Aller au contenu

Contre les actes anti­sé­mites, contre leur instru­men­ta­li­sa­tion, pour le combat contre toutes les formes de racisme

Nous sous­si­gnés asso­cia­tions, partis, syndi­cats, indé­pen­dants, sommes toutes et tous acti­ve­ment impliqués dans la lutte contre le racisme sous toutes ses formes. La lutte contre l’an­ti­sé­mi­tisme fait partie à part entière de notre combat anti­ra­ciste. Nous condam­nons ferme­ment les actes anti­sé­mites, qui surgissent dans un contexte social et poli­tique parti­cu­liers.

Lire l’ap­pel et consul­ter la liste des premiers signa­taires sur Media­part.

Malgré l’am­pleur du dispo­si­tif de répres­sion poli­cière et judi­ciaire déployé contre les Gilets jaunes par l’État, le mouve­ment conti­nue de béné­fi­cier d’un fort soutien popu­laire. Il n’est pas homo­gène et révèle une effer­ves­cence sociale. Face à un gouver­ne­ment déter­miné à ne pas répondre aux attentes sociales, il reflète la société française et ses contra­dic­tions et a large­ment évolué dans ce qu’il porte depuis le mois de novembre.

La séquence que nous vivons est par consé­quent confuse. Si des éléments d’ex­trême-droite sont encore présents, le mouve­ment montre bien qu’ils sont loin d’être hégé­mo­niques et capables d’en prendre le contrôle, en l’état actuel. Poli­tique­ment, mais aussi physique­ment, les groupes d’ex­trême-droite sont mis à l’écart, comme cela a pu être constaté à Lyon, Paris, Toulouse ou encore Bordeaux. Plus le mouve­ment perdure, plus l’es­pace auquel l’ex­trême-droite pouvait prétendre durant les premières semaines semble se rétré­cir. Paral­lè­le­ment, les contacts et conver­gences avec des syndi­cats, des collec­tifs anti­ra­cistes, de sans-papiers, de soutien aux migrants se renforcent.

Les tags anti­sé­mites du week-end du 9 février comme la dégra­da­tion du lieu de mémoire d’Ilan Halimi s’ins­crivent dans le contexte de cette période de brouillage poli­tique et infor­ma­tif. Une période qui favo­rise la résur­gence d’un racisme iden­ti­taire rappe­lant celui de l’entre-deux guerres. Ces actes anti­sé­mites portent bien la signa­ture idéo­lo­gique de l’ex­trême-droite nostal­gique du nazisme (croix gammés, croix celtiques,«  juden » etc.). Ils témoignent de la progres­sion de la dialec­tique d’ex­trême droite à l’échelle natio­nale et plané­taire dans un contexte d’ag­gra­va­tion des inéga­li­tés sociales. Or le gouver­ne­ment et ses alliés ont choisi d’ins­tru­men­ta­li­ser ces actes contre les Gilets jaunes, dénonçant leur suppo­sée violence, anti­par­le­men­ta­risme et anti­sé­mi­tisme.

Pour­tant, c’est bien ce gouver­ne­ment qui, récem­ment, entre­pre­nait de réha­bi­li­ter le maré­chal Pétain, chef du régime colla­bo­ra­tion­niste de Vichy. C’est bien cette même classe poli­tique qui trou­vait si peu à redire des hommages rendus à Maur­ras ou à Céline, écri­vains violem­ment anti­sé­mites. L’an­ti­sé­mi­tisme est une affaire bien trop grave pour la lais­ser à celles et ceux qui, jour après jour, s’em­ploient à stig­ma­ti­ser et à répri­mer les mino­ri­tés. Le sommet du cynisme est atteint lorsque, déjà, nous pouvons perce­voir le glis­se­ment dange­reux consis­tant à attri­buer la montée de l’an­ti­sé­mi­tisme au « commu­nau­ta­risme musul­man », comme n’a pas manqué de s’y adon­ner un Eric Ciotti, hélas pas isolé. Le racisme struc­tu­rel n’est ni le fait des Gilets jaunes, ni le fait des mino­ri­tés. Il est celui de l’État qui orga­nise une société inéga­li­taire et violente.

Nous n’ac­cep­tons pas la mani­pu­la­tion dégra­dante de la lutte anti­ra­ciste par tous ceux qui, le plus souvent, ont favo­risé le racisme. Nous luttons contre le racisme sous toutes ses formes, nous n’ou­blions pas non plus tous les actes racistes et toutes les violences poli­cières isla­mo­phobes, négro­phobes, homo­phobes, visant les asia­tiques, les personnes LGBT. Ce que disent les chiffres depuis des années tient en une phrase : le racisme avance en France et en Europe. Nous ne mani­fes­te­rons pas ni ne parti­ci­pe­rons à la grand-messe orga­ni­sée par les forces et partis poli­tiques, ceux qui se disent progres­sistes avec ceux qui s’ins­crivent contre le mouve­ment social, et qui affirment ensemble : « le racisme, ce n’est pas la France. » Cet « anti­ra­cisme », vidé de sens social et poli­tique, est celui des pompiers pyro­manes. L’an­ti­ra­cisme que nous reven­diquons recon­naît la respon­sa­bi­lité poli­tique du gouver­ne­ment français et des forces poli­tiques alliées qui défi­le­ront avec lui. Mani­fes­ter contre le racisme avec ceux qui, LREM en tête, en sont respon­sables et l’ins­tru­men­ta­lisent relève pour nous de la contra­dic­tion et de la faute poli­tique. Nous affir­mons que cela ne peut être que contre-produc­tif.

