Aller au contenu

Libé­ra­tion du 15 octobre. « Italie blanche et chemises noires »

Un article de Laurent Joffrin.

(une fois n’est pas coutume sur notre site. Mais là, chapeau bas)

La « botte italienne », expres­sion géogra­phique, va-t-elle prendre aussi une signi­fi­ca­tion poli­tique, nette­ment moins rassu­rante ? Dernières nouvelles de la pénin­sule.

A Lodi, ville de Lombar­die célèbre pour son pont, qu’en­leva Bona­parte, la maire Sara Casa­nova, issue de la Ligue, a décrété que les enfants d’im­mi­grés devaient manger à part à la cantine. La muni­ci­pa­lité a fait adop­ter une réso­lu­tion deman­dant aux familles étran­gères de décla­rer ce qu’elles possèdent non seule­ment en Italie, mais aussi dans leur pays d’ori­gine. Cette attes­ta­tion étant souvent impos­sible à four­nir, ces enfants doivent prendre leur repas à l’écart des autres, avec un sand­wich ou une gamelle four­nie par leur famille. Cet apar­theid infan­tile a suscité l’in­di­gna­tion et une collecte a été orga­ni­sée pour aider ces familles. La maire a main­tenu sa posi­tion et exige toujours les certi­fi­cats de ressources prévus par sa réso­lu­tion.

A Bari, port des Pouilles en première ligne dans l’ac­cueil des migrants, un enfant d’ori­gine afri­caine a été pein­tur­luré de blanc à la bombe par un groupe de jeunes pour qu’il soit désor­mais de la « bonne » couleur : « Tu es noir, comme cela tu seras blanc ».

A Riace, village de Calabre où le maire commu­niste Dome­nico Lucano a fait venir des migrants pour repeu­pler sa loca­lité jusque-là en sévère déclin démo­gra­phique, le ministre de l’In­té­rieur Salvini a fait assi­gner l’édile à rési­dence sous l’ac­cu­sa­tion d’aide illé­gale aux migrants et prévu de faire « dépor­ter » les migrants accueillis par la popu­la­tion dans des camps de regrou­pe­ments plus vastes. Même indi­gna­tion dans le pays, même refus de modi­fier les déci­sions prises. Le ministre a seule­ment accepté, devant le tollé natio­nal, de reti­rer le mot « dépor­ter ». Il a néan­moins main­tenu la chose et Riace est en voie de norma­li­sa­tion xéno­phobe.

Ces trois exemples font suite à une série impres­sion­nante d’agres­sions racistes recen­sées depuis l’ar­ri­vée au pouvoir de la coali­tion Ligue-Cinq Etoiles. Elles ont provoqué d’in­nom­brables protes­ta­tions dans l’opi­nion italienne, mais Matteo Salvini n’en a cure : dans les sondages, les inten­tions de vote en faveur de la Ligue ne cessent de progres­ser. Dans une inquié­tante rémi­nis­cence, le pays de Dante, de Verdi, de Michel-Ange et de Gari­baldi, se souvient désor­mais qu’il fut aussi le pays de Musso­lini. Nul raccourci polé­mique dans cette remarque : Matteo Salvini ne cesse d’en­voyer des messages subli­mi­naux desti­nés à faire revivre ces mânes funestes dans l’es­prit des Italiens. Il pose torse nu, démarque fréquem­ment les apho­rismes les plus célèbres du Duce, use d’une rhéto­rique brutale et fami­lière, grimace à qui mieux mieux à la manière de… Il ne lui manque qu’une chemise noire et une paire de bottes.

Laurent Joffrin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.