Aller au contenu

Civaux : une simple affaire de tuyaux à rempla­cer ?

Les réac­teurs 1 et 2 de la centrale de Civaux sont à l’ar­rêt suite à la détec­tion de fissures dans des tuyau­te­ries sur un circuit annexe du circuit primaire prin­ci­pal en contact avec le combus­tible.

De plus EDF annonce l’ar­rêt des deux tranches 1500Mw de Chooz ainsi qu’une 1300 Mw à Penly.

Commu­niqué d’EDF du 14 janvier.

Inter­viewé sur FR3, le président du Conseil dépar­te­men­tal A. Pichon, et donc président de la CLI (commis­sion locale d’in­for­ma­tion) a tenu à rassu­rer. Il a repris le discours d’EDF :. « Pas de danger, on analyse les causes, on change les tuyaux et ça repart ! »

Commu­niqué d’EDF du 13 janvier

Pour­tant le compte-rendu fait par EDF lors de la dernière réunion de cette commis­sion (CLI) laissent des zones d’ombre.

L’hy­po­thèse avan­cée par EDF est que les fissures consta­tées (la plus profonde des fissures mesure 5,6 mm pour une épais­seur de 28 mm de la paroi) seraient dues à la combi­nai­son de trois facteurs :

  • la corro­sion provoquée par le fluide primaire
  • les contraintes méca­niques et ther­miques provoquées par la pres­sion et les tempé­ra­tures du fluide
  • dété­rio­ra­tion de l’inox que l’opé­ra­tion de soudage a rendu cassant.

Reste qu’EDF, lors de cette réunion d’in­for­ma­tion, n’a pas fourni de réponses sur le nombre et la longueur des fissures ni sur le nombre de zones concer­nées et d’élé­ments à rempla­cer. Aucune expli­ca­tion non plus sur la cause de la dété­rio­ra­tion de l’inox appe­lée écrouis­sage. Aucune infor­ma­tion sur le procé­dure envi­sa­gée pour le remon­tage des coudes neufs. Pourquoi un si long délai prévu pour la répa­ra­tion de Civaux 2 qui doit durer fina­le­ment plus d’un an ?

Les mêmes défauts sur d’autres centrales inter­pellent sur la vali­dité de leur concep­tion et sur leur vieillis­se­ment au moment le gouver­ne­ment envi­sage de prolon­ger le fonc­tion­ne­ment jusqu’à 60 ans.

De plus comme le souligne le réseau « Sortir du nucléaire » cela pose la vali­dité des contrôles précé­dents et l’état réel du parc nucléaire dans son ensemble.

https://www.sortir­du­nu­cleaire.org/Fissures-sur-des-tuyau­te­ries-cruciales-pour-la

« Cette anoma­lie soulève de nombreuses inter­ro­ga­tions concer­nant l’état de sûreté du parc. Selon Karine Herviou , direc­trice géné­rale de l’IRSN, « On ne sait pas s’il n’y a pas de problèmes ailleurs. EDF est en train de revoir tous les enre­gis­tre­ments [des contrôles effec­tués dans le passé sur le parc] ». Un tel aveu sonne comme une remise en ques­tion de la qualité des contrôles et de l’ana­lyse des données effec­tués jusqu’ici. Ces trois dernières années, plus de 10 réac­teurs des paliers poten­tiel­le­ment concer­nés ont connu leur 2ème ou 3ème visite décen­nale sans que ce problème n’at­tire l’at­ten­tion. Faut-il en conclure que les inves­ti­ga­tions menées étaient super­fi­cielles, et ce d’au­tant plus pour celles effec­tuées sous le Covid ? »

Ceci dans un contexte où Macron veut relan­cer les construc­tions de centrales, soit disant propres, sûres et telle­ment effi­caces pour la tran­si­tion éner­gé­tique. La preuve, not’P­ré­sident a même obtenu de l’Union euro­péenne un label vert pour le nucléaire !

écrouis­sage : état des aciers qui durcissent à en deve­nir cassant sous l’ef­fet d’un échauf­fe­ment rapide. On peut casser un trom­bone en le pliant 3 ou 4 fois au même endroit : il s’est écroui !

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.