Aller au contenu

Décla­ra­tion poli­tique d’En­semble!

Adop­tée au Collec­tif Natio­nal d’En­semble ! du 20 mars 2016

Les mobi­li­sa­tions contre le projet de loi El Khomri et contre l’état d’ur­gence viennent renfor­cer ce constat : tous les éléments d’une crise poli­tique majeure se mettent en place. La popu­la­rité de l’exé­cu­tif s’ef­fondre à nouveau. Les frac­tures au sein de la majo­rité gouver­ne­men­tale n’ont jamais été aussi fortes. La mise en mouve­ment de diffé­rents secteurs sociaux et la conjonc­tion de diffé­rents fronts de mobi­li­sa­tion peut bous­cu­ler la donne. Beau­coup de choses vont se jouer dans les prochaines semaines. Sur plusieurs ques­tions majeures, il appa­raît aujourd’­hui possible de mettre en échec les projets gouver­ne­men­taux et de démon­trer que la mobi­li­sa­tion collec­tive est essen­tielle pour défendre nos droits. Ces évolu­tions vont repo­ser de façon nouvelle la ques­tion d’une alter­na­tive poli­tique de gauche et écolo­giste dans le pays.

Le bras de fer engagé contre le projet de casse du Code du travail cris­tal­lise un mécon­ten­te­ment profond contre la poli­tique du gouver­ne­ment, la préca­rité, la dégra­da­tion des condi­tions de travail et l’ar­bi­traire patro­nal. La mobi­li­sa­tion a pris des formes multiples à travers des initia­tives parti­cu­lières qui ont rencon­tré un écho consi­dé­rable (péti­tions en ligne, mobi­li­sa­tion du 9 mars…). Plusieurs secteurs, dans la jeunesse, dans les services publics se sont mis en mouve­ment. Nous sommes au début d’une bataille de grande ampleur, l’exa­men du projet de loi à l’As­sem­blée et au Sénat étant prévu en mai et juin. C’est un vaste mouve­ment enra­ciné dans les quar­tiers, sur les lieux de travail, dans les lycées et les univer­si­tés, capable de mettre en mouve­ment une majo­rité du sala­riat et de la jeunesse, qu’il faut construire. La jour­née du 9 mars confirme qu’un tour­nant est pris dans la contes­ta­tion du gouver­ne­ment, par les exigences et les mobi­li­sa­tions sociales et par la critique directe de l’exé­cu­tif. Notre mouve­ment Ensemble doit être à la hauteur de cette situa­tion nouvelle et faire preuve de réac­ti­vité, tout autant qu’être en capa­cité d’ini­tia­tives.

La mobi­li­sa­tion contre le projet de réforme consti­tu­tion­nelle et la déchéance de natio­na­lité consti­tue la deuxième ques­tion déci­sive du moment présent. Si le gouver­ne­ment a réussi à obte­nir une majo­rité des 3/5ème à l’as­sem­blée natio­nale, le sénat a adopté une autre version du projet de loi ce qui remet en cause son adop­tion par le Congrès. Il est néces­saire de pour­suivre, dans le cadre des diffé­rents collec­tifs unitaires auxquels Ensemble parti­cipe, la large bataille d’opi­nion et de mobi­li­sa­tion pour mettre en échec ce dange­reux projet. S’il est néces­saire de se donner les moyens d’as­su­rer la sûreté publique et de préve­nir de nouveaux atten­tats, cela passe par un renfor­ce­ment des services publics et une lutte réso­lue contre les inéga­li­tés et les discri­mi­na­tions, et non par la mise en place d’un état d’ur­gence perma­nent qui a suscité une stig­ma­ti­sa­tion massive des musul­man(e)s et une crimi­na­li­sa­tion accrue des mouve­ments sociaux. Il est égale­ment néces­saire de s’op­po­ser à la réforme du droit pénal et de la procé­dure pénale, qui intro­duisent dans le droit commun certaines des règles parti­cu­lières de l’état d’ur­gence (perqui­si­tions de nuit), et redé­fi­nissent les règles de la légi­time défense au profit de forces de police déjà portées à en abuser.

