Aller au contenu

Des écono­mies et des recettes pour les caisses de l’Etat !

Une contri­bu­tion d’un cama­rade pour réflexion et débat

Depuis quelques années, les gouver­ne­ments succes­sifs relayés par certains médias, nous disent, qu’il faut faire des écono­mies, qu’il faut « se serrer la cein­ture ». Mais ce sont toujours les mêmes qui renflouent les caisses de l’Etat.

Le système fonc­tionne pour enri­chir les plus aisés (défis­ca­li­sa­tion, faci­lité de prêt et d’in­ves­tis­se­ment, salaires exor­bi­tants des grands patrons, retraite-chapeau, para­chute doré, etc…). Des orien­ta­tions poli­tiques peuvent être prises pour faire des écono­mies et même géné­rer des apports finan­ciers à l’Etat.

Alors que faire pour inver­ser la tendance?

  • Pour une fisca­lité plus juste. L’im­pôt sur le revenu est en théo­rie l’im­pôt le plus juste (calculé en fonc­tion du revenu de chacun) mais la fraude fiscale est le « sport natio­nal » en France. Bons nombre de citoyens français aisés ne paient donc pas d’im­pôt. Il faut mettre les moyens pour lutter contre cette fraude fiscale et punir les frau­deurs. C’est envi­ron 80 milliards d’eu­ros par an de manque à gagner. (le monde de février 2015)

  • Pour une taxe euro­péenne. 0,1% sur toutes les tran­sac­tions finan­cières permet­trait de rappor­ter envi­ron 35 milliards d’eu­ros par an (rapport de la commis­sion euro­péenne de décembre 2014) pour 11 Etats membres (France, Belgique, Alle­magne, Espagne, Italie, Grèce, Esto­nie, Autriche, Portu­gal, Slovaquie, Slové­nie). C’est à dire envi­ron 4 milliards d’eu­ros par an pour la France.

  • Pour la réduc­tion du budget de l’ar­mée. En limi­tant les inter­ven­tions mili­taires à l’étran­ger coûteuses et souvent peu effi­caces, l’Etat pour­rait écono­mi­ser envi­ron 1 milliard d’eu­ros par an. (l’Opinion de septembre 2014) Actuel­le­ment, envi­ron 6500 mili­taires sont au Tchad, au Mali, en Centra­frique ou encore au Liban.

  • Pour la léga­li­sa­tion de la produc­tion et de la vente de canna­bis par l’Etat. Cette propo­si­tion permet­trait de stop­per une partie de la délinquance liée à cette drogue. Les événe­ments début février 2015 dans la cité de La Castel­lane à Marseille démontre encore à quel niveau de délinquance conduit ce genre de trafic. De plus, cela désen­gor­ge­rait les tribu­naux et rédui­rait le nombre de déte­nus dans les prisons pour de courtes peines. La produc­tion de canna­bis par des agri­cul­teurs agrées par l’Etat et la vente dans des lieux spéci­fiques sous contrôle de l’Etat régu­lant le prix permet­trait de créer plus de 10000 emplois et rappor­te­rait plus de 2 milliards d’eu­ros par an (le monde du 19 décembre 2014).

  • Pour arrê­ter de nouveaux projets de construc­tion de LGV. Les Lignes de Trains à Grande Vitesse sont coûteuses pour les contri­buables et réser­vées à ceux qui peuvent se payer des billets de TGV. L’Etat pour­rait écono­mi­ser plus de 10 milliards par an.

  • Pour la lutte contre les fraudes à Pôle Emploi. L’Etat perd chaque année envi­ron 100 millions d’eu­ros. Le plus gros méca­nisme de fraude détec­tée (38,3 millions d’eu­ros) était l’ab­sence de décla­ra­tion des périodes d’em­ploi, pour cumu­ler salaire et allo­ca­tion chômage. Suivent les emplois fictifs (16,2 millions), les rési­dences à l’étran­ger et fraudes trans­fron­ta­lières (9,8 millions), la non-décla­ra­tion de la qualité de manda­taire social (4,7 millions) et les chan­ge­ments de situa­tion non décla­rés (3,6 millions). (le monde du 28 novembre 2014)

  • Pour des alter­na­tives à la prison. Un détenu en France coûte en moyenne 32000 euros par an (le monde du 19 décembre 2012). La prison est donc très coûteuse et souvent inef­fi­cace voire destruc­trice pour les petits délinquants. Pour les déte­nus qui ne sont pas dange­reux pour la société et condam­nés à de courte peine il faut déve­lop­per les alter­na­tives telles que le brace­let élec­tro­nique et le Travail d’In­té­rêt Géné­ral beau­coup moins coûteux et permet­tant de main­te­nir les liens sociaux. Pour 1000 déte­nus de moins en France c’est à dire moins de 2%, l’Etat écono­mi­se­rait envi­ron 30 millions d’eu­ros par an.

  • Pour inter­dire les retraites- chapeau, les para­chutes- dorés et les cadeaux de bien­ve­nue au moins pour les patrons d’en­tre­prises publiques. Ces gabe­gies sont immo­rales et indé­centes compte tenu de la situa­tion écono­mique. Diffi­cile d’es­ti­mer préci­sé­ment le montant de cette écono­mie qui pour­rait s’éle­ver à plusieurs milliards d’eu­ros par an.

  • Pour réduire consi­dé­ra­ble­ment les retraites et les avan­tages des ex-prési­dents, ex-ministres et ex-parle­men­taires. Plusieurs millions d’eu­ros sortent chaque année des caisses de l’Etat pour assu­rer les retraites et les avan­tages (chauf­feurs, garde du corps, dépla­ce­ments, etc …) de ces hommes et femmes poli­tiques.

Voici quelques propo­si­tions non exhaus­tives qui permet­traient l’ap­port de plus de 100 milliards d’eu­ros par an à l’Etat.

Que faire de 100 milliards ?

Réduire effi­ca­ce­ment le taux de chômage, préser­ver nos acquis sociaux (sécu­rité sociale, retraite, santé), réduire l’échec scolaire, lutter contre l’ex­clu­sion et la misère sociale en faci­li­tant l’ac­cès au loge­ment au plus dému­nis, inves­tir massi­ve­ment dans les quar­tiers défa­vo­ri­sés, déve­lop­per les éner­gies renou­ve­lables et les dépla­ce­ments écolo­giques.

Pour une poli­tique plus juste et plus sociale rédui­sant les inéga­li­tés entre les riches et les pauvres afin que chaque français puisse vivre décem­ment.

Benoît Pinot

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.