Nous ne nous lais­se­rons pas prendre en otage entre les instru­men­ta­li­sa­tions du gouver­ne­ment ou celles des offi­cines et ambas­sades pour­sui­vant un agenda n’ayant rien à voir avec le combat contre le racisme et l’an­ti­sé­mi­tisme. Notre refus de la haine anti­sé­mite comme de toutes les haines raciales nous l’ex­pri­me­rons sur un terrain dégagé de tout ce qui produit et entre­tient ces haines. Le mouve­ment anti-raciste ne servira pas
de caution pour salir les Gilets jaunes. La période est dange­reuse nous en sommes conscients, et une sortie de crise qui se conten­te­rait de réta­blir l’ordre, serait porteuse de conver­sion à la haine raciale et au fascisme. Les mobi­li­sa­tions exigent des réponses sociales et démo­cra­tiques. La respon­sa­bi­lité gouver­ne­men­tale est tota­le­ment enga­gée.


Nous appe­lons à mani­fes­ter contre les actes anti­sé­mites, contre leur instru­men­ta­li­sa­tion, contre le racisme sous toutes ses formes :
Mardi 19 février à 19h
Place Ménil­mon­tant Paris 75020
(M° Ménil­mon­tant)

Premiers signa­taires : UJFP, PIR, Collec­tif Rosa Parks, ATMF, FTCR, Femmes plurielles, Fonda­tion Frantz Fanon, AFPS 63, AFPS Paris 14–6, AFPS Paris Sud, Action Anti­fas­ciste Paris-Banlieue, FUIQP, Argen­teuil Soli­da­rité Pales­tine, Comité Adama, CEDETIM/IPAM, AFD Inter­na­tio­nal, Urgence notre police assas­sine (UNPA), NPA, Le temps des lilas…

Person­na­li­tés : Ivar Ekeland (mathé­ma­ti­cien), Ahmed Abbes (mathé­ma­ti­cien), Sonia Dayan-Herz­brun (socio­logue), Stathis Kouve­la­kis (philo­sophe), Julien Thery (histo­rien), Maryse Tripier (socio­logue), Véro­nique Bontemps (anthro­po­logue), Gustave Massiah (écono­miste), Cathe­rine Samary (écono­miste), Judith Bernard (metteure en scène), Domi­nique Grange (artiste chan­teuse), Alain Gresh (jour­na­liste), François Gèze (éditeur), Barbara Glowc­zewsky (anthro­po­logue), Gene­viève Sellier (profes­seur emerite), Patrick Simon (démo­graphe), Nico­las Frize (compo­si­teur), Yves Chil­liard (biolo­giste), Michel Harris (mathé­ma­ti­cien), Taou­fiq Tahani (mathé­ma­ti­cien, président d’hon­neur de l’AFPS), Ugo Palheta (socio­logue et membre du NPA), Laurent Lévy (essayiste), Saïd Boua­mama (socio­logue), Kader Attia (écri­vain), Isabelle Cambou­ra­kis (éditrice), Alima Boume­diene Thiery (avocate), Domi­nique Vidal (histo­rien et jour­na­liste), Olivier Le Cour Grand­mai­son (univer­si­taire), Didier Epsz­tajn (anima­teur du blog « entre les lignes entre les mots »), Patrick Silber­stein (mède­cin et éditeur), Alain Cyroul­nik (éduca­teur syndi­ca­liste), Philippe Cyroul­nik (critique d’art), Bernard Dreano (mili­tant asso­cia­tif), Thierry Labica (études britan­niques), Marie Hélène Bacqué (socio­logue), Rony Brau­man (méde­cin et ensei­gnant), Hubert Krivine (physi­cien), Ron Naiweld (histo­rien), Daniel Mermet (jour­na­liste), Irène Jami (profes­seure d’his­toire), Alain Bertho (anthro­po­logue), Armelle Andro (démo­graphe), Michel Maric (écono­miste), Julien Talpin (socio­logue), Toni Negri (philo­sophe), Nacira Guénif (socio­logue), Alexis Cukier (philo­sophe), Michelle Guerci (jour­na­liste), Fabien Marcot (graphiste), Michaël Löwy (socio­logue), Eric Hazan (éditeur), Eyal Sivan (cinéaste et profes­seur AHK), Chris­tine Delphy (socio­logue et mili­tante fémi­niste), José Luis Mora­guès (psycho­lo­gie clinique et psycho­pa­tho­lo­gie, mili­tant anti­ra­ciste ), Simone Bitton (cinéaste), Philippe Poutou (porte parole du NPA), Chris­tine Poupin (porte parole du NPA), Olivier Besan­ce­not (porte parole du NPA), Louis Weber (éditeur), Isabelle Garo (philo­sophe), Anne Jollet (histo­rienne), François Burgat (poli­to­logue)… 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.