Les succès des mani­fes­ta­tions contre le projet d’aé­ro­port de Notre Dame des Landes et pour l’in­ter­dic­tion des gaz de schistes à Barjac témoignent égale­ment du chan­ge­ment de climat poli­tique et du regain de la comba­ti­vité qui s’ex­prime aujourd’­hui. L’an­nonce par François Hollande d’un réfé­ren­dum sur la construc­tion de l’aé­ro­port de NDDL, sans préci­sion sur le dérou­le­ment de celui-ci, n’a nulle­ment atté­nué la montée en puis­sance de cette mobi­li­sa­tion inédite qui rassemble très large­ment milieux popu­laires, paysans, zadistes, orga­ni­sa­tions poli­tiques, syndi­cales, asso­cia­tives et autres contre ce Grand Projet Inutile et Imposé. Après les mobi­li­sa­tions de la COP 21, c’est une nouvelle démons­tra­tion de l’enjeu majeur des luttes écolo­gistes aujourd’­hui, qui se déve­loppent à des échelles locales en portant des enjeux globaux.

La conjonc­tion de ces diffé­rentes mobi­li­sa­tions et du rejet du gouver­ne­ment peut ouvrir une véri­table crise poli­tique dans les prochains mois. Dans cette situa­tion la posi­tion du premier Ministre qui s’est parti­cu­liè­re­ment mis en avant sur ces diffé­rents dossiers, peut cris­tal­li­ser la montée d’un mécon­ten­te­ment qui prend une dimen­sion poli­tique. L’hy­po­thèse de la démis­sion de Manuel Valls peut deve­nir un enjeu du bras de fer en cours comme symbole du refus de la poli­tique qu’il repré­sente.

Ce chan­ge­ment du climat poli­tique et social dans le pays démontre qu’il existe bien toujours une gauche, une gauche qui se bat au quoti­dien contre les régres­sions sociales et auto­ri­taires, une gauche qui rassemble des centaines de milliers d’hommes et de femme qui aspirent à une autre vision de la société que celle portée par le gouver­ne­ment de François Hollande, Manuel Valls et Emma­nuel Macron. Cette gauche vivante existe parmi les nombreux-ses citoyen(ne)s, mili­tant(e)s asso­cia­tifs, syndi­ca­listes qui ne renoncent pas à chan­ger le monde. Elle se retrouve dans les forces du front de Gauche, dans celles d’Eu­rope Écolo­gie Les Verts, de Nouvelle Donne, de la gauche du PS ou d’autres secteurs de la gauche radi­cale. Aucun courant poli­tique ne peut à lui seul la repré­sen­ter. Plus que jamais il est néces­saire de travailler à construire des fronts, des alliances, permet­tant de faire vivre le plura­lisme et la diver­sité de la gauche sociale et écolo­giste et mettant en son cœur une véri­table parti­ci­pa­tion citoyenne.

L’enjeu de la construc­tion d’une alter­na­tive poli­tique au gouver­ne­ment est toujours devant nous. Les expé­riences tentées en 2015 à travers les élec­tions dépar­te­men­tales, les élec­tions régio­nales, les initia­tives communes dans les mobi­li­sa­tions ont consti­tué des premières étapes mais n’ont pas permis de faire émer­ger une véri­table propo­si­tion poli­tique nouvelle. La situa­tion nouvelle résul­tant des mobi­li­sa­tions contre la loi Travail permet de poser diffé­rem­ment la construc­tion du rassem­ble­ment commun, et de passer du rejet de la poli­tique gouver­ne­men­tale à un projet posi­tif construit et porté en commun. Il est possible de s’ap­puyer sur les exigences fortes portées par les luttes actuelles pour indiquer les premiers repères d’une autre poli­tique, ainsi que les acteurs et actrices qui peuvent contri­buer à la construire :

  • Ne pas se rési­gner à la divi­sion du Front de gauche. L’ap­pel « Rallu­mer l’étin­celle » exprime le refus de la dispa­ri­tion de ce cadre de rassem­ble­ment.
  • Propo­ser à chaque échéance du mouve­ment que les forces du FDG se regroupent, construisent un pôle commun et du maté­riel commun (tract…), voire des cortèges communs si les condi­tions s’y prêtent.
  • Propo­ser que le Front de gauche et ses orga­ni­sa­tions s’adressent aux autres forces de gauche oppo­sées à la loi Travail (EELV, Nouvelle Donne, forces socia­listes), mais aussi à des acteurs et actrices des luttes (syndi­ca­listes, jeunes, asso­cia­tifs…) pour élar­gir le plus possible ce pôle commun de refus de la loi. Là aussi des formes d’ex­pres­sion communes peuvent être débat­tues pour les forces poli­tiques (bande­roles, cortèges, mots d’ordre communs, etc). Avec des syndi­ca­listes, des asso­cia­tifs, des jeunes, des citoyen(ne)s inté­res­sés, il est possible d’or­ga­ni­ser des débats publics, d’éla­bo­rer des mesures d’ur­gences sociales.
  • Pour nour­rir ces initia­tives, nous devons égale­ment multi­plier les initia­tives propres d’En­semble (réunions publiques, initia­tives de débats…) pour contri­buer porter publique­ment les propo­si­tions que nous portons

Ces propo­si­tions nées de la situa­tion nouvelle peuvent chan­ger la donne pour les échéances poli­tiques à venir. Nous devons tout faire pour que cela soit le cas, d’au­tant qu’un échec du gouver­ne­ment est possible, ouvrant la voie à une crise gouver­ne­men­tale rappro­chée. La ques­tion d’une inver­sion du calen­drier insti­tu­tion­nel est plus que jamais posée.

