Aller au contenu

Cons­ter­na­tion : « Black M » à Poitiers pour le concert gratuit de fin d’été

Un commu­niqué de l’as­so­cia­tion « En tous genres », asso­cia­tion de visi­bi­lité et de lutte contre les discri­mi­na­tions fondées sur le genre, le sexe et l’orien­ta­tion sexuelle

C’est avec conster­na­tion que nous avons appris que Black M pour­rait être l’ar­tiste du grand concert gratuit de fin d’été orga­nisé par la Ville de Poitiers.

Certaines victimes des violences verbales perpé­trées en 2010 par le groupe Sexion d’As­saut dont faisait partie Black M nous ont déjà fait part de leur indi­gna­tion face à un tel choix.

Rappe­lons qu’il s’agis­sait d’une inci­ta­tion aux meurtres homo­phobes suivi plus tard d’une décla­ra­tion du groupe musi­cal réaf­fir­mant ses propos et reven­diquant un prétendu « droit » à expri­mer sa haine homo­phobe.

Compte tenu de la situa­tion, l’as­so­cia­tion En Tous Genres condamne ce choix désas­treux en terme de lutte contre les discri­mi­na­tions. S’il ne s’agis­sait que d’actes perpé­trés en 2010 comme certain-e-s (élu-e-s ou pas) veulent le lais­ser entendre et que des excuses publiques sincères avaient été faites, l’in­ci­dent pour­rait être consi­déré comme clos. Mais, ce n’est abso­lu­ment pas le cas.

En 2013, dans sa chan­son « Ailleurs »(1), Black M se féli­cite d’avoir pu tenir des propos homo­phobes en toute impu­nité dans une allu­sion à peine voilée adres­sée à ses victimes.

Si nous tenons à insis­ter sur le terme de victimes, c’est à la fois parce que, par défi­ni­tion, tous propos et actes discri­mi­na­toires supposent des bour­reaux et des victimes. C’est aussi parce que, sur ce sujet (homo­pho­bie) comme sur d’autres (trans­pho­bie, sexisme, racisme, pédo­phi­lie…), les bour­reaux n’hé­sitent pas à tenter de se faire passer pour des victimes, démon­trant par là-même leur absence de remords et de consi­dé­ra­tion pour les vrai-e-s victimes mais égale­ment leur inca­pa­cité à ne pas réci­di­ver. Leurs « excuses » et certaines inter­views rela­ti­ve­ment récentes de membres du groupe Sexion d’As­saut sont de ce point de vue là très éloquentes.(2)

En 2015, Black M est inter­dit d’an­tennes radios en Belgique suite à des propos anti­sé­mites(4), ce qui est là encore dans la conti­nuité de la décla­ra­tion(3) de Sexion d’As­saut de 2010 à propos des croyants (autres que musul­mans) : « […]on respecte quand même un mini­mum les autres et on ne peut pas les forcer à être dans le vrai et musul­mans comme nous »

La vigi­lance (quel que soit son degré de réalité) n’em­pê­chera pas les dégâts. Dès lors que des propos homo­phobes sont lancés, les dégâts sont une réalité immé­diate pour les victimes qui auront eu à suppor­ter ces énièmes violences verbales et qui cour­ront le risque de croi­ser des homo­phobes qui se sentant ainsi légi­timé-e-s les agres­se­ront physique­ment.

Hasard du calen­drier, dans le même temps où s’ou­vrait ce débat, était mise en place dans la Vienne et dans d’autres préfec­tures une commis­sion qui ne travaillera que sur le racisme et l’an­ti­sé­mi­tisme, contrai­re­ment au projet présenté par le Premier Ministre qui incluait l’ho­mo­pho­bie (5).

Les LGBTI­pho­bies conti­nuent d’être des discri­mi­na­tions non trai­tées par l’État via ses préfec­tures. Doit-on comprendre que, contrai­re­ment à certains de ses voisins euro­péens, la france ne souhaite toujours pas combattre les LGBTI­pho­bies et qu’il est même possible de les perpé­trer avec de l’argent public ?

(1). http://www.jeux­vi­deo.com/forums/1–51–52149522–1–0–1–0-clip-black-m-homop…
(2). http://www.chart­sin­france.net/Maitre-Gims/news-85940.html
(3). http://www.chart­sin­france.net/Black-M/news-99455.html
(4). http://choual­box.com/Iw11
(5). http://www.gouver­ne­ment.fr/partage/4975-discours-de-manuel-valls-a-la-pr…

Source : http://www.entous­genres.org/agenda/agenda-des-acti­vites-publiques-de/article/commu­nique-de-presse-concer­nant-le

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.