Aller au contenu

Coro­na­vi­rus : des mesures d’ur­gence pour le droit à avor­ter

http://avor­te­men­teu­rope.org/

COMMUNIQUÉ PRESSE

Quand certains imaginent un monde nouveau du fait du coro­na­vi­rus ;
Quand le « rester chez soi » est le mot d’ordre natio­nal ;
Quand les dépla­ce­ments pour motif de santé, motif fami­lial impé­rieux sont auto­ri­sés, que même les besoins des animaux de compa­gnie sont envi­sa­gés ;
Que deviennent les Droits des femmes à obte­nir selon la loi une IVG, dans les délais légaux, à proxi­mité de leur domi­cile, ou une première contra­cep­tion, ou un chan­ge­ment contra­cep­tif pour into­lé­rance à celui utilisé ?

Certains établis­se­ments hospi­ta­liers et certains centres de plani­fi­ca­tion n’as­surent plus leurs missions dans ce domaine, soit pour prio­ri­ser les soins aux personnes atteintes grave­ment par le coro­na­vi­rus – avec la ferme­ture des créneaux de bloc opéra­toire pour les IVG instru­men­tale – soit par manque de maté­riel de protec­tion pour le person­nel d’ac­cueil et soignant.

Des mesures d’ur­gence doivent être prises car les IVG ne peuvent attendre plusieurs semaines :

– Main­tien obli­ga­toire de l’ac­ti­vité d’IVG et de four­ni­ture de contra­cep­tifs, selon des moda­li­tés adap­tées à cette période ;
– Four­ni­ture de masques et de gels hydro-alcoo­liques aux struc­tures concer­nées ;
– Que le délai pour pratiquer une IVG soit allongé du nombre de semaines que durera le confi­ne­ment ;
– Que toute femme deman­dant une IVG dans la période actuelle trouve une solu­tion de proxi­mité, quel que soit le lieu de rési­dence, la couver­ture mala­die, avec ou sans droit au séjour.

Les droits des Femmes n’ont pas à payer le prix de la crise sani­taire ou écono­mique !

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.