Aller au contenu

Clémen­tine Autain : « Oui, j’ai des désac­cords avec Jean-Luc Mélen­chon

Figure du Front de Gauche, Clémen­tine Autain appelle à la créa­tion d’un « Syriza à la française », seul moyen de combattre le Front natio­nal. Et s’ex­plique sur ses diver­gences avec Mélen­chon.

Le résul­tat du premier tour des élec­tions dépar­te­men­tales le montre : le Front de gauche n’est pas parvenu à incar­ner une alter­na­tive de gauche aux poli­tiques néoli­bé­rales. Pourquoi ce que Syriza réus­sit en Grèce et ce que Pode­mos pour­rait réus­sir en Espagne semble-t-il impos­sible en France ?

Il est clair que le Front de gauche n’a pas su prolon­ger l’élan né en 2012 autour de la candi­da­ture de Jean-Luc Mélen­chon. Le PCF et le Parti de gauche, nos deux prin­ci­pales compo­santes, se sont enfer­més dans un tête-à-tête qui a para­lysé notre fonc­tion­ne­ment. Le refus des adhé­sions directes au Front de gauche a empê­ché l’im­pli­ca­tion de nouveaux mili­tants. Le travail de refon­da­tion, sur le projet poli­tique comme sur les pratiques mili­tantes, n’a pas eu lieu. Les habi­tudes héri­tées de quatre décen­nies d’union de la gauche n’ont pas permis d’opé­rer la coupure néces­saire avec la majo­rité actuelle du PS.

Par ailleurs, et c’est crucial, nous n’avons pas connu de grandes mobi­li­sa­tions popu­laires comme en Espagne ou en Grèce. Pour toutes ces raisons, le Front de gauche reste trop iden­ti­fié aux vieilles recettes, et c’est le FN qui est perçu comme la force inédite, capable d’ap­por­ter une rupture avec le système actuel.

Que propo­sez-vous ?

Le moment est venu de créer un mouve­ment neuf, beau­coup plus large poli­tique­ment et socia­le­ment. Ce que j’ap­pelle de mes vœux, c’est un Syriza à la française, rassem­blant tous ceux qui, dans la société française, aspirent à la trans­for­ma­tion sociale et écolo­gique. Au plan poli­tique, ce mouve­ment devra réunir les trois compo­santes actuelles du Front de Gauche (le PCF, le Parti de Gauche et le mouve­ment auquel j’ap­par­tiens, Ensemble) avec Europe Ecolo­gie-les Verts, Nouvelle Donne ou ceux des fron­deurs qui combattent la poli­tique de Manuel Valls et souhaitent une nouvelle gauche.

Si Syriza est devenu le premier parti de Grèce, si Pode­mos réus­sit en Espagne, c’est parce que ces forces poli­tiques ont su se disso­cier nette­ment du Pasok et du PSOE. Prenons-en de la graine.

Une respon­sa­bi­lité histo­rique

N’est-il pas para­doxal de préco­ni­ser une rupture radi­cale avec le PS lorsque l’on a soi-même parti­cipé à un gouver­ne­ment socia­liste, comme Jean-Luc Mélen­chon, ou à une équipe muni­ci­pale diri­gée par le PS, ce qui fut votre cas avec Bertrand Dela­noë à Paris ?

Ce n’est pas nous qui avons tourné le dos aux valeurs fonda­trices de la gauche, c’est le PS. Leurs leaders n’ont plus que les mots « compé­ti­ti­vité » ou « gouver­nance » à la bouche, leurs mots ne sont plus ceux de la gauche. Le lien est rompu avec les caté­go­ries popu­laires. Ecou­tez ce qu’a dit Macron pour défendre sa loi de libé­ra­li­sa­tion de l’éco­no­mie : « Il faut des jeunes qui aient envie d’être milliar­daires. » Depuis quand, à gauche, pense-t-on que le désir d’argent peut fonder une société éman­ci­pa­trice ? Macron est à l’image de cette géné­ra­tion montante au PS : aucun cheveu ni aucune idée ne dépassent.

Nous, nous voulons enrayer les inéga­li­tés sociales et terri­to­riales, déve­lop­per les biens communs, étendre les droits, chan­ger de Répu­blique. Loin des poli­tiques d’aus­té­rité et de la logique du profit, nous voulons inves­tir dans la tran­si­tion éner­gé­tique, l’édu­ca­tion, la culture, la santé, la vita­lité asso­cia­tive. C’est la clé contre le chômage. Modi­fier les fina­li­tés de l’éco­no­mie, c’est redon­ner du sens, du concret au vivre-ensemble.

Le PS y a renoncé. Nous assis­tons à une rupture histo­rique dans son histoire, compa­rable à celle du Labour avec Blair ou du SPD avec Schrö­der, avec le résul­tat que l’on sait. Nous avons une respon­sa­bi­lité histo­rique.

Vous propo­sez un « Syriza à la française », Cécile Duflot, elle, parle d’un « rassem­ble­ment des progres­sistes »… Mais vos forma­tions restent margi­nales, et on voit mal comment leur regrou­pe­ment pour­rait donner nais­sance à une véri­table dyna­mique.

Ce Syriza à la française ne doit pas être un simple cartel élec­to­ral, mais une force sociale, cultu­relle, citoyenne. La gauche devrait s’in­té­res­ser plus sérieu­se­ment à ce qui se dit dans les livres, les films, au théâ­tre… Houel­le­becq et Finkiel­kraut racontent un monde, Despentes et Piketty en proposent un autre.

