Aller au contenu

Tract du Premier mai de DNSI


Voici le tract de « D’ailleurs nous sommes d’ici »:

Défendre les droits des migrants et migrantes

Du côté du Front Natio­nal, on assiste à défer­­le­ment de déma­go­gie xéno­phobe : les immi­grés deviennent ces étran­gers respon­sables de tous les problèmes de la France, chômage, insé­cu­rité, terro­­risme, manque de loge­ments, défi­cit de la Sécu­rité Sociale, crise de l’Édu­ca­tion Natio­nale, menace dé­mo­gra­phique du « Grand Rempla­ce­ment » sur notre « iden­tité ». Nous ne croyons pas une seule seconde au programme social du FN ni à ses promesses éco­­no­miques.

A défaut des hausses des salaires et du pouvoir d’achat, Marine Le Pen saura satis­faire ses élec­teurs : expul­sion immé­diate des étran­gers en situa­tion irré­gu­lière, arrêt de toute immi­gra­tion y compris le regrou­pe­­ment fami­lial, condi­tion­ne­ment des aides sociales à deux ans de présence sur le terri­toire, suppres­sion de l’aide médi­cale d’État, instau­ra­tion de la préfé­rence natio­nale, suppres­sion du droit du sol, déna­tu­ra­li­sa­­tion, remise en cause du Droit d’Asile, etc … Toutes ces mesures flat­te­ront les fous furieux de l’iden­tité natio­nale.

Le discours xéno­phobe propage l’idée que ce sont les « élites » urbaines, diplô­mées qui sont favo­­rables à l’im­mi­gra­tion dont elles seraient proté­gées et que c’est le « peuple » qui est en concur­rence avec les étran­gers pour obte­nir un travail, un loge­ment décent, une place à l’hô­pi­tal, des allo­ca­tions. Cette stra­té­gie du bouc émis­saire vise à mettre en oppo­si­­tion les plus dému­nis, français ou immi­grés.

Face à cette suren­chère, Macron « En marche ! » se contente de géné­ra­li­tés impré­cises dans la crainte de se mettre à dos l’élec­to­rat popu­laire.

Nous dénonçons ceux et celles qui instru­men­­ta­lisent la ques­tion de l’im­mi­gra­tion et aussi ceux qui refusent de la prendre en compte. Ils ne font que susci­ter et alimen­ter les réac­tions xéno­phobes et racistes. Il faut au contraire que les pouvoirs pu­blics y apportent de vraies réponses dans le cadre d’une poli­tique réso­lue d’ac­cueil des migrants et des migrantes, une poli­tique qui lutte contre les préju­­gés et les mensonges et qui déve­loppe les soli­da­ri­tés citoyennes.

C’est pourquoi Le Collec­tif DNSI lutte pour :

aL’ar­rêt des expul­sions et des destruc­tions d’abris sans propo­si­tions d’hé­ber­ge­ment adap­tées,

aLa ferme­ture des Centre de réten­tion admi­nis­tra­tive,véri­tables prison pour migrants,

aL’ou­ver­ture des fron­tières avec liberté de circu­la­tion et d’ins­tal­la­tion,

aLa régu­la­ri­sa­tion des sans papiers avec une carte de séjour de 10 ans

aL’éla­bo­ra­tion de véri­tables programmes d’ac­cueil prenant en compte les situa­tions indi­vi­duelles

Avec DNSI pour­sui­vons et ampli­fions la mobi­li­sa­tion :

aPour une poli­tique d’ac­cueil géné­reuse et respec­tueuse des droits fonda­men­taux.

aPour ne pas lais­ser l’es­pace public à ceux qui prônent des discours de repli, xéno­phobes ou racistes.

aCe combat consti­tue un enjeu majeur qui concerne notre démo­cra­tie, notre huma­nité même, et ques­tionne les valeurs sans lesquelles on ne peut espé­rer construire une société qui mette en oeuvre l’éga­lité des droits, la justice sociale et un partage équi­table des richesses.

Pas une voix pour le FN !

rassem­ble­ment mercredi 3 mai à 18h devant le palais de justice

comme tous les 1er mercre­dis du mois