Aller au contenu

Coro­na­vi­rus : la mobi­li­sa­tion collec­tive s’im­pose !

Commu­niqué du 20 mars

L’épi­dé­mie de COVID-19 s’abat sur la société et dans le monde. Les gouver­ne­ments prennent des mesures dras­tiques, néces­saires mais parfois sans cohé­rence évidente, et parfois scan­da­leuses (Trump, Bolso­na­ro…).

Emma­nuel Macron a appelé à « l’union natio­nale ». Les exigences de sécu­rité collec­tive sont en effet cruciales contre la diffu­sion de l’épi­dé­mie. Cela ne saurait être ni ignoré ni sous-estimé.

Mais il ne faut pas lais­ser le gouver­ne­ment déci­der tout seul, du haut de son pouvoir. La vie démo­cra­tique doit être respec­tée. Le risque serait qu’au-delà des mesures indis­pen­sables de confi­ne­ment, une pulsion auto­ri­taire s’im­pose pour gouver­ner dura­ble­ment.

Le gouver­ne­ment ferme les établis­se­ments d’édu­ca­tion natio­nale, mais ne dit pas comment proté­ger contre les inéga­li­tés criantes de condi­tion de vie dans les loge­ments ou d’ac­cès aux cours par voie numé­rique. Il appelle à prio­ri­ser les soins liés au COVID-19, et à libé­rer des lits, alors que les person­nels hospi­ta­liers, notam­ment dans les urgences, alertent depuis des mois quant à l’im­pos­si­bi­lité de faire face aux besoins de santé. Il appelle à la géné­ro­sité envers les plus faibles alors qu’il a dimi­nué les allo­ca­tions chômage de 4 milliards d’eu­ros. La loi retraite, qui menaçait de paupé­ri­ser encore plus, est suspen­due.

Suspen­sion de la réforme des retraites, de celle du chômage, des APL,… Ces mesures seraient seule­ment repor­tées ?! Non, elles doivent être annu­lées.


Puisqu’il y a urgence sani­taire, sociale et écono­mique, il faut un décret inter­di­sant les licen­cie­ments.  Le paie­ment inté­gral des jours de chômage. Le droit au salaire main­tenu à 100%. Le réta­blis­se­ment total des CHSCT. Que tous ceux qui doivent travailler malgré tout puissent déci­der de la manière dont ils peuvent se proté­ger du virus et si ce n’est pas possible, d’ar­rê­ter la produc­tion.  Il faut mettre à l’abri les gens de la rue, les sans logis, les réfu­giés, et réta­blir pour ces derniers la couver­ture mala­die, faire cesser immé­dia­te­ment l’en­fer­me­ment admi­nis­tra­tif des personnes étran­gères, se préoc­cu­per de proté­ger les femmes et les enfants victimes de violences, parti­cu­liè­re­ment vulné­rables dans une situa­tion de confi­ne­ment…
Pour assu­rer l’ap­pro­vi­sion­ne­ment et la fabri­ca­tion en urgence des produits néces­saires (masques, gels, vête­ments, médi­ca­ments…), il faut certai­ne­ment envi­sa­ger la recon­ver­sion de certaines entre­prises. Des embauches massives doivent être ouvertes dans les hôpi­taux et les services publics.

En aucun cas, les milliards d’eu­ros déver­sés ne devront être rembour­sés plus tard par des compres­sions budgé­taires, des impôts nouveaux ou une nouvelle austé­rité. Les multi­na­tio­nales doivent payer. Les coti­sa­tions sociales gelées devront être rembour­sées par les entre­prises et les action­naires.

La Santé, c’est l’ur­gence abso­lue. Mais la préser­va­tion de la vie, c’est aussi la révo­lu­tion écolo­gique et sociale qui lui sont intrin­sèque­ment liées, puisque nos dévas­ta­tions ont des consé­quences jusqu’ au coeur des micro-orga­nismes.  Exigeons la relo­ca­li­sa­tion des produc­tions essen­tielles à la vie. Agis­sons pour une agroé­co­lo­gie libé­rée de l’ »agro­bu­si­ness » qui imposent les prix et les rende­ments. Cessons de dévas­ter forêts, biodi­ver­sité et terres agri­coles.

Enfin, toute notre vie sociale est forte­ment inter­ro­gée. Pour échap­per au désar­roi, à l’an­goisse et à l’en­fer­me­ment , des initia­tives de soli­da­rité de proxi­mité  sont prises et s’in­vente. C’est grâce à cette éner­gie collec­tive soli­daire que nous pour­rons dans le futur proche forger d’autres rela­tions entre nous, au monde et à la vie qui nous entoure et nous protège.

L’Equipe d’Ani­ma­tion Natio­nale d’En­semble

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.