Aller au contenu

Perqui­si­tions à la « France insou­mise » : un profond senti­ment d’injus­tice 

Voici le commu­niqué de François Ruffin, ce 16 octobre.

Ce matin, l’ap­par­te­ment de Jean-Luc Mélen­chon, celui de la secré­taire géné­rale du groupe, le local de la France insou­mise et celui du Parti de gauche ont été perqui­si­tion­nés.

Je voudrais dire ici mon profond senti­ment d’injus­tice.

Il y a un homme qui a mené sa campagne main dans la main avec les maîtres de la presse, les maîtres des télé­coms, les maîtres du médi­ca­ment, tout le CAC40 réuni, qui baigne dans les affaires comme un requin en eaux troubles,

il y a un homme qui a profité du minis­tère de l’Eco­no­mie, et son ancien collègue du budget Chris­tian Eckert en témoigne, pour lancer sa campagne prési­den­tielle sur les deniers publics,

il y a un homme qui s’est entouré de ministres, de colla­bo­ra­teurs, gavés de stocks options, d’af­fai­ristes de l’im­mo­bi­lier, de cham­pions du conflit d’in­té­rêts,

il y a un homme qui, retour sur inves­tis­se­ment, fait des lois sur mesure pour ses amis finan­ciers, du secret des affaires à la vente des aéro­ports en passant par la suppres­sion de l’ISF, par la flat tax, par le CICE renforcé, etc.

il y a un homme qui, c’est sous notre nez, opère la fusion de l’Etat avec l’oli­gar­chie, écarte chaque jour l’in­té­rêt géné­ral au profit des multi­na­tio­nales.

Et qui vient-on pour­suivre ?
Le groupe qui, aujourd’­hui, à l’As­sem­blée et en-dehors, défend les gens contre l’argent. 
C’est telle­ment évident.
Telle­ment deux poids, deux mesures.
Telle­ment une dispro­por­tion de moyens pour des queues de cerises, quand, dans le cas Benalla, la police trouve porte close le soir et revient genti­ment le lende­main, une fois l’ap­par­te­ment nettoyé.

Je suis dans le train, là, pour le site de Sanofi de Mourenx, dans les Pyré­nées.
Durant des mois, et peut-être des années, l’usine a rejeté 190 000 fois plus de bromo­pro­pane, une substance cancé­ri­gène, que les normes auto­ri­sées. Durant des décen­nies, la Dépa­kine fut vendue à des femmes enceintes, causant 30 000 enfants autistes, alors que Sanofi savait, se taisait, engran­geait les profits. Et refuse aujourd’­hui de sortir le moindre euro pour les indem­ni­ser.
Là, on attend toujours une perqui­si­tion au siège de Sanofi. Ou au domi­cile de Serge Wein­berg, son PDG, et ami de notre Président, à qui il conseillait : « Enri­chis­sez-vous. », avant de l’in­tro­duire à la banque Roth­schild, avant de le soute­nir pour la prési­den­tielle, avant d’être, dès l’in­tro­ni­sa­tion, reçu à l’Ely­sée.
Ces perqui­si­tions, on les attend toujours.
On risque de les attendre long­temps.

On peut appré­cier ou non Jean-Luc Mélen­chon.
On peut appré­cier ou non la France insou­mise.
Et je ne suis pas, loin de là, le plus « corpo­rate » des dépu­tés FI.
Mais le souci, pour moi, n’est plus là. Et avec un peu de gravité, je voudrais m’adres­ser simple­ment aux Répu­bli­cains de ce pays : c’est la ques­tion démo­cra­tique qui est désor­mais posée. Et de cette épreuve, avec le peuple, avec les gens, je suis convaincu que nous sorti­rons plus forts.

Toutes mes amitiés, à distance, à mes cama­rades.
(Depuis la gare de Pau.)

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.