Aller au contenu

Le 7 mai, battre Le Pen, et dès le 8 mai, pas de répit pour Macron

Le mouve­ment Ensemble! appelle à la mobi­li­sa­tion pour empê­cher l’ar­ri­vée au pouvoir de l’ex­trême droite. Dans le même temps, il combat­tra le projet d’Em­ma­nuel Macron.

Emma­nuel Macron et Marine Le Pen sont les seuls candi­dats restant en lice au second tour le 7 mai. La gauche est élimi­née, et malgré l’es­poir soulevé par la campagne popu­laire et massive de Jean-Luc Mélen­chon, dans laquelle était impliqué le mouve­ment Ensemble !, il ne sera pas présent au second tour.

Le score de Jean-Luc Mélen­chon avec plus de 19% des voix consti­tue un événe­ment consi­dé­rable. Il démontre la vita­lité, à gauche, des aspi­ra­tions au progrès social, à la préser­va­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, au renou­veau démo­cra­tique et notam­ment au passage à la 6ème Répu­blique pour en finir avec la monar­chie prési­den­tielle.

Le 7 mai, battre Le Pen et combattre le racisme par tous les moyens

Il faut désor­mais empê­cher une victoire de l’ex­trême-droite qui ferait courir un grave danger aux liber­tés fonda­men­tales, aux droits démo­cra­tiques et sociaux, ce d’au­tant plus que la consti­tu­tion de la cinquième Répu­blique donne des pouvoirs consi­dé­rables au président. Le choix entre deux enne­mis décla­rés du peuple ne peut susci­ter que de la colère. Mais il faut utili­ser tous les moyens pour bloquer en premier le pire des deux. Et le pire c’est Le Pen. Comme disait Malcolm X : le racisme se combat par tous les moyens néces­saires.

Le vote Macron pour faire barrage à Le Pen est un moyen dispo­nible dans ce contexte élec­to­ral. Il ne dispen­sera de se retrou­ver dans la rue contre le FN. Car pour beau­coup ce ne sera pas un vote d’adhé­sion comme le prétend Macron. Et nous le lui faisons savoir en nous mobi­li­sant le premier Mai et aussi dès le 8 mai pour défendre les droits sociaux et démo­cra­tiques !

De « l’en­nemi de la Finance » à l’ami de la Finance

Mais il ne doit pas y avoir de trêve dans notre combat contre Macron et son projet de soumis­sion à la loi de ceux qui, chaque jour, font passer nos vies après leurs profits. Nous, sala­riées, chômeurs-euse étudiant-es, il nous prend pour cibles. C’est certain, Macron va pour­suivre ses attaques déjà commen­cées en tant que ministre de Hollande. Alors Macron, c’est tout aussi certain, dès le 8 juin, il nous trou­vera sur son chemin.

Durant cette campagne et dans la suite du combat contre la loi Travail de 2016, une force popu­laire s’est levée. Cette force ne doit sous-esti­mer aucun de ses adver­saires. Elle ne doit pas non plus se sous-esti­mer elle-même. Elle doit être confiante dans ses propres capa­ci­tés à combattre à la fois les poli­ti­ciens corrom­pus, les patrons qui en veulent toujours plus quitte à polluer notre vie autant que notre envi­ron­ne­ment.

Rassem­bler une « gauche debout ! »

La dyna­mique de la campagne autour du candi­dat JLM doit s’am­pli­fier mais aussi s’élar­gir. Aux élec­tions légis­la­tives, nous appe­lons à des candi­da­tures rassem­blant toutes les forces de gauche et écolo­gistes qui se sont oppo­sées à la poli­tique des Hollande-Macron et faire élire le plus possible de dépu­tés de la gauche de combat.

Rassem­bler une nouvelle gauche, « une gauche de- bout », est la seule manière de s’op­po­ser au FN et aux poli­tiques libé­rales qui ont fait son lit. Les forces existent pour la construc­tion unitaire d’un front perma­nent, social et poli­tique de résis­tance radi­cale. C’est un défi crucial à rele­ver dès main­te­nant.

Avec la force du peuple tout reste possible !
En commun, nous sommes l’ave­nir !

Tract-1er mai

Down­load the PDF file .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.