTAH (Mission des Nations unies pour la stabi­li­sa­tion en Haïti), de juin 2004 à septembre 2005. Dans une tradi­tion qui s’est expri­mée parmi des mili­taires français fort à droite durant la guerre d’Al­gé­rie, Augusto Heleno a émis des critiques sur cette mission. Pourquoi? Elle n’a pas combiné une poli­tique de sécu­rité stricte avec des projets de déve­lop­pe­ment « social », un auto­ri­ta­risme pour le bien d’un peuple maté. Jair Bolso­naro avait envi­sagé de l’ins­crire comme vice-président sur le ticket prési­den­tiel. Il refusa. Mais il confirma son soutien au capi­taine.

Les liai­sons entre­te­nues par Jair Bolso­naro avec des cercles consis­tants de l’ar­mée – dont la conti­nuité et la place post-dicta­to­riale au Brésil n’ont jamais été remises en cause – existent depuis des années. Elles se sont accen­tuées depuis un an, dans les deux sens. Les sondages parmi les mili­taires montraient, durant la dernière période, l’in­fluence crois­sante de Bolso­naro qui remplis­sait aussi le rôle d’une assu­rance anti-PT.

L’ar­mée se présente comme non seule­ment un élément d’ordre, mais elle fait écho à une vaste « désillu­sion ». Cette dernière trou­vait une traduc­tion cernée par l’enquête d’opi­nion faite par le Pew Research Center-Global. Atti­tude&Trends (16 octobre 2017) : la « démo­cra­tie repré­sen­ta­tive » est consi­dé­rée comme « très bonne » par seule­ment 8 % de l’échan­tillon sondé au Brésil ; un pour­cen­tage infé­rieur à celui du Mexique qui se situait à 9 %. La dernière étude du World Econo­mic Forum (WEF) portant sur « la compé­ti­ti­vité mondiale », place à la 137e place, sur 138 pays exami­nés, la « perte de confiance des Brési­liens face à la classe poli­tique ».

Désen­chan­te­ment et « besoin d’ordre »

Ce désen­chan­te­ment possède plusieurs sources, parmi lesquelles la corrup­tion géné­ra­li­sée. Elle est le produit d’une connexion insti­tuée depuis long­temps entre, d’un côté, les grands travaux d’in­fra­struc­ture de ce « pays conti­nent » ainsi que son écono­mie extrac­ti­viste et agro-expor­ta­trice et, de l’autre, les instances poli­tiques contrô­lées par les partis des domi­nants ou ceux se mettent à dispo­si­tion du capi­tal, comme le fit direc­te­ment un secteur de l’ap­pa­reil du PT. A cela s’ajoute l’im­pact sur l’em­ploi de la profonde réces­sion – une perte d’em­plois d’en­vi­ron 20 millions, directe ou indi­recte, ayant les formes d’une préca­ri­sa­tion extrême (voir Ricardo Antunes à ce propos) –, la paupé­ri­sa­tion et la montée de la violence qui est diffu­sée sur le mode d’un cumul d’évé­ne­ments anec­do­tiques qui saturent « l’in­for­ma­tion » sur les chaînes télé­vi­sées.

La droite extrême et l’ex­trême-droite ont compris qu’une fenêtre de tir idéale se présen­tait. Dès lors, les thèmes diffu­sés par Bolso­naro et ses réseaux ont rempli un vide poli­tique, avec du « nouveau ». Ce qui dans un régime de tempo­ra­lité accé­lé­rée et de renou­vel­le­ment géné­ra­tion­nel se mesure en semaines, pour ne pas dire moins.

Ce besoin « ordre » – sans « progrès », ni « amour », ce qui était la formule ternaire initiale emprun­tée à Auguste Comte pour en faire le logo du drapeau brési­lien – est d’au­tant plus néces­saire que le « monde des affaires ». Ralliées momen­ta­né­ment à un Michel Temer, défait en termes de crédi­bi­lité poli­tique, pour accé­lé­rer des contre-réformes, des frac­tions des classes domi­nantes vont faire face, à court terme, à une diffi­culté. Les dépenses budgé­taires « obli­ga­toires » sont à hauteur de 90 % compo­sées par les rubriques suivantes : santé, éduca­tion, salaires de la fonc­tion publique, système de retraite, « aides sociales », subven­tions diverses. Dès lors, comme l’ex­plique William Jack­son, chef écono­miste de Capi­tal Econo­mics pour les « marchés émer­gents » : « Beau­coup des mesures néces­saires pour amélio­rer les finances publiques sont très impo­pu­laires, mais elles doivent être appuyées par de fortes majo­ri­tés pour aller de l’avant  ». Jack­son souli­gnait aupa­ra­vant que : « Les inves­tis­seurs paraissent être plus à l’aise avec Jair Bolso­naro qu’ils consi­dèrent plus favo­rable aux marchés, face au profil plus étatiste de Fernando Haddad » (El Pais, 7 octobre 2018).

