Aller au contenu

Coor­di­na­tion natioi­nale. Contre la priva­ti­sa­tion d’Aé­ro­ports de Paris, gagnons le refe­ren­dum !

le 8 juillet,

La bataille contre la priva­ti­sa­tion d’Aé­ro­ports de Paris est enga­gée et concerne la société toute entière. C’est une bataille pour la démo­cra­tie car il va reve­nir à toutes et tous de pouvoir déci­der si un réfé­ren­dum est orga­nisé. Mais c’est aussi une bataille contre les priva­ti­sa­tions et pour la préser­va­tion et le déve­lop­pe­ment des biens communs et pour les services publics. C’est aussi un combat pour la sauve­garde de l’en­vi­ron­ne­ment et pour la tran­si­tion écolo­gique car rien ne serait pire que lais­ser les clefs du trans­port aérien aux inté­rêts privés.

Depuis des années la priva­ti­sa­tion des biens publics se fait à marche forcée. Des entre­prises assu­rant des services publics sont vendues à des inté­rêts privés. Igno­rant des objec­tifs sociaux et envi­ron­ne­men­taux de long terme, elles en profitent pour augmen­ter leurs prix, au détri­ment des usagers. Elles les trans­forment en machines à produire des divi­dendes pour les action­naires, privant les finances publiques, et donc les services publics, de sommes consi­dé­rables. Le scan­dale de la priva­ti­sa­tion des auto­routes, celle de l’aé­ro­port de Toulouse-Blagnac, impul­sée par l’ac­tuel président de la Répu­blique lorsqu’il était ministre, en sont de tristes exemples.

Mais cela ne leur suffit pas : outre les aéro­ports, la Française des Jeux, Engie, l’Of­fice Natio­nal de la Forêt, les barrages hydro­élec­triques, les ports, les routes natio­nales et d’autres sont les nouvelles cibles. Pendant ce temps, les hôpi­taux publics sont au bord de l’ex­plo­sion, des services hospi­ta­liers, des lignes ferro­viaires et des bureaux de postes ferment, les services publics s’éloignent des usagers, le statut de la Fonc­tion publique est déman­telé, les admi­nis­tra­tions et les entre­prises publiques sont de plus en plus gérées comme des entre­prises privées avec pour seul critère la renta­bi­lité finan­cière, au détri­ment de la satis­fac­tion des besoins sociaux de toute la popu­la­tion.

La bataille contre la priva­ti­sa­tion d’AdP est commen­cée : après des luttes syndi­cales impor­tantes, plus de 200 parle­men­taires ont été à l’ini­tia­tive du proces­sus de réfé­ren­dum d’ini­tia­tive parta­gée. Des appels à signa­ture se multi­plient.

Compte tenu de l’im­pé­ra­tif de la procé­dure insti­tu­tion­nelle, qui exige qu’il y ait 4,7 millions de signa­tures de citoyen.nes, et qui exclut toutes celles et ceux qui vivent ici et n’ont pas le droit de vote, donnons à cette campagne l’am­pleur néces­saire et impul­sons une dyna­mique de rassem­ble­ment. Il s’agit d’en faire l’af­faire de la société et des citoyen.nes. C’est pourquoi nous lançons une coor­di­na­tion de mouve­ments et d’or­ga­ni­sa­tions syndi­cales, asso­cia­tives et poli­tiques contre la priva­ti­sa­tion d’Aé­ro­ports de Paris et plus large­ment contre les priva­ti­sa­tions, pour les services publics et les biens communs. Chaque membre de cette coor­di­na­tion conser­vera bien entendu la liberté de mener sa propre campagne.

Cette coor­di­na­tion natio­nale a l’am­bi­tion de réunir le plus large­ment possible, dans leur diver­sité, syndi­cats, asso­cia­tions et partis poli­tiques, les élu.e.s, les mouve­ments sociaux, écolo­gistes, fémi­nis­tes… Des initia­tives unitaires seront prises loca­le­ment, avec la consti­tu­tion de « bureaux de vote de rue », des confé­rences-débats publiques, des affiches, tracts, argu­men­taires divers, que nous mutua­li­se­rons au niveau natio­nal. Nous voulons atteindre 4,7 millions de signa­tures, pour que puisse se tenir ensuite un réfé­ren­dum natio­nal. Si cet objec­tif est atteint, ce sera un grand coup d’ar­rêt au rouleau-compres­seur d’Em­ma­nuel Macron et de son gouver­ne­ment, qui projettent de priva­ti­ser un grand pan de l’éco­no­mie et qui laminent ce qu’il reste de services publics.

Pour signer la demande de réfé­ren­dum sur la priva­ti­sa­tion d’Aé­ro­ports de Paris : https://www.refe­ren­dum.inter­ieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Premiers signa­taires :

Alter­na­tiba

ANV-COP21

Asso­cia­tion Natio­nale des Elu.e.s Commu­nistes et Répu­bli­cains (ANECR)

Attac

CGT

Conver­gences pour les services publics

Diem25, EELV

Ensemble!, Fakir

Femmes Egalité

Fête à Macron

Fonda­tion Coper­nic

FSU

Gauche Démo­cra­tique et Sociale, Géné­ra­tion-s, Le Mouve­ment,

Les Amis de la Terre

Les objec­teurs de crois­sance

Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste, Parti de Gauche, Parti ouvrier indé­pen­dant démo­cra­tique, PCF, PCOF, Pour une écolo­gie popu­laire et Sociale, Répu­blique & Socia­lisme, Réseau Foi et Justice Afrique Europe

UNEF

Union Syndi­cale Soli­daires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.