Aller au contenu

Un autre monde est possible avec Jean-Luc Mélen­chon

A quatre jours du premier tour de la prési­den­tielle, plus de deux-cents univer­si­taires, cher­cheur·e·s et ensei­gnant·e·s appellent à l’union autour de Jean-Luc Mélen­chon, candi­dat de la France Insou­mise, pour « un vote de raison ».

Publié initia­le­ment sur Media­part.

Dans cette campagne prési­den­tielle qui boule­verse tous les repères du jeu poli­tique, il faut rappe­ler la portée majeure de ce scru­tin qui déter­mi­nera pour la France mais aussi pour l’Eu­rope les grands axes du cadre poli­tique, écono­mique et social des prochaines années. C’est donc avant tout sur des enjeux de poli­tique publique, sur les programmes des candi­dat·e·s et sur leur capa­cité à les porter réel­le­ment qu’il convient de se déter­mi­ner. Notre enga­ge­ment ne résulte nulle­ment d’une adhé­sion incon­di­tion­nelle à la personne d’un·e candi­dat·e : il est avant tout raisonné et fondé sur des critères que nous jugeons déci­sifs.

Pour commen­cer, tout projet raison­nable d’éman­ci­pa­tion doit aujourd’­hui prendre pour point de départ la réalité du chan­ge­ment clima­tique et la néces­sité d’une tran­si­tion écolo­gique qui implique une rupture radi­cale dans notre mode de produc­tion et de consom­ma­tion. Il est évident que cette rupture ne pourra se faire dans le cadre néoli­bé­ral actuel et néces­si­tera une inter­ven­tion publique massive, visant à conver­tir en profon­deur notre modèle écono­mique et envi­ron­ne­men­tal.

Le projet que nous soutien­drons doit simul­ta­né­ment enga­ger une réelle trans­for­ma­tion écono­mique et sociale, en n’ac­cep­tant aucun compro­mis avec les forces domi­nantes de la finance et des grands lobbys indus­triels, et lutter pied à pied pour réduire forte­ment la pauvreté et les inéga­li­tés, restau­rer les services publics et renfor­cer le pouvoir des sala­rié·e·s dans l’en­tre­prise.

Ce projet doit aussi en finir avec les poli­tiques désas­treuses de l’en­sei­gne­ment et de la recherche, qui soumettent toujours plus l’École et l’Uni­ver­sité au diktat du marché sous le prétexte falla­cieux d’« auto­no­mie », simple syno­nyme de mise en concur­rence géné­ra­li­sée. Ces poli­tiques n’ont fait que préca­ri­ser les ensei­gnant·e·s et cher­cheur·e·s, et repro­duire les inéga­li­tés dans la jeunesse de notre pays. Il convient donc de leur redon­ner les condi­tions de travail et la liberté péda­go­gique néces­saires à l’ac­com­plis­se­ment de leur mission.

Imposé contre la volonté des peuples français et néer­lan­dais qui s’étaient clai­re­ment pronon­cés en 2005, le cadre actuel des trai­tés euro­péens est un carcan qui favo­rise les divi­dendes au détri­ment des salaires et empêche toute poli­tique écono­mique auda­cieuse de lutte contre le chômage de masse et la préca­rité. Enga­ger un rapport de force sans état d’âme pour refon­der le projet euro­péen est une condi­tion de sa survie et le moyen le plus sûr de donner un coup d’ar­rêt à la montée de l’ex­trême droite sur le conti­nent. De même qu’une Sixième Répu­blique élabo­rée par les citoyen·­ne·s permet­tra de se doter d’ins­ti­tu­tions réel­le­ment démo­cra­tiques, les insti­tu­tions de l’Eu­rope doivent être refon­dées pour servir enfin les peuples, et non plus la finance et les pouvoirs écono­miques domi­nants. Ajou­tons que le beau projet huma­niste d’une Europe des peuples, aujourd’­hui ruiné et désho­noré par le défi­cit démo­cra­tique de l’UE, les poli­tiques d’aus­té­rité et le trai­te­ment honteux réservé aux réfu­gié·e·s, doit impé­ra­ti­ve­ment être réha­bi­lité : par une poli­tique géné­reuse d’ac­cueil et de coopé­ra­tion avec les pays en déve­lop­pe­ment et émer­gents, et par une lutte impi­toyable contre toutes les discri­mi­na­tions racistes.

