Aller au contenu

Burkini, isla­mo­pho­bie et fasci­sa­tion des esprits

Un article de Moha­med Belaali.

http://www.belaali.com/2016/08/burkini-isla­mo­pho­bie-et-fasci­sa­tion-des-esprits.html

 

Il met en évidence la ques­tion sociale cachée derrière les hurle­ments à thème pseudo-laïc des amis d’une France catho­lique et contre-révo­lu­tion­naire dont Sarkozy et Valls sont deux repré­sen­tants.

On lira aussi les articles de Philippe Marlière et d’autres sur le site natio­nal d’En­semble!

PB.

Voici:

« Quatre poli­ciers armés forcent une femme musul­mane à se dévê­tir en public sur une plage de Nice parce qu’elle porte un foulard et une tunique à manches longues. Car dans la France d’aujourd’­hui « l’ac­cès aux plages et à la baignade est inter­dit à toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respec­tueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respec­tant les règles d’hy­giène et de sécu­rité des baignades » (1).

Ces arrê­tés muni­ci­paux qui fleu­rissent un peu partout sont confor­tés par les tribu­naux admi­nis­tra­tifs et soute­nus par le premier ministre Manuel Vals, « Je soutiens ceux qui ont pris des arrê­tés, s’ils sont moti­vés par la volonté d’en­cou­ra­ger le vivre ensemble » (2).

Pour Laurence Rossi­gnol, ministre des droits des femmes, le burkini doit être combattu sans arrières pensées poli­tiques : « Pour combattre cet archaïsme, il faut des person­na­li­tés poli­tiques de sang-froid, et sans arrière-pensée » (3).

JP Chevè­ne­ment, qui va proba­ble­ment prési­der la Fonda­tion pour les œuvres de l’Is­lam, après avoir traité les jeunes des cités popu­laires de sauva­geons, demande aujourd’­hui aux musul­mans de France d’être discrets : « Le conseil que je donne dans cette période diffi­cile est celui de discré­tion » (4). François Hollande offre ainsi la prési­dence de cette fonda­tion à un homme qui méprise les musul­mans !

Et on va taire par pudeur toutes les décla­ra­tions répu­gnantes de nombreuses autres person­na­li­tés et des racistes dégui­sés en laïcs. Heureu­se­ment que le Conseil d’Etat, la plus haute juri­dic­tion admi­nis­tra­tive, a suspendu l’ar­rêté « anti-burkini » pris le 5 août dernier par le maire de Ville­neuve-Loubet. Mais le premier ministre et les maires qui ont signé ces arrê­tés s’en­têtent et conti­nuent leur croi­sade contre les femmes musul­manes à travers le burkini.

Pour les hommes et les femmes poli­tiques, le vivre ensemble et la discré­tion signi­fient certai­ne­ment exclure une partie de la popu­la­tion notam­ment la frac­tion la plus vulné­rable, les femmes musul­manes. Elles doivent être, au nom de la laïcité et de la libé­ra­tion des femmes, pour­chas­sées, humi­liées, stig­ma­ti­sées et livrées à la vindicte popu­laire. Attrou­pe­ments, insultes, brimades accom­pagnent les verba­li­sa­tions : « Rentrez chez vous ! Madame, la loi c’est la loi, on en a marre de ces histoires, ici, on est catho­liques ! » (5) .

Mais derrière toute cette agita­tion et cette exci­ta­tion se cache une réalité que la classe domi­nante tente d’oc­cul­ter. En temps de crise écono­mique, la bour­geoi­sie a toujours besoin d’in­ven­ter, de fabriquer des boucs émis­saires. Les musul­mans remplacent aujourd’­hui en quelque sorte, dans des condi­tions très diffé­rentes et toute propor­tion gardée, les juifs d’hier.

La bruta­lité, la haine, le racisme, la miso­gy­nie, la xéno­pho­bie, l’is­la­mo­pho­bie etc. sont des éléments essen­tiels que la classe domi­nante instru­men­ta­lise pour main­te­nir, vaille que vaille, l’ac­cu­mu­la­tion et la concen­tra­tion de la richesse entre les mêmes mains. Il ne s’agit pas d’un problème reli­gieux ou ethnique, mais d’un problème social et poli­tique. La bour­geoi­sie n’at­taque pas l’Is­lam en tant que tel, mais l’uti­lise comme elle utilise le terro­risme, qu’ elle a par ailleurs large­ment contri­bué à créer, pour mieux masquer sa propre respon­sa­bi­lité et celle de son système en géné­ral dans la situa­tion écono­mique et sociale désas­treuse dans laquelle se trouve la France aujourd’­hui.

