Aller au contenu

Myriam Martin. Covid-19, « Rési­gna­tion ou colère ».

Myriam Martin, est porte-parole d’En­semble et élue FI d’Oc­ci­ta­nie.

Texte du 20 mars:

https://blogs.media­part.fr/myriam-martin/blog/200320/crise-du-covid-19-resi­gna­tion-ou-colere

(…)De nombreuses voix s’élèvent parmi les travailleurs-ses pour dénon­cer les condi­tions dans lesquelles ces derniers sont obli­gés de travailler. Les hommes et les femmes à la produc­tion, dans les trans­ports, les manu­ten­tion­naires dans l’ali­men­taire, les cais­sières, et surtout tous les soignant-e-s sont plus exposé-e-s au virus que ceux et celles confiné-e-s ou en télé­tra­vail. Il faut entendre ce cri de colère devant ce que certains et certaines ressentent comme une injus­tice ou comme « un 36 poids, 36 mesures ». Et ce d’au­tant que les mesures « barrière » élémen­taires ne sont pas respec­tées quand manquent gel hydro­al­coo­liques, savons, masques, quand on main­tient ouvertes des entre­prises dont l’ac­ti­vité n’est pas essen­tielle pour le pays.

Serait-ce que le gouver­ne­ment répond aux sirènes du Medef, en exhor­tant nos conci­toyen-n-e-s à aller travailler ?

Peut être bien.

Il y a là un double discours et une double atti­tude insup­por­tables :

– L’ap­pel inces­sant à se confi­ner, avec des sanc­tions à la clé d’un côté, et le main­tien d’ac­ti­vité sans lien avec la crise sani­taire de l’autre, dans des condi­tions bien souvent non conformes en terme de sécu­rité pour les sala­rié-e-s.

– la culpa­bi­li­sa­tion à outrance pour les « incons­cient-e-s inci­viques qui sortent » et le main­tien absurde du premier tour des élec­tions muni­ci­pales. Comment ne pas penser à quel point cette déci­sion poli­tique irres­pon­sable aura peut-être permis à l’épi­dé­mie de se propa­ger ?

(..)Comment ne pas être atter­rée devant le manque de masques, de gels au sein d’une des plus grande puis­sance écono­mique mondiale !

Comment ne pas consi­dé­rer un « retard à l’al­lu­mage », comment faire confiance après les décla­ra­tions de l’ex ministre de la santé, Agnès Buzyn ?

Si comme le dit l’exé­cu­tif, tout est fait pour ralen­tir l’épi­dé­mie et assu­rer la sécu­rité de l’en­semble de nos conci­toyen-n-e-s, il faut prendre d’autres mesures qui s’im­posent et écou­ter ceux et celles qui prennent des risques d’être conta­miné-e-s au quoti­dien :

– tout d’abord mettre à l’abri les sala­rié-e-s dont le secteur d’ac­ti­vité n’est ni primor­dial ni essen­tiel dans le cadre de la crise du covid 19.

– Mettre tout en œuvre pour assu­rer la sécu­rité de ceux et celles travaillant dans des secteurs socia­le­ment utiles pour l’en­semble de la popu­la­tion : sécu­rité sani­taire avec les moyens adéquats, orga­ni­sa­tion du travail qui limite voire supprime promis­cuité et contacts rappro­chés quand cela est possible.

– Si des mesures ont été prises pour porter secours aux entre­prises, d’autres doivent être obte­nues en faveur des sala­rié-e-s en chômage tech­nique. Le gouver­ne­ment doit s’en­ga­ger à ce que leur soit verser inté­gra­le­ment leur salaire. Il n’est pas ques­tion non plus que des sala­rié-e-s se voient impo­ser de prendre dans cette période de confi­ne­ment leurs congés payés. Rester chez soi, confiné-e-s, ne corres­pond nulle­ment à l’idée qu’on se fait des vacances !

Enfin si nous sommes « en guerre contre le virus » nous devons déve­lop­per une « écono­mie de guerre » contre celui-ci : soute­nir et déve­lop­per la produc­tion de masques, de gels, de respi­ra­teurs. c’est à l’état de l’or­ga­ni­ser dans cette situa­tion d’ur­gence.

(…)C’est un vrai plan dans la santé qu’il faut annon­cer dès à présent avec la hausse des rému­né­ra­tions de tout le person­nel et le déve­lop­pe­ment d’un service public sur l’en­semble du terri­toire natio­nal, gratuit et acces­sible à tous et à toutes. Assez des ferme­tures de lits, de services et d’hô­pi­taux de proxi­mité !

Nous saurons rappe­ler à Mr Macron « sa décla­ra­tion d’amour » aux services publics que ses poli­tiques libé­rales ont contri­bué à détruire un peu plus ces trois dernières années.

Comme nous devons rappe­ler dès à présent à nos diri­geants que nous, la gauche poli­tique et syndi­cale, le mouve­ment social large­ment mobi­lisé ces derniers mois, et tous ceux et celles qui aspirent à une autre société, que nous sommes présents et vigi­lant-e-s. Et que même si nous sommes pour l’ins­tant empê­chés de nous réunir, de mani­fes­ter etc. nous saurons nous faire entendre.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.