Aller au contenu

Commu­niqué de Ensemble!- Sur la situa­tion en Irak

 

Le Moyen Orient connaît une nouvelle catas­trophe avec l’of­fen­sive mili­taire de « L’État Isla­mique » visant aujourd’­hui le Kurdis­tan irakien, qu’ac­com­pagne son cortège de massacres et de persé­cu­tions dont sont victimes chré­tiens irakiens, yézi­dis, chiites de la région et sunnites oppo­sés à ce projet.

Notre soli­da­rité va aux forces qui résistent aux pratiques crimi­nelles et au projet réac­tion­naire de « L’État Isla­mique » : les forces kurdes dans le Kurdis­tan irakien et syrien, les révo­lu­tion­naires syriens. Ce sont ces forces qu’il faut soute­nir.

Ce sont d’armes, de rensei­gne­ments, de soutien aérien et logis­tique, d’aide huma­ni­taire dont ont besoin les Kurdes et les Syriens. Il convient que ceux qui en disposent les leur four­nissent.

Si des initia­tives exté­rieures s’im­posent, qui devraient se faire sous mandat de l’ONU, cela ne doit pas empê­cher de contes­ter l’en­semble de la poli­tique menée de longue date dans la région par les diffé­rents gouver­ne­ments occi­den­taux, en colla­bo­ra­tion avec certains régimes moyens-orien­taux réac­tion­naires et corrom­pus. Poli­tique qui porte une grande respon­sa­bi­lité dans la situa­tion actuelle.Il s’agit, au premier chef, des guerres menées par les États-Unis, qui au-delà du renver­se­ment de Saddam Hussein ont œuvré à la désta­bi­li­sa­tion de l’Irak. Celle-ci étant depuis aggra­vée par la poli­tique dicta­to­riale et sectaire du gouver­ne­ment Maliki mis en place et soutenu par l’Ad­mi­nis­tra­tion améri­caine.

A quoi il faut ajou­ter le choix de lais­ser isolée et sans soutien effec­tif la révo­lu­tion syrienne, qui se trouve confron­tée à la double barba­rie du régime al-Assad, qui mène une guerre féroce contre son peuple, et des menées sauvages de « l’État Isla­mique ».

Aujourd’­hui encore, en soute­nant le gouver­ne­ment israé­lien qui mène une guerre crimi­nelle contre la popu­la­tion de Gaza, et vise à empê­cher toute possi­bi­lité de paix juste avec le peuple pales­ti­nien, ces mêmes régimes, ne font qu’at­ti­ser les tensions dans l’en­semble de la région.

La gravité de la situa­tion doit invi­ter à enga­ger une poli­tique radi­ca­le­ment oppo­sée à celle menée jusque-là, de rupture avec les diffé­rents régimes dicta­to­riaux, de soutien aux révo­lu­tion­naires et démo­crates syriens, d’aide massive aux popu­la­tions, d’ap­pui au peuple kurde dans sa lutte pour impo­ser ses droits, pour un projet soli­daire de déve­lop­pe­ment de la démo­cra­tie et de l’éco­no­mie pour l’en­semble de la région.

Paris, le 11 août 2014.

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.