Mais indé­pen­dam­ment de cette hypo­thèse qui serait la plus favo­rable, les échéances prési­den­tielles et légis­la­tives de 2017 posent un défi redou­table. Deux pièges sont devant nous : d’une part l’épar­pille­ment et la divi­sion des forces qui défendent une alter­na­tive oppo­sée à la poli­tique du gouver­ne­ment, d’autre part la subor­di­na­tion à la poli­tique que mène le Parti Socia­liste au gouver­ne­ment au nom de « l’unité de la gauche ». L’élec­tion prési­den­tielle va en effet se jouer dans un contexte inédit. La tripar­ti­tion du paysage poli­tique résul­tant de la progres­sion de l’in­fluence et de l’im­plan­ta­tion du Front Natio­nal ne doit pas permettre à Hollande et Valls d’im­po­ser l’idée qu’eux et leur poli­tique incar­ne­raient la gauche. L’enjeu est de réali­ser un nouveau rassem­ble­ment à gauche et avec les écolo­gistes avec des candi­da­tures communes en 2017, pour remo­bi­li­ser les élec­teurs et élec­trices, les absten­tion­nistes qui rejettent les poli­tiques menées, pour combattre la rési­gna­tion devant des victoires si vite annon­cées de la droite et du FN, et pour assu­rer pour l’ave­nir l’exis­tence dans le pays d’une gauche alter­na­tive porteuse d’une logique de trans­for­ma­tion sociale et écolo­gique.

Ensemble est déter­miné à pour­suivre le travail de rassem­ble­ment des forces de gauche et écolo­gistes oppo­sées à la poli­tique du gouver­ne­ment de Hollande et Valls. Aujourd’­hui, diverses propo­si­tions de « primaires » de « rassem­ble­ments » de « débats » existent à gauche. Pour le mouve­ment « Ensemble! », tout cadre visant à construire un nouveau rassem­ble­ment doit se situer dans la redé­fi­ni­tion d’une alter­na­tive de gauche oppo­sée à la poli­tique du gouver­ne­ment. Il faut réaf­fir­mer qu’il ne peut être envi­sagé une primaire derrière les candi­dats et les orien­ta­tions libé­rales du gouver­ne­ment Valls-Hollande que la majo­rité du Parti Socia­liste soutient. Dans cette limite, il est légi­time que le débat se pour­suive.

L’ur­gence est de reprendre le débat sur le projet poli­tique, le socle partagé, qu’il faut défendre dans ces échéances. Cela ne peut esqui­ver le bilan de la poli­tique du pouvoir actuel car la première tâche d’une alter­na­tive poli­tique sera de recons­truire les droits sociaux, écolo­giques, démo­cra­tiques que le gouver­ne­ment est en train de déman­te­ler. D’au­tant qu’en 2017, se tien­dront aussi des élec­tions légis­la­tives, et il s’agit de forger un rassem­ble­ment, une coali­tion, qui postu­lera à former une nouvelle majo­rité capable de prendre les mesures néces­saires pour sortir des crises actuelles et de montrer qu’une trans­for­ma­tion sociale est possible. Dans chaque circons­crip­tion, il faudra enga­ger cette dyna­mique unitaire entre les forces poli­tiques, les acteurs, actrices, les repré­sen­tant(e)s des mouve­ments sociaux, pour conduire à des candi­da­tures collec­tives autour d’une plate-forme poli­tique parta­gée. Simul­ta­né­ment au débat sur le projet, nous voulons agir pour la construc­tion d’un proces­sus poli­tique qui permette à la fois la conver­gence de toutes les forces dispo­nibles et l’in­ter­ven­tion citoyenne, l’éla­bo­ra­tion collec­tive du projet et la dési­gna­tion des candi­dat(e)s pouvant se faire à travers des larges vota­tions citoyennes, de primaires, ou de tout autre moyen qui permette d’abou­tir à l’unité et à la mise en mouve­ment de forces très larges. Il faut donc trou­ver les moyens de construire ce proces­sus collec­tif, qui place en son cœur la parti­ci­pa­tion popu­laire.