Enfin, une poli­tique d’in­dé­pen­dance claire à l’écart des grandes puis­sances, quelles qu’elles soient, appa­raît chaque jour plus néces­saire alors que la paix mondiale est en danger.

Des candi­dat·e·s en lice, seuls Jean-Luc Mélen­chon et le programme L’Ave­nir en commun formulent des propo­si­tions qui répondent à ces diffé­rents objec­tifs et, plus encore, engagent une démarche collec­tive cohé­rente suscep­tible de leur donner corps et de ne pas trahir une fois de plus les élec­teurs et les élec­trices. À quelques jours du premier tour, la dyna­mique d’union se trouve être désor­mais celle de la France insou­mise : la candi­da­ture de Mélen­chon est en passe de deve­nir la candi­da­ture unitaire de la gauche. La situa­tion élec­to­rale indé­cise incite plus que jamais à un vote fondé sur l’adhé­sion à un projet, et non sur des calculs pseudo-ration­nels voués à l’échec, comme on a pu le voir avec les primaires. Après des années d’in­di­gna­tion et de résis­tance face aux régres­sions sociales et démo­cra­tiques, ne passons pas à côté de l’op­por­tu­nité inédite qui nous est offerte de mettre en œuvre un programme nova­teur qui concré­tise l’es­sen­tiel des idées progres­sistes, qu’il s’agisse du partage des richesses, de l’éco­lo­gie poli­tique ou encore du fémi­nisme. Elaboré en colla­bo­ra­tion étroite avec des intel­lec­tuel·­le·s critiques, ce programme qui en appelle à l’in­tel­li­gence et à la soli­da­rité des citoyen·­ne·s appa­raît comme le seul à même de remettre en cause, à court et surtout à long termes, la montée de l’ex­trême droite. C’est pourquoi le 23 avril, pour nous, le vote de la raison, ce sera Mélen­chon.

Signa­taires :

