Aller au contenu

Sanc­tion prof de philo : réac­tions syndi­cales

SNES-FSU et SUD-Éduca­tion

SNES-FSU :

 

La commis­sion admi­nis­tra­tive natio­nale du SNES réunie ce 25 mars 2005 a voté à l’una­ni­mité, ce texte :

L’aban­don des pour­suites judi­ciaires à l’en­contre de Jean-François Chaze­rans, profes­seur de philo­so­phie au lycée V. Hugo de Poitiers, confirme clai­re­ment que les accu­sa­tions portées contre lui par une mère d’élève sont tota­le­ment infon­dées.

Le SNES-FSU demande que le recteur et la ministre renoncent immé­dia­te­ment à toute sanc­tion à l’en­contre de Jean-François Chaze­rans et que soit mis fin à sa suspen­sion de sorte qu’il puisse rejoindre son poste au plus vite.

Le SNES-FSU exige qu’au­cune pièce concer­nant cette affaire ne reste ni dans son dossier admi­nis­tra­tif ni dans les fichiers police/gendar­me­rie.

SUD-éduca­tion :

 

Annu­la­tion de la sanc­tion !

Pour le réta­blis­se­ment de Jean-François Chaze­rans au lycée Victor Hugo

Alors même que la procé­dure pénale a classé sans suite l’ac­cu­sa­tion d’« apolo­gie du terro­risme », le Recteur de l’aca­dé­mie de Poitiers pour­suit son achar­ne­ment contre le profes­seur de philo­so­phie Jean-François Chaze­rans. Celui-ci vient d’ap­prendre qu’il perd son poste au lycée Victor Hugo de Poitiers. Il est désor­mais affecté en zone de rempla­ce­ment dans le dépar­te­ment des Deux-Sèvres, ratta­ché admi­nis­tra­ti­ve­ment à Thouars.

Si cette mesure appa­raît comme une sanc­tion contre ce profes­seur en parti­cu­lier, elle porte en elle une attaque contre l’en­semble des person­nels ensei­gnants. Elle est aussi la marque de l’en­tê­te­ment d’un recteur qui refuse de recon­naître ses erreurs et choi­sit de faire un exemple à travers ce cas.

Sud Éduca­tion et Recherche 86 demande l’an­nu­la­tion immé­diate de cette sanc­tion et le réta­blis­se­ment de Jean-François Chaze­rans dans son poste au lycée Victor Hugo de Poitiers.

Nous appe­lons les person­nels de l’Édu­ca­tion Natio­nale à soute­nir Jean-François Chaze­rans, à cesser le travail, et à se réunir en assem­blées géné­rales afin d’or­ga­ni­ser la mobi­li­sa­tion contre cette sanc­tion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.