C’est la première étape pour abou­tir pour les élec­tions prési­den­tielles et légis­la­tives de 2017 à des candi­da­tures de large rassem­ble­ment, plura­listes et collec­tives, de toutes celles et ceux qui contestent à gauche la poli­tique gouver­ne­men­tale, qui veulent enga­ger notre pays dans une voie nouvelle en rupture avec le néoli­bé­ra­lisme et le produc­ti­visme, et enrayer la menace de droite et d’ex­trême-droite. Jean-Luc Mélen­chon a proposé sa candi­da­ture. D’autres peuvent s’an­non­cer. Si elles sont chacune auto procla­mées sans souci de rassem­bler toutes les forces prêtes à l’al­ter­na­tive, si chacun lance un « mouve­ment » autour de lui et cultive sa spéci­fi­cité, nous manque­rons au devoir d’unité, et au devoir d’im­pli­ca­tion du mouve­ment social et citoyen, a un moment poli­tique ou nous pouvons, si nous nous rassem­blons, mettre en mino­rité le social libé­ra­lisme de Hollande, et recons­truire une gauche de résis­tance au FN et à la droite.

Nous refu­sons les discours qui veulent tirer un trait sur l’ex­pé­rience du Front de Gauche. Malgré ses limites, il consti­tue une expé­rience de conver­gence qu’il faut redé­ve­lop­per et élar­gir pour contri­buer à construire le rassem­ble­ment. Il faut aujourd’­hui accé­lé­rer la construc­tion des conver­gences. Elles doivent se faire avec l’en­semble des forces du Front de Gauche, et pas autour d’une de ses compo­santes, quelle qu’elle soit. Elles sont possibles avec Europe Écolo­gie Les Verts et Nouvelle Donne qui refusent de soute­nir la poli­tique de François Hollande, et qui peuvent conver­ger avec le Front de gauche et tous ceux et toutes celles qui souhaitent ce rassem­ble­ment. Elles sont possibles aussi avec les forces de la gauche du Parti socia­liste qui le veulent, comme avec les autres forces de la gauche radi­cale qui voudraient s’y asso­cier. Elles sont égale­ment possibles avec des forces syndi­cales et asso­cia­tives. C’est d’au­tant plus néces­saire que la mise en mouve­ment des sala­riés et de la jeunesse contre la loi « travail » peut boule­ver­ser la donne et four­nir une éner­gie qui ne se satis­fera pas de construc­tions poli­tiques étriquées. Ce sont les jalons d’une nouvelle gauche qu’il faut construire.

Ensemble portera cette démarche dans les prochains mois à l’échelle locale comme à l’échelle natio­nale. Un point d’étape et un bilan de cette démarche seront réali­sés à l’oc­ca­sion de l’As­sem­blée Géné­rale d’En­semble des 12 et 13 juin 2016.

Décla­ra­tion adop­tée au Collec­tif Natio­nal d’En­semble ! le 20 mars 2016.

Indi­gnés face au libé­ra­lisme, ne lais­sons pas la poli­tique se faire sans nous.

Acteurs et actrices des luttes, forces de gauche et écolo­gistes, réunis­sons des « Forums citoyens pour une alter­na­tive »

Les débats se déve­loppent à gauche, et deux impé­ra­tifs s’im­posent : permettre que la force et les conte­nus de l’ac­tuel mouve­ment social inves­tissent le terrain de l’al­ter­na­tive poli­tique, et travailler à un rassem­ble­ment des forces de gauches et des écolo­gistes qui veulent sortir de l’im­passe des poli­tiques libé­rales menées par le gouver­ne­ment.

Les exigences qui s’ex­priment dans les mani­fes­ta­tions contre la loi Travail, dans les orga­ni­sa­tions syndi­cales et sociales, dans les initia­tives péti­tion­naires et les réseaux sociaux impliqués dans le mouve­ment, parti­cipent de la fonda­tion du « socle commun » néces­saire pour un rassem­ble­ment. Le mouve­ment de contes­ta­tion se mani­feste sur plusieurs terrains : pour une véri­table tran­si­tion écolo­gique après la COP 21, contre les Grands Projets Inutiles et Impo­sés dont l’aé­ro­port de Notre-Dame des Landes, contre la réforme consti­tu­tion­nelle, pour refu­ser la poli­tique austé­ri­taire de l’Union Euro­péenne et sa ferme­ture aux migrant(e)s et réfu­gié(e)s. Le mouve­ment se « globa­lise » dans une « indi­gna­tion » contre toutes les poli­tiques du libé­ra­lisme, et chemine en paral­lèle avec des exigences de démo­cra­tie et d’éga­lité. La gauche sociale et poli­tique est là, présente dans la mobi­li­sa­tion sociale, elle réunit aussi bien des mouve­ments sociaux que des forces poli­tiques de gauche et des écolo­gistes. Si elle se retrouve en oppo­si­tion à la poli­tique du gouver­ne­ment, elle doit se donner les moyens de formu­ler en posi­tif le contenu d’une autre poli­tique.  Cette gauche, doit pouvoir donner nais­sance à une offre poli­tique nouvelle, postu­ler à une autre majo­rité dans les élec­tions à venir, capable de porter une poli­tique de rupture avec le libé­ra­lisme et le produc­ti­visme  et de faire recu­ler la droite et le Front Natio­nal.

