Aller au contenu

Décla­ra­tion de Myriam Martin. Appel à voter pour Jean-Luc Mélen­chon.

Ce dimanche 23 avril nous allons pouvoir voter « utile », pour un candi­dat qui propose un programme, un projet, en faveur de la majo­rité de la popu­la­tion. C’est à dire un projet qui concerne les sala­rié-e-s, les précaires, les chômeurs-ses, les retraité-e-s, les jeunes. Un projet qui privi­lé­gie l’in­té­rêt géné­ral à celui parti­cu­lier des plus riches et des plus puis­sants. Un projet qui explique qu’une alter­na­tive est possible, qu’il n’est pas inéluc­table de subir la dispa­ri­tion des acquis sociaux, des services publics, la destruc­tion program­mée de la planète, une autre société est possible, un autre hori­zon est attei­gnable.

A l’heure actuelle, la réac­tion, les repré­sen­tants des puis­sances et des plus riches mais aussi les supplé­tifs des classes domi­nantes, supplé­tifs qui dirigent aujourd’­hui le pays et qui présentent un bilan cala­mi­teux, une partie des médias, se déchaînent contre Jean Luc Mélen­chon. Ils éructent, insultent, cari­ca­turent, essaient d’ef­frayer une partie indé­cise de la popu­la­tion qui n’a pas encore décidé ferme­ment de son vote ou qui n’a pas décidé encore de voter, se moquent d’un programme soi-disant « irréa­li­sable ».

C’est dire s’ils et elles ont peur ! Peur de perdre leurs privi­lèges, peur de devoir rendre des comptes ! Peur qu’une alter­na­tive au système capi­ta­liste prenne forme dans un avenir proche.

Oui le programme proposé par Jean Luc Mélen­chon est tota­le­ment et concrè­te­ment réali­sable !

Comment finan­cer les services publics, la tran­si­tion écolo­gique ? En faisant des choix poli­tiques ! Ceux par exemple qui consistent à cesser de gaspiller l’argent public en CICE : mesures prises par le PS qui n’a en rien servi l’em­ploi mais qui a permis aux grands patrons et aux action­naires de se gaver ! En moyenne le coût du CICE est de l’ordre de 20 milliards d’eu­ros par an depuis son instau­ra­tion en 2013. Faites le calcul !
Des choix poli­tiques donc et une volonté poli­tique de s’at­taquer à l’éva­sion fiscale qui s’élève à 80 milliards d’eu­ros par an ! De l’argent il y en a dans ce pays, ce qui est essen­tiel, c’est une autre répar­ti­tion des richesses en faveur des salaires, des retraites, des mini­mas sociaux, de l’al­lo­ca­tion d’au­to­no­mie des jeunes, des services publics essen­tiels pour tous-tes nos conci­toyen-nes qu’on habite une zone rurale, un quar­tier popu­laire, qu’on habite en France ou en Guyane !

Oui le programme de jean Luc Mélen­chon répond aux enjeux écolo­giques !

C’est le seul candi­dat qui se préoc­cupe de l’ave­nir de la planète, celle qu’on va lais­ser en héri­tage aux géné­ra­tions futures, en préco­ni­sant de ne pas utili­ser plus de ressources four­nies par notre planète qu’elle ne peut en recons­ti­tuer (règle verte), en préco­ni­sant d’in­ves­tir dans les éner­gies renou­ve­lables, pour la relo­ca­li­sa­tion des produc­tions indus­trielles et agri­coles, en faisant payer les grandes socié­tés polluantes qui empoi­sonnent l’air et la terre.

Oui le programme de Jean Luc Mélen­chon répond aux enjeux démo­cra­tiques !
La Vème répu­blique est un système pour­ris­sant dont les derniers déboires, ceux concer­nant le candi­dat Fillon, prouvent à quel point il faut en finir avec celle-ci.
Il n’est plus accep­table que la démo­cra­tie soit confisquée à ce point là par une mino­rité.

Nous devons aller vers la VIème répu­blique par un proces­sus démo­cra­tique pour chan­ger les insti­tu­tions et faire en sorte que la démo­cra­tie, c’est à dire le gouver­ne­ment par et pour le peuple, soit effec­tive. Cette démo­cra­tie ne doit pas s’ar­rê­ter aux portes des entre­prises, elle devra garan­tir droits sociaux, droits écolo­giques, égalité des droits….
Les repré­sen­tant-e-es que se donne­ront nos conci­toyen-nes ne seront pas des élu-e-s intou­chables et arro­gant-e-s, ils et elles devront rendre des comptes tout au long de leur mandat.

Le vote utile est bien celui en faveur de Jean Luc Mélen­chon :
– Pour écar­ter du pouvoir le candi­dat de l’aus­té­rité mis en examen, le candi­dat du monde de la finance aux posi­tions attrape-tout mais qui déve­loppent surtout des idées éculées de droites et libé­rales, la candi­date des idées fascistes, racistes et xéno­phobes.
– Pour construire une vraie pers­pec­tive d’un monde meilleur.
Pour une fois, et ce depuis long­temps, ce dimanche 23 avril, les opprimé-e-s vont enfin peut être écrire l’his­toire.

Myriam Martin, porte parole d’En­semble! le 20 avril 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.