Aller au contenu

Dans Libé­ra­tion: « Danièle Obono et la valeur actuelle du racisme »


https://www.libe­ra­tion.fr/debats/2020/09/04/daniele-obono-et-la-valeur-actuelle-du-racisme_1798562


Le racisme a pris de la valeur dans la société française actuelle.
Les idées racistes, de plus en plus répan­dues et bana­li­sées, sont deve­nues un fonds de commerce média­tique. Et Valeurs Actuelles a été un des fers de lance de leur diffu­sion. Pour autant, la condam­na­tion très large de l’at­taque visant Danièle Obono indique qu’il est encore possible de tour­ner la page sombre du racisme décom­plexé qui sévit aujourd’­hui.La vérité d’une fiction raciste
 Dans le récit de Valeurs Actuelles (VA), la dépu­tée insou­mise se retrouve trans­for­mée contre son gré en héroïne ingé­nue du XVIIIe siècle dont les supplices prétendent servir de prétexte à la leçon suivante : les ancêtres subsa­ha­riens et arabes des personnes dont elle défend l’éga­lité des droits aujourd’­hui en France seraient les seuls vrais coupables de la mise en escla­vage des Afri­cains, et les Français chré­tiens du XVIIIe siècle auraient été les vrais résis­tants anti­es­cla­va­gistes. 
Pour para­phra­ser Cocteau, cette fiction est bien un mensonge qui dit la vérité. Elle trahit la croi­sade de VA contre l’an­ti­ra­cisme contem­po­rain, qui prête­rait à sourire si elle ne rele­vait pas du révi­sion­nisme. Mais surtout, elle révèle la vision du monde et les objec­tifs poli­tiques des auteurs de ce récit. Car la morale de ce pastiche frelaté de conte voltai­rien peut se résu­mer ainsi : « Français-es qui vous sentez attaqué-es par les personnes qui se mobi­lisent contre le racisme aujourd’­hui, soyez fier-es de votre inno­cence et de votre supé­rio­rité morale sur les Noir-es et les Arabes ! »Un supré­ma­tisme made in France.
Réaf­fir­mer une supé­rio­rité, voilà l’unique enjeu de cette fable hideuse. Celle-ci illustre la ligne édito­riale de VA, celle du supré­ma­tisme. Elle consiste à alimen­ter chez les Français-es blanc-hes le senti­ment de leur gran­deur, pour mieux affai­blir les objec­tifs d’éga­lité et d’har­mo­nie entre les habi­tant-es de ce pays. Le maga­zine d’ex­trême droite ne fait en cela que perpé­tuer une vieille tradi­tion françai­se… qui est aussi la raison d’être des posi­tions anti­ra­cistes de Danièle Obono : dénon­cer le supré­ma­tisme en poin­tant les respon­sa­bi­li­tés poli­tiques de plusieurs géné­ra­tions de grands diri­geants français dans la mise en place et le main­tien de systèmes racistes inhu­mains et effroya­ble­ment meur­triers. Voilà pourquoi VA lui admi­nistre un simu­lacre de châti­ment public.
Entre­prise idéo­lo­gique frau­du­leuse, le supré­ma­tisme a besoin de dési­gner des enne­mis pour orien­ter le ressen­ti­ment d’une partie gran­dis­sante de la popu­la­tion française blanche. Fragi­li­sée par la violence des poli­tiques anti­so­ciales actuelles et par un senti­ment d’im­puis­sance face à son propre destin, cette dernière se retrouve suscep­tible de sous­crire à des thèses qui lui donne­raient l’illu­sion de reprendre le dessus.
Sépa­ra­tisme ou assi­mi­la­tion : la racia­li­sa­tion française en action.