Il suffit de voir les rela­tions privi­lé­giées qu’en­tre­tient la bour­geoi­sie française avec des pays comme l’Ara­bie Saou­dite pour s’en convaincre. Rappe­lons que ce pays a une vision ultra-dogma­tique, rétro­grade et violente de l’Is­lam (le Wahha­bisme) et où les droits des femmes sont tout simple­ment inexis­tants (6).

Cette mani­pu­la­tion des esprits permet égale­ment à la classe domi­nante de détour­ner la colère des travailleurs et des masses popu­laires des vrais combats et des vrais problèmes : chômage de masse, préca­rité, déman­tè­le­ment du droit du travail, destruc­tion des services publics, suppres­sion progres­sive des pres­ta­tions sociales etc. Et comme disait Lénine « La bour­geoi­sie réac­tion­naire s’est partout appliquée, à atti­ser les haines reli­gieuses, pour atti­rer dans cette direc­tion l’at­ten­tion des masses et les détour­ner des ques­tions poli­tiques et écono­miques véri­ta­ble­ment impor­tantes et capi­tales » (7). En montrant du doigt non pas le capi­ta­lisme évidem­ment qui est en train de détruire l’homme et la nature mais les musul­mans, la bour­geoi­sie déforme la réalité, la traves­tit. Elle se présente tel un pres­ti­di­gi­ta­teur habile atti­rant l’at­ten­tion de la popu­la­tion par un tour extra­or­di­naire sur le burkini, le voile, les jupes longues, la viande hallal, le menu de substi­tu­tion dans les cantines scolaires etc. pour mieux dissi­mu­ler ses véri­tables objec­tifs, perpé­tuer ses privi­lèges. La rhéto­rique anti-isla­mique se substi­tue par ailleurs large­ment au vide des programmes des gouver­ne­ments succes­sifs et de la plupart des partis poli­tiques fidèles servi­teurs des puis­sants.

Une partie de la popu­la­tion, malheu­reu­se­ment de plus en plus impor­tante, éduquée et élevée dans la haine de « l’Autre » succombe faci­le­ment à ce discours déma­go­gique. Apeu­rée et trau­ma­ti­sée par des décen­nies d’aus­té­rité, elle se jette dans les bras d’un pouvoir qu’elle croit protec­teur notam­ment en période de crise écono­mique. Il faut dire qu’ à longueur d’an­née et surtout en période élec­to­rale on lui ressasse inlas­sa­ble­ment, à travers les médias, les mêmes mots et les mêmes images : Isla­mo­pho­bie, Immi­gra­tion, Insé­cu­rité, Terro­risme, Iden­tité natio­nale, Réfu­giés … Ces thèmes creux seront proba­ble­ment les ques­tions centrales de la campagne élec­to­rale pour la prochaine prési­den­tielle.

Aujourd’­hui, le capi­ta­lisme en crise produit et conti­nuera à produire des « valeurs » de haine, de xéno­pho­bie, d’is­la­mo­pho­bie etc. C’est à ce système qu’il faut s’at­taquer et à la classe qui le porte et non aux femmes, aux travailleurs immi­grés, aux réfu­giés quelque soit leur confes­sion. »

Moha­med Belaali

———————–

(1)http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/08/11/le-maire-de-cannes-inter­dit-les-vete­ments-reli­gieux-a-la-plage_4981587_3224.html

(2)http://www.lapro­vence.com/article/poli­tique/4078328/valls-sur-le-burkini-une-vision-archaique-de-la-place-de-la-femme-dans-lespace-public.html

(3)http://www.euro­pe1.fr/poli­tique/laurence-rossi­gnol-denonce-le-burkini-profon­de­ment-archaique-2820898#xtor=CS1–16

(4)http://www.lepa­ri­sien.fr/poli­tique/je-ne-me-dero­be­rai-pas-15–08–2016–6041519.php

(5)http://www.fran­cet­vinfo.fr/societe/reli­gion/laicite/pole­mique-sur-le-burkini/une-femme-verba­li­see-sur-une-plage-de-cannes-parce-qu-elle-portait-un-voile_1766809.html

(6)http://www.belaali.com/article-arabie-saou­dite-le-silence-complice-des-bour­geoi­sies-occi­den­tales-sur-les-revoltes-popu­laires-109557989.html

(7) Socia­lisme et reli­gion, « Novaïa Jizn » n° 28, 3 décembre 1905.