Aller au contenu

Cons­ter­na­tion : « Black M » à Poitiers pour le concert gratuit de fin d’été

Un commu­niqué de l’as­so­cia­tion « En tous genres », asso­cia­tion de visi­bi­lité et de lutte contre les discri­mi­na­tions fondées sur le genre, le sexe et l’orien­ta­tion sexuelle

C’est avec conster­na­tion que nous avons appris que Black M pour­rait être l’ar­tiste du grand concert gratuit de fin d’été orga­nisé par la Ville de Poitiers.

Certaines victimes des violences verbales perpé­trées en 2010 par le groupe Sexion d’As­saut dont faisait partie Black M nous ont déjà fait part de leur indi­gna­tion face à un tel choix.

Rappe­lons qu’il s’agis­sait d’une inci­ta­tion aux meurtres homo­phobes suivi plus tard d’une décla­ra­tion du groupe musi­cal réaf­fir­mant ses propos et reven­diquant un prétendu « droit » à expri­mer sa haine homo­phobe.

Compte tenu de la situa­tion, l’as­so­cia­tion En Tous Genres condamne ce choix désas­treux en terme de lutte contre les discri­mi­na­tions. S’il ne s’agis­sait que d’actes perpé­trés en 2010 comme certain-e-s (élu-e-s ou pas) veulent le lais­ser entendre et que des excuses publiques sincères avaient été faites, l’in­ci­dent pour­rait être consi­déré comme clos. Mais, ce n’est abso­lu­ment pas le cas.

En 2013, dans sa chan­son « Ailleurs »(1), Black M se féli­cite d’avoir pu tenir des propos homo­phobes en toute impu­nité dans une allu­sion à peine voilée adres­sée à ses victimes.

Si nous tenons à insis­ter sur le terme de victimes, c’est à la fois parce que, par défi­ni­tion, tous propos et actes discri­mi­na­toires supposent des bour­reaux et des victimes. C’est aussi parce que, sur ce sujet (homo­pho­bie) comme sur d’autres (trans­pho­bie, sexisme, racisme, pédo­phi­lie…), les bour­reaux n’hé­sitent pas à tenter de se faire passer pour des victimes, démon­trant par là-même leur absence de remords et de consi­dé­ra­tion pour les vrai-e-s victimes mais égale­ment leur inca­pa­cité à ne pas réci­di­ver. Leurs « excuses » et certaines inter­views rela­ti­ve­ment récentes de membres du groupe Sexion d’As­saut sont de ce point de vue là très éloquentes.(2)

En 2015, Black M est inter­dit d’an­tennes radios en Belgique suite à des propos anti­sé­mites(4), ce qui est là encore dans la conti­nuité de la décla­ra­tion(3) de Sexion d’As­saut de 2010 à propos des croyants (autres que musul­mans) : « […]on respecte quand même un mini­mum les autres et on ne peut pas les forcer à être dans le vrai et musul­mans comme nous »

La vigi­lance (quel que soit son degré de réalité) n’em­pê­chera pas les dégâts. Dès lors que des propos homo­phobes sont lancés, les dégâts sont une réalité immé­diate pour les victimes qui auront eu à suppor­ter ces énièmes violences verbales et qui cour­ront le risque de croi­ser des homo­phobes qui se sentant ainsi légi­timé-e-s les agres­se­ront physique­ment.

Hasard du calen­drier, dans le même temps où s’ou­vrait ce débat, était mise en place dans la Vienne et dans d’autres préfec­tures une commis­sion qui ne travaillera que sur le racisme et l’an­ti­sé­mi­tisme, contrai­re­ment au projet présenté par le Premier Ministre qui incluait l’ho­mo­pho­bie (5).

Les LGBTI­pho­bies conti­nuent d’être des discri­mi­na­tions non trai­tées par l’État via ses préfec­tures. Doit-on comprendre que, contrai­re­ment à certains de ses voisins euro­péens, la france ne souhaite toujours pas combattre les LGBTI­pho­bies et qu’il est même possible de les perpé­trer avec de l’argent public ?

(1). http://www.jeux­vi­deo.com/forums/1–51–52149522–1–0–1–0-clip-black-m-homop…
(2). http://www.chart­sin­france.net/Maitre-Gims/news-85940.html
(3). http://www.chart­sin­france.net/Black-M/news-99455.html
(4). http://choual­box.com/Iw11
(5). http://www.gouver­ne­ment.fr/partage/4975-discours-de-manuel-valls-a-la-pr…

Source : http://www.entous­genres.org/agenda/agenda-des-acti­vites-publiques-de/article/commu­nique-de-presse-concer­nant-le

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.