Sortis du petit réper­toire de formules choc de l’idéo­lo­gie supré­ma­tiste, le commu­nau­ta­risme puis le sépa­ra­tisme sont deve­nus des termes omni­pré­sents, au point d’en­gen­drer un projet de loi désas­treux qui acte l’in­fluence gran­dis­sante des idées chères à VA dans le débat poli­tique.
Ces termes visent à récla­mer et forcer l’as­si­mi­la­tion ou l’in­té­gra­tion des Noir-es et des Arabes aux usages et aux normes cultu­relles des Français-es blanc-hes d’hé­ri­tage chré­tien sécu­la­risé en accu­sant au moins une partie d’entre elles et eux de divi­ser la société. Loin de s’ins­crire dans une démarche univer­sa­liste, la dénon­cia­tion de ces préten­dus « commu­nau­ta­risme » et « sépa­ra­tisme » consti­tue une forme spéci­fique d’as­si­gna­tion raciale. Cela corres­pond à une culture poli­tique propre à la France : une culture de l’as­si­mi­la­tion qui racia­lise de fait les étran­ger-es et les Français-es dont les ancêtres sont issu-es des anciennes colo­nies s’ils/elles n’ont pas fait table rase de tous les marqueurs que ces dernier-es leur ont légués – prénoms, signes reli­gieux, régimes et inter­dits alimen­taires etc.
L’exi­gence d’as­si­mi­la­tion est une matrice de la racia­li­sa­tion dans notre pays.
Les Juifs/ves, aujourd’­hui victimes d’autres formes d’an­ti­sé­mi­tisme, étaient critiqué-es dans les années 1930 pour leur prétendu « parti­cu­la­risme », et on leur repro­chait de ne pas vouloir s’as­si­mi­ler, pour mieux justi­fier les discri­mi­na­tions anti­sé­mites dont ils et elles étaient les cibles. Aujourd’­hui comme hier, consi­dé­rer l’as­si­mi­la­tion comme un préa­lable pour avoir droit à un trai­te­ment non discri­mi­na­toire au sein de la Répu­blique française revient à justi­fier les thèses de l’ex­trême droite, qui présente un prétendu « ensau­va­ge­ment  des  racailles » comme une consé­quence du refus ou de l’échec de l’as­si­mi­la­tion. Plus large­ment, le discours supré­ma­tiste rend les Noir-es, Arabes et/ou musul­man-es des années 2020 respon­sables des discri­mi­na­tions systé­miques qu’ils et elles subissent.La fiction du racisme inversé
En repré­sen­tant Danièle Obono en esclave, l’équipe de VA a fait la démons­tra­tion inverse de celle qu’elle escomp­tait. L’in­ten­tion était d’in­cri­mi­ner des Noir-es pour avoir mis en escla­vage d’autres Noir-es. Mais la charge de violence de cette image insou­te­nable renvoie à des siècles d’ex­ploi­ta­tion et de déshu­ma­ni­sa­tion des corps noirs. Sa puis­sance de stig­ma­ti­sa­tion s’ap­puie sur l’épais­seur de l’his­toire des inéga­li­tés raciales, émaillée de massacres et de crimes contre l’hu­ma­nité. La force de défla­gra­tion conte­nue dans ce cliché négro­phobe a fait contre-feu à la perver­sion du projet initial, rappe­lant que le racisme est d’abord un rapport de pouvoir : celui de déva­lo­ri­ser, de soumettre, de dégra­der. 
Ainsi, même si des agres­sions verbales ou physiques peuvent atteindre toute personne pour ce qu’elle repré­sente, quelles que soient ses origines réelles ou suppo­sées, le racisme comme rapport social ne peut nuire qu’aux caté­go­ries de popu­la­tion profon­dé­ment infé­rio­ri­sées tout au long de l’his­toire. Même si elle le souhai­tait, Danièle Obono ne pour­rait pas infli­ger une violence symbo­lique de la même inten­sité aux jour­na­listes de VA que celle qu’ils lui ont fait subir. Cette asymé­trie consti­tue le rapport social qu’est le racisme. Le « racisme anti blancs » si cher à VA est en fait un non-sens.
Contre l’ex­trême droite, reconqué­rir un jour­na­lisme démo­cra­tique 
Le rédac­teur en chef de VA, Geof­froy Lejeune, dit avoir été « dérangé » en lisant cette nouvelle. Pour­tant, ce qui est réel­le­ment déran­geant, c’est qu’il a validé cette violence spec­ta­cu­laire contre la dépu­tée, avant de se payer le luxe de venir présen­ter dans les médias un plai­doyer pro domo maquillé en excuses.
Ces pratiques profes­sion­nelles, en plus de salir une parle­men­taire intègre dans l’exer­cice de ses fonc­tions – comme Blum ou Mendès France en firent l’ex­pé­rience sous la Troi­sième Répu­blique – salissent le jour­na­lisme et ce qu’il devrait être. C’est pourquoi il est grand temps de signi­fier que ce genre de pratiques discré­ditent le jour­na­lisme. Il n’est évidem­ment pas ques­tion de les inter­dire mais de les remettre à leur juste place : à la marge du débat public. Alors que le président de la Répu­blique actuel a commis la faute poli­tique de valo­ri­ser VA en leur accor­dant un entre­tien à l’au­tomne 2019, la moindre des choses serait qu’à l’ave­nir le person­nel poli­tique refuse de colla­bo­rer avec eux.  
 Il est grand temps de déva­luer Valeurs Actuelles.

C’est pourquoi nous serons présent-es au rassem­ble­ment orga­nisé par La Fonda­tion Frantz Fanon samedi 5 septembre à 17h au Troca­déro et espé­rons que toutes les personnes anti­ra­cistes et soucieuses d’un jour­na­lisme démo­cra­tique s’y rendront.
Il faut obte­nir la fin du contrat qui lie Geof­froy Lejeune à C8. Et faire recu­ler large­ment l’in­fluence de l’ex­trême droite, en sortant de l’es­pace média­tique les idées racistes et haineuses ainsi que les figures qui en font la promo­tion. Mobi­li­ser en ce sens est le chemin à prendre pour défaire le supré­ma­tisme et trans­for­mer des projets de loi de stig­ma­ti­sa­tion comme celui sur le sépa­ra­tisme en mauvais souve­nirs.

Signa­taires : Ludi­vine Banti­gny, histo­rienne ; Grégory Bekh­tari, docto­rant en études afri­caines améri­caines, syndi­ca­liste Snesup-FSU ; Mathieu Bonzom, maître de confé­rences en études anglo­phones (univer­sité Paris-I Panthéon-Sorbonne) ; Laurence De Cock, ensei­gnante et histo­rienne ; Vikash Dhora­soo, foot­bal­leur ; Fanny Gallot, histo­rienne ; Soraya Guenifi, maîtresse de confé­rences en histoire des Etats-Unis (univer­sité Paris-I Panthéon-Sorbonne) ; Tiziri Kandi, syndi­ca­liste CGT Hôtels de pres­tige et écono­miques ; Anasse Kazib, syndi­ca­liste SUD rail ; Mathilde Larrère, histo­rienne ; Sarah Mazouz, socio­logue, CNRS ; Ugo Palheta, socio­logue, univer­sité de Lille, auteur de la Possi­bi­lité du fascisme ; Lissell Quiroz, histo­rienne, univer­sité de Cergy ; Omar Slaouti, conseiller muni­ci­pal d’Ar­gen­teuil ; Laurent Sorel, conseiller d’ar­ron­dis­se­ment LFI Paris 20e,Maboula Souma­horo, asso­cia­tion Black History Month.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.