Sarah Abdel­nour (socio­logue) ; Joseph Abdou (mathé­ma­ti­cien) ; Erika Abrams (écri­vain et traduc­trice litté­raire) ; Jean Agnès (profes­seur hono­raire, philo­sophe de l’édu­ca­tion) ; Bruno Amable (écono­miste) ; Fabien Archam­bault (histo­rien) ; Soulef Ayad-Bergou­nioux (histo­rienne) ; Isabelle Backouche (histo­rienne) ; Marie-Hélène Bacqué (socio­logue) ; Flora Bajard (socio­logue) ; Aziz Ballouche (géographe) ; Olivier Baron (écono­miste) ; Chris­tophe Baticle (socio­logue) ; Nico­las Bautès (géographe) ; Vincent Béal (socio­logue et poli­tiste) ; Alain Becker (Educa­tion physique et spor­tive, syndi­ca­liste) ; Valen­tin Behr (poli­tiste) ; Luc Benoit (améri­ca­niste) ; Michael Bermond (géographe) ; Eric Berr (écono­miste) ; Sandrine Berroir (géographe) ; Sophie Blan­chard (géographe) ; Béatrice Bloch (ensei­gnante-cher­cheuse en lettres) ; Géral­dine Bois (socio­logue) ; Chris­tophe Bonneuil (histo­rien) ; Sylvain Bordiec (socio­logue) ; Rachele Borghi (géographe) ; Cédric Bouquet (ensei­gnant-cher­cheur en psycho­lo­gie) ; Vincent Bour­deau (philo­sophe) ; Noëlle Burgi (poli­tiste et socio­logue) ; Pascal Buresi (histo­rien) ; Jean-Luc Chap­pey (histo­rien) ; Aman­dine Chapuis (géographe) ; Alexis Charan­son­net (histo­rien) ; Isabelle Char­pen­tier (poli­tiste et socio­logue) ; Fran­cis Chateau­ray­naud (socio­logue) ; Sébas­tien Chau­vin (socio­logue) ; Jean-Jacques Cheval (ensei­gnant-cher­cheur en sciences de l’in­for­ma­tion et de la commu­ni­ca­tion) ; Vérène Cheva­lier (socio­logue) ; Thibault Cizeau (socio­logue) ; David Clarys (ensei­gnant-cher­cheur en psycho­lo­gie) ; Julie Claustre-Mayade (histo­rienne) ; Annie Collo­vald (poli­tiste et socio­logue) ; Auré­lie Conde­veaux (anthro­po­logue) ; Joan Corti­nas (socio­logue) ; Chris­tel Coton (socio­logue) ; Annie Couë­del (ensei­gnante-cher­cheuse en sciences de l’édu­ca­tion) ; Thibault Cour­celle (géographe) ; Jean-Claude Croi­zet (ensei­gnant-cher­cheur en psycho­lo­gie) ; Pablo Cueco (musi­cien) ; Fanny Darbus (socio­logue) ; Ségo­lène Darly (géographe) ; Jean-François Dejours (profes­seur de philo­so­phie) ; Jean Delle­motte (écono­miste) ; Sophie Denave (socio­logue) ; François Denord (histo­rien et socio­logue) ; Nata­lie Depraz (philo­sophe) ; Yveline Dévé­rin (géographe) ; Cathe­rine Deville Cave­lin (physi­cienne) ; Paul Dirkx (socio­logue) ; Etienne Douat (socio­logue) ; Vincent Dubois (socio­logue et poli­tiste) ; Jean-Numa Ducange (histo­rien) ; Frédé­ric Dufaux (géographe) ; Julien Dufour (socio­logue) ; Cédric Durand (écono­miste) ; Séve­rine Durand (socio­logue) ; Marie Duret-Pujol (ensei­gnante-cher­cheure en études théâ­trales) ; Miguel Espi­noza (philo­sophe) ; Odile Espi­noza (psycho­logue) ; Jean Este­ba­nez (géographe) ; Marie Estri­peaut-Bourjac (cher­cheur en litté­ra­ture et en études sur le genre) ; Pierre Farge­ton (musi­co­lo­gie) ; Guil­hem Farru­gia (ensei­gnant en commu­ni­ca­tion) ; Arte­misa Flores (socio­logue) ; Jéré­mie Foa (histo­rien) ; Sylvie Fol (urba­niste) ; Arnaud Fossier (histo­rien) ; Bernard Friot (socio­logue) ; Martine Garcia (biochi­miste) ; Sandrine Garcia (socio­logue) ; Camille Gardesse (urba­niste-socio­logue) ; Isabelle Garo (philo­sophe) ; Chris­tophe Gaubert (socio­logue) ; Florence Gauthier (histo­rienne) ; Bertrand Geay (socio­logue) ; Pascale Gérardi Guillas (Pr. Droit-Econo­mie-Gestion en BTS) ; Armelle Giglio (anthro­po­logue) ; Clément Gilbert (biolo­giste) ; Marjo­rie Glas (socio­logue) ; Isabelle Gouarné (poli­tiste) ; Mathieu Grégoire (socio­logue) ; Josiane Guichot (psycha­na­lyste) ; Fabien Guillot (géographe) ; Auré­lien Hazan (cher­cheur en sciences de l’in­gé­nieur) ; Mathieu Hély (socio­logue) ; Philippe Henry (géologue et géochi­miste) ; Pierig Humeau (socio­logue) ; Stéphane Inglin (profes­seur de Génie Indus­triel en BTS) ; Sabina Isseh­nane (écono­miste) ; Vincent Jacques (philo­sophe) ; Sébas­tien Jahan (histo­rien) ; François Jarrige (histo­rien) ; Fanny Jedli­cki (socio­logue) ; Anne Jollet (histo­rienne) ; Marc Joly (socio­logue) ; Michel Joubert (socio­logue) ; Eric Jouen (profes­seur de Tech­no­lo­gie en BTS) ; François Jouve (mathé­ma­ti­cien) ; Razmig Keucheyan (socio­logue) ; Dany Lang (écono­miste) ; Chris­tian Lazzeri (philo­sophe) ; Frédé­ric Leba­ron (socio­logue) ; Chris­tophe Le Digol (poli­tiste) ; Brice Le Gall (socio­logue) ; Sophie Lecos­tey (écono­miste) ; Philippe Légé (écono­miste) ; Natha­lie Lemar­chand (géographe) ; Pierre Le Masne (écono­miste) ; Benja­min Lemoine (socio­logue) ; Benoît Leroux (socio­logue) ; Léa Lima (socio­logue) ; Wences­las Lizé (socio­logue) ; Carlos Alberto Lobo (philo­sophe) ; Fabien Locher (histo­rien) ; Cédric Lomba (socio­logue) ; Arnaud Mace (philo­sophe) ; Florent Margnat (physi­cien) ; Maxime Marie (géographe) ; Ivan Marin (mathé­ma­ti­cien) ; Jérôme Martin (docteur en histoire, profes­seur d’his­toire-géogra­phie au lycée Jean Renoir, Bondy) ; Pascal Martin (socio­logue) ; Jean-Luc Marti­neau (histo­rien) ; Gérard Mauger (socio­logue) ; Céline Mazliak (profes­seur d’his­toire retrai­tée) ; Paul Mazliak (profes­seur de biolo­gie retraité) ; Fanny Mazzone (ensei­gnante-cher­cheure en sciences de l’in­for­ma­tion et de la commu­ni­ca­tion) ; Claire Mira­mon (psycha­na­lyste) ; Julian Mischi (socio­logue et poli­tiste) ; Vincent Moene­claey (socio­logue) ; Chris­tian de Mont­li­bert (socio­logue) ; Marianne Morane (géographe) ; Laurence Maurel (sciences du langage) ; Laurence Mullaly (section 14) ; Alain Musset (géographe) ; Anne­liese Nef (histo­rienne) ; Adrien Normand (chimiste) ; Chris­tian Papi­not (socio­logue) ; Chris­tophe Pebarthe (histo­rien) ; Adrien Pégour­die (socio­logue) ; Eric Pellet (ensei­gnant-cher­cheur en linguis­tisque, stylis­tique) ; Etienne Pénis­sat (socio­logue) ; Sandra Perez (géographe) ; Marc Perre­noud (socio­logue) ; Johann Petitjean (histo­rien) ; Frédé­ric Pierru (socio­logue) ; Michel Pige­net (histo­rien) ; Chris­tian Pihet (géographe) ; Auré­lie Pinto (socio­logue) ; Louis Pinto (socio­logue) ; Sylvie Pittia (histo­rienne) ; Claude Poliak (socio­logue) ; Tris­tan Poul­laouec (socio­logue) ; Bernard Pudal (poli­tiste) ;  Romain Pudal (socio­logue) ; Joseph Rabie (urba­niste, artiste, cher­cheur) ; Cécile Rabot (socio­logue) ; Janine Reichs­tadt (philo­sophe) ; Fred­die-Jeanne Richard (biolo­giste) ; Fabrice Ripoll (géographe) ; Jean Rive­lois (socio­logue) ; Jean Rivière (géographe) ; Daniel Rome (écono­miste) ; Martine Roques (psycho­logue) ; Max Rous­seau (poli­tiste et géographe) ; Arnaud Saint-Martin (socio­logue) ; Thomas Sauva­det (socio­logue) ; Pierre Sauvêtre (socio­lo­gie) ; Nadine Schaef­fer (infir­mière) ; Manuel Schotté (socio­logue) ; Jérémy Sini­ga­glia (socio­logue) ; Arnault Skor­ni­cki (poli­tiste) ; Séve­rine Sofio (socio­logue) ; Eric Soriano (poli­tiste) ; Ghis­laine Stou­der (histo­rienne) ; Marie-Albane de Sure­main (histo­rienne) ; Aude Nuscia Taïbi (géographe) ; Julien Théry-Astruc (histo­rien) ; Adrien Thibault (socio­logue) ; Martin Thibault (socio­logue) ; Daniel Thin (socio­logue) ; Olivier Tonneau (cher­cheur en litté­ra­ture) ; Chris­tian Topa­lov (socio­logue) ; Pierre Torasso (mathé­ma­ti­cien) ; Michel Tort (psycha­na­lyste) ; Gérard Touchard (ensei­gnant-cher­cheur en sciences de l’in­gé­nieur) ; Olivier Tric (ensei­gnant-cher­cheur en archi­tec­ture) ; Chris­tian Tutin (écono­miste) ; Annick Vali­bouze (mathé­ma­ti­cienne, syndi­ca­liste) ; Stéphane Vaquero (socio­logue) ; Vincent Veschambre (géographe) ; Xavier Vigna (histo­rien) ; Anne Viguier (histo­rienne) ; Sébas­tien Ville­mot (écono­miste) ; Julien Vincent (histo­rien) ; Monika Wator (socio­logue) ; Perin Emel Yavuz (histo­rienne de l’art) ; Karel Yon (poli­tiste).

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.