A défaut de majo­rité popu­laire, autre­ment dit d’une résis­tance sociale déci­dée – car la majo­rité parle­men­taire peut être obte­nue – « l’ordre » pourra être imposé par les compo­santes des forces armées. La crimi­na­li­sa­tion des mouve­ments sociaux et de leurs repré­sen­tants fait partie de l’agenda de Bolso­naro. Ses formules « un bon voleur est un voleur mort » ; « tirez d’abord, inter­ro­gez ensuite », « tuez-les » à propos des mili­tant·e·s du PT peuvent prendre une tour­nure plus insti­tu­tion­nelle dans la mise en place d’un régime auto­ri­taire. Un tel régime peut avoir recours, de plus, à la marge, à des bandes fasci­santes actives sur le terrain pour semer la crainte. L’ex­pé­rience de la mili­ta­ri­sa­tion de Rio – déci­dée formel­le­ment par Temer – servira (et sert déjà) de banc d’es­sai utili­sable pour un futur pouvoir auto­ri­taire fédé­ral.

L’Evan­gile et Bolso­naro

Jair Bolso­naro est depuis 27 ans député au Parle­ment. Cette présence est due à une fonc­tion souvent quali­fiée au Brésil de « député du bas clergé » ; ce qui signi­fie qu’il avait comme rôle celui de rabat­teur pour faire voter en faveur des caciques.

Aujourd’­hui, il occupe une place dans le « haut clergé ». Et l’ap­pui lui a été fourni média­tique­ment par un richis­sime magnat de la commu­ni­ca­tion : Edir Macedo. Ce dernier a fondé l’Eglise univer­selle du règne de Dieu et fait construire un temple pouvant réunir 10 000 fidèles (payant) à São Paulo ; une préten­due réplique du temple de Salo­mon, placé dans le quar­tier popu­laire de Bras, l’un des 96 districts de la méga­lo­pole.

Les diverses commu­nau­tés évan­gé­liques regroupent plus de 22 % de la popu­la­tion du Brésil, soit quelque 42 millions de personnes. Leur présence parle­men­taire est notable et les candi­dats cherchent leur appui. De leur côté, ces diverses églises évan­gé­liques, qui sont des marchands du temple fort actifs, attendent des poli­tiques des inter­ces­sions qui favo­risent leur statut de contri­buables.

Edir Macedo a soutenu, à l’époque, Lula et Dilma Rous­seff. Cette fois son choix s’est porté sur Jair Bolso­naro. Il existe un conglo­mé­rat de frac­tions parle­men­taires qui a pour acro­nyme : BBB. Autre­ment dit : Bala (la balle de fusil), Boi (le bœuf), Biblia (la bible).

L’ap­pui d’Edir Macedo à Bolso­naro s’est traduit par un accès à sa chaîne TV Record, très regar­dée, dans un pays où la déci­sion de vote est forte­ment influen­cée par la télé­vi­sion. Selon Ronaldo Alme­dia, profes­seur à l’uni­ver­sité UNICAMP et membre de Centre brési­lien d’ana­lyse et de plani­fi­ca­tion (Cebrap) : « Depuis septembre s’est produit un dépla­ce­ment consi­dé­rable des inten­tions du vote évan­gé­lique en direc­tion de Bolso­naro. Bolso­naro repré­sente une sensa­tion d’ordre et d’au­to­rité qui prend dans cette partie de la popu­la­tion, encore plus dans un contexte de régres­sion écono­mique et moral » (El Pais, 8 octobre 2018). Ce n’est pas un hasard si à l’oc­ca­sion du dernier débat, avant la jour­née 7 octobre, Jair Bolso­naro a donné un long entre­tien à TV Record, lais­sant les autres candi­dats « discu­ter entre eux ». Lui, pour « raisons médi­cales », ne pouvait que se confier, en direct, aux télé­spec­ta­teurs qui « refusent pour­ri­ture morale diffu­sée par la gauche » comme l’ex­plique le grand prêtre évan­gé­liste de la Victoire du Christ.