Nous devons aussi accom­pa­gner les formes de mobi­li­sa­tion popu­laire. Car elles existent, même si elles sont atomi­sées. Quand les Fralib créent une Scop, quand les femmes de chambre des grands hôtels arrachent une augmen­ta­tion de salaire, quand les « zadistes » occupent le terrain du barrage de Sivens, quand Attac réclame l’argent de l’éva­sion fiscale, nous devons être à leurs côtés.

Ce que nous avons à faire, c’est bâtir un nouveau projet poli­tique capable d’énon­cer dans les termes du 21e siècle les idéaux d’éga­lité et de liberté issus du 19e. Des « chan­tiers d’es­poir » vont s’ou­vrir dans toute la France, avec un premier temps fort le 11 avril prochain. C’est une étape.

Tout cela va prendre du temps, beau­coup de temps.

Syriza était à 6% en 2009, il est au pouvoir aujourd’­hui. Mais, dans le moment de crise que nous traver­sons, tout peut aller très vite. Notre respon­sa­bi­lité est immense : soit nous parve­nons à impul­ser quelque chose de nouveau, soit le FN devien­dra le grand cata­ly­seur des colères popu­laires. Nous sommes dans une course de vitesse avec le FN : la seule façon de dissua­der ceux qui souffrent de se tour­ner vers Marine Le Pen est de propo­ser une véri­table alter­na­tive et d’af­fir­mer nos posi­tions avec tran­chant.

Vous parlez de « tran­chant ». Jean-Luc Mélen­chon n’en manque pas. Cela l’amène parfois à des posi­tions très contes­tables. Vous-même, qui avez été sa porte-parole, vous venez de marquer votre désac­cord à propos de la Russie. Où en êtes-vous avec lui ?

Nous appar­te­nons à la même famille poli­tique, cette gauche qui ne renonce pas à chan­ger l’ordre des choses. Je ne veux pas hurler avec les loups parce que je sais que le « Mélen­chon bashing » des grands médias vise à nous affai­blir collec­ti­ve­ment. Pour autant, oui, j’ai des désac­cords avec Jean-Luc, sur la poli­tique inter­na­tio­nale, la concep­tion de la Nation ou la façon de faire de la poli­tique. Sur la Russie, par exemple, la crise ukrai­nienne ne peut se réduire à une mani­pu­la­tion améri­caine, et je crois qu’il faut être clair et ferme vis-à-vis du régime auto­ri­taire de Poutine. Concer­nant l’Al­le­magne, s’il faut combattre la poli­tique néoli­bé­rale d’An­gela Merkel, soyons atten­tifs à ne pas essen­tia­li­ser les peuples, à ne pas les dres­ser les uns contre les autres.

Quant au « tran­chant », Mélen­chon a reven­diqué et théo­risé la néces­sité de parler « dru et cru » pour marquer son oppo­si­tion au système. A Sevran, où je suis élue, on me dit régu­liè­re­ment : « Au moins, lui, il y va. » Mais, du tran­chant à l’agres­si­vité, il y a un pas qu’il faut éviter de fran­chir. De même, je me méfie des solu­tions toutes prêtes. s’il y a des problèmes dont les remèdes sont bien connus, d’autres exigent de notre part un effort d’ima­gi­na­tion. Jean-Luc insiste sur nos certi­tudes, je préfère souli­gner ce qu’il nous reste à inven­ter.

Long­temps, j’ai réservé l’ex­pres­sion de mes désac­cords à nos discus­sions internes. Le fait nouveau est qu’aujourd’­hui ces discus­sions internes n’existent plus et que, lorsque Jean-Luc Mélen­chon s’ex­prime, ce n’est plus au terme d’un proces­sus de déli­bé­ra­tion collec­tive. Voilà le dysfonc­tion­ne­ment que j’ai voulu poin­ter.

Mélen­chon se réfère volon­tiers aux grandes figures de la Répu­blique. Au contraire, les nouvelles formes de mili­tan­tisme, issues de l’al­ter­mon­dia­lisme ou du mouve­ment des « indi­gnés », récusent la logique des grands hommes. Ces deux cultures sont-elles compa­tibles ?

Même si je pense que la poli­tique s’in­carne et que de grandes figures de la Répu­blique ont fait progres­ser l’his­toire, je ne crois ni à la logique de l’homme provi­den­tiel ni à celle de l’avant-garde éclai­rée, mais aux mouve­ments popu­laires. Je préfère l’or­ga­ni­sa­tion hori­zon­tale au fonc­tion­ne­ment pyra­mi­dal, la méthode du consen­sus aux bras de fer internes perma­nents. Une grande force poli­tique ne peut exis­ter qu’à la condi­tion de savoir valo­ri­ser le commun et régu­ler les diver­gences.

Mais ne nous voilons pas la face, la logique des grands hommes est encore très forte aujourd’­hui en France. Le système prési­den­tiel et média­tique renforce la person­na­li­sa­tion de la poli­tique. Il y a là un piège et il nous revient à tous de faire atten­tion à ne pas tomber dedans.

Propos recueillis par Éric Aeschi­mann. Publié sur le site du Nouvel Obser­va­teur.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.