Pour éviter que chacune des forces poli­tiques situées en alter­na­tive à la poli­tique actuelle joue sa propre parti­tion et que notre espace commun se disperse, il est indis­pen­sable de réus­sir un rassem­ble­ment à même de faire recu­ler la droite et le FN,  en rupture avec la poli­tique gouver­ne­men­tale soute­nue par la majo­rité du PS.

Ensemble fait une propo­si­tion : que soit mis sur pieds, dans les loca­li­tés ou les dépar­te­ments,  des « Forums pour une alter­na­tive » qui impulsent, en paral­lèle au mouve­ment social actuel, l’échange et l’éla­bo­ra­tion de solu­tions poli­tiques communes. L’objec­tif est de réunir des actrices et acteurs locaux du mouve­ment social dans sa diver­sité : les mili­tant(e)s syndi­caux, asso­cia­tifs ; les orga­ni­sa­tions du mouve­ment socio-poli­tique issu de l’im­mi­gra­tion et les forces de gauches et écolo­gistes, de la gauche radi­cale, qui se côtoient dans ce mouve­ment et le soutiennent. Ce rassem­ble­ment popu­laire est possible en respec­tant l’au­to­no­mie des orga­ni­sa­tions sociales vis-à-vis des partis et en impliquant leurs propo­si­tions sur le terrain des solu­tions poli­tiques.

L’objec­tif est de réunir loca­le­ment, sans ulti­ma­tum et sans idée de rallie­ment de l’un à l’autre, les forces du Front de gauche, des écolo­gistes, des socia­listes, qui sont prêts à débattre d’une issue pour construire une alter­na­tive aux  poli­tiques libé­rale menées par le gouver­ne­ment. Il s’agira de créer des lieux d’ac­tion et de débats, de se nour­rir des mobi­li­sa­tions en cours et en retour de nour­rir celles-ci de propo­si­tions poli­tiques, légis­la­tives, abou­tis­sant à l’éla­bo­ra­tion d’une plate-forme commune. Dans un deuxième temps se posera la ques­tion de candi­da­tures communes aux élec­tions de 2017,  pour porter les mesures poli­tiques de rupture qu’une nouvelle majo­rité mettrait en œuvre.

Nous faisons cette propo­si­tion et à tous ceux qui, dans le mouve­ment social, ne veulent pas que la parole poli­tique et les solu­tions s’éla­borent sans eux et sans leur force collec­tive et au Front de gauche, qui doit retrou­ver une capa­cité d’ini­tia­tive et de rassem­ble­ment, à chacune de ses compo­santes, aux forces de gauches et écolo­gistes qui partagent la recherche d’une telle conver­gence,.

Nous nous adres­sons à toutes les forces, quelle que soit leur posi­tion sur la parti­ci­pa­tion ou non à l’or­ga­ni­sa­tion d’une « primaire » pour la prési­den­tielle, sous la forme d’une Lettre ouverte, aux actrices et acteurs des mouve­ments sociaux, aux citoyen(ne)s, aux forces de gauche et écolo­giste (Europe Ecolo­gie, PCF, PG, Nouvelle Donne, socia­listes critiques…), qui s’op­posent à la poli­tique du gouver­ne­ment mais souhaitent en même temps des candi­da­tures unitaires d’une nouvelle gauche en 2017. Ensemble pren­dra aussi ses propres initia­tives pour témoi­gner que nous sommes candi­dats à l’éla­bo­ra­tion d’une poli­tique anti­li­bé­rale, et pour aider au rassem­ble­ment et au plura­lisme néces­saire afin qu’une force dyna­mique et porteuse d’es­poir soit capable d’agir dans la crise poli­tique actuelle.

Motion adop­tée au Collec­tif Natio­nal d’En­semble ! le 20 mars 2016.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.