Tisser des liens avec le grand capi­tal

Dès le 8 octobre, le conseiller écono­mique de Bolso­nara, Paulo Guedes, a pris contact avec des membres influents du « monde écono­mique ». Paulo Guedes n’est pas qu’un élève de l’école de Chicago et un fana­tique des priva­ti­sa­tions. Il dirige un fonds d’in­ves­tis­se­ment – Bozano Inves­ti­men­tos Gestão de Recur­sos Ldta – qui déclare 3,5 milliards de R$ sous gestion. Certes, la somme de 945 millions de dollars n’est pas énorme. Mais, ce fonds se concentre sur le « venture capi­tal » (prises de parti­ci­pa­tion) et le « private equity » (achat, « redres­se­ment » et revente d’en­tre­prise), ce qui faci­lite les contacts et peut être un lieu de rencontre dans la pers­pec­tive d’une vague de priva­ti­sa­tions.

Le poste de patron de la Banque centrale (BCB) sera crucial. L’ac­tuel gouver­neur, Ilan Gold­fajn, écono­miste israé­lien et gouver­neur de la BCB depuis juin 2016, semble ne pas vouloir rester à ce poste. Qui va être choisi en cas de victoire de Bolso­naro ? Ce choix aura une conso­nance poli­tique analogue à celui de Lula en 2003, lorsqu’il lança « son » dévolu sur Henrique Mereilles qui occupa ce poste jusqu’en 2010. Mereilles, lorsqu’il offi­ciait aux Etats-Unis était un proche de Bill Clin­ton. Il diri­gea jusqu’en 1999 la BankBos­ton inter­na­tio­nale, puis après la fusion de cette dernière avec le Fleet Finan­cial Group, Mereilles devint le président de la FleetBos­ton Finan­cial’s Global Banking, avant de reve­nir au Brésil en 2002. Ainsi la Fohla de São Paulo du 9 octobre énumé­rait une série de contacts établis par Paulo Guedes en vue de la forma­tion d’un gouver­ne­ment et de nomi­na­tions à des postes influents. Etaient mention­nés : Alexandre Betta­mio, président pour l’Amé­rique latine de Bank of America ; João Cox du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de TIM (filiale de Tele­com Italia Mobile) qui dispose d’un rôle de premier plan dans la télé­com­mu­ni­ca­tion mobile (GSM) au Brésil ; Maria Silvia Bastos Marques, membre de la direc­tion de Gold­man Sachs Brésil et ex-prési­dente de la BNDES (Banque brési­lienne de déve­lop­pe­ment), créée en 1952 dans une pers­pec­tive déve­lop­pe­men­tiste, mais sa fonc­tion a bien changé ; Roberto Campos Neto, direc­teur de Santan­der Brésil (filiale de Santan­der Espagne).

Pour termi­ner ce bref aperçu des alliances socio-écono­miques que se doit de passer un poten­tiel président comme Bolso­naro, il ne faut pas oublier le secteur extrac­ti­viste. Le quoti­dien écono­mique O Valor cite les contacts pris avec Roberto Castello Branco, gouver­neur de la BCB, ex-conseiller de la direc­tion du grand groupe Vale (mine­rai, gaz, pétrole), aujourd’­hui à la tête de l’im­por­tante commu­nauté profes­sion­nelle que repré­sente la Fonda­tion Getu­lio Vargas. Le nom de Fabio A. Abraho a aussi été mentionné, il siège à la direc­tion de Infra Part­ners, un géant de la logis­tique. Il est passé chez Vale.

Pour le capi­tal, dans cette crise multi­face, Bolso­naro président se doit d’en­ca­drer une base popu­laire, de répri­mer en crimi­na­li­sant les résis­tances sociales et démo­cra­tiques. Pour cela il peut prendre appui conjoin­te­ment sur les évan­gé­liques et les divers corps d’ar­mée – deux facettes de l’ordre – et enga­ger une vague de contre-réformes. La nature de ce régime s’éclai­rera dans la foulée d’une élec­tion victo­rieuse. Et si c’est le cas, ce bascu­le­ment socio-poli­tique au Brésil s’ins­crira vrai­ment dans la fin – prévi­sible depuis quelques années – du cycle dit « progres­siste » en Amérique latine, avec des simi­li­tudes à l’échelle mondiale. Ce qui peut être le sujet d’un autre article après le 28 octobre.

Pour l’heure, la mobi­li­sa­tion pour battre le ticket Bolso­naro-Mourão dans la rue et dans les urnes est une prio­rité, comme l’ex­pliquent les trois articles que nous publions ci-dessous et propose de voter contre Bolso­naro, pour Haddad.

Charle-André Udry, le 10 octobre 2018. Publié sur le site d’Alen­contre.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.