Aller au contenu

Lettre ouverte à celles et ceux qui sont tenté.es par l’abs­ten­tion

Beau­coup d’entre vous me font part de leur inter­ro­ga­tion sur l’uti­lité d’al­ler voter. Certains parlent même de s’abs­te­nir, car après avoir chassé Sarkozy, voir sa poli­tique qui conti­nue avec Hollande et Valls et assis­ter au spec­tacle quoti­dien d’une Europe sourde aux volon­tés des peuples a de quoi déses­pé­rer.

Poitiers, le 22 mai 2014

Cher-e Ami-e

Dans quelques jours se tien­dront les élec­tions euro­péennes. Beau­coup d’entre vous nous font part de leur inter­ro­ga­tion sur l’uti­lité d’al­ler voter. Certains parlent même de s’abs­te­nir, car après avoir chassé Sarkozy, voir sa poli­tique qui conti­nue avec Hollande et Valls et assis­ter au spec­tacle quoti­dien d’une Europe sourde aux volon­tés des peuples a de quoi déses­pé­rer. Aussi, tout en compre­nant ces réac­tions, nous tenions à vous faire part, person­nel­le­ment, de quelques remarques.

L’abs­ten­tion le jour d’un scru­tin pour faire entendre la colère peut faire du bruit. Les commen­ta­teurs n’au­ront pas de mots assez forts pour se lamen­ter sur le désa­mour des élec­teurs à chaque scru­tin euro­péen. Mais après ?

Rien !

Bien au contraire, celles et ceux, en France et en Europe, qui prônent les poli­tiques d’aus­té­rité, s’ac­com­modent fort bien de cette situa­tion d’abs­ten­tion massive.

Alors oui, c’est impor­tant d’al­ler voter pour bous­cu­ler la situa­tion, car il y a des enjeux et chaque voix va comp­ter.

D’une part, contrai­re­ment à une idée reçue, le Parle­ment euro­péen n’est pas dépourvu de pouvoir.

Aujourd’­hui ce sont les parle­men­taires, majo­ri­taires, conver­tis au libé­ra­lisme, conser­va­teurs comme sociaux-libé­raux, qui se soumettent aux injonc­tions des marchés. Ce sont eux, préoc­cu­pés avant tout de plaire aux banques et aux action­naires, qui ont voté la direc­tive de Bruxelles priva­ti­sant les services publics et celle sur les « travailleurs déta­chés ». Ce sont eux qui ont favo­risé le dumping social. Après le 25 mai, les nouveaux député-e-s euro­péens auront à se pronon­cer sur le/la futur-e président-e de la Commis­sion ou bien encore sur l’adop­tion du traité trans­at­lan­tique.

D’autre part, le 25 mai c’est une élec­tion avec un seul tour, à la propor­tion­nelle. C’est à dire que ce jour-là toutes les voix vont comp­ter pour faire élire en France des député-e-s du Front de gauche. Et avec le Front de gauche et nos alliés en Europe nous sommes en capa­cité de consti­tuer au sein de la prochaine Assem­blée euro­péenne un groupe de la Gauche unitaire euro­péenne en forte progres­sion. Un groupe beau­coup plus impor­tant avec les député-e-s du Front de gauche, ça chan­ge­rait beau­coup de chose au Parle­ment euro­péen.

Enfin dans un sondage euro­péen sur « l’ef­fi­ca­cité des poli­tiques d’aus­té­rité », seuls 5 % des citoyennes et des citoyens des 28 pays inter­ro­gés répondent « oui », 51 % répondent « non ». Et ils sont 60 % à penser « qu’une autre poli­tique est possible ». C’est une force si cela peut se traduire dans les urnes.
Alors oui, dimanche 25 mai ne lais­sons pas les autres déci­der à notre place. Ne lais­sons pas les urnes aux parti­sans de l’aus­té­rité ou bien encore à l’ex­trême droite.

Le 25 mai il est possible de sanc­tion­ner les poli­tiques d’aus­té­rité, en France comme en Europe, il est possible de faire le choix de l’Hu­main d’abord, en votant, et en faisant voter, pour la liste du Front de gauche conduite par Myriam MARTIN dans la grande circons­crip­tion ouest.

Frater­nel­le­ment,

Le Comité de Campagne du Front de Gauche 86.

www.front­de­gau­che86.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.