Aller au contenu

Des propo­si­tions contre les déserts médi­caux.

Cela concerne la Vienne rurale aussi.

Commu­niqué de la coor­di­na­tion natio­nale des comi­tés de défense des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité

Ce n’est pas le « Plan pour renfor­cer l’ac­cès terri­to­rial aux soins »,

dévoilé par le Premier ministre et la Ministre de la santé le 13 octobre  

qui va éviter la catas­trophe sani­taire.

Les alertes et les propo­si­tions n’ont pour­tant pas manqué, encore tout derniè­re­ment avec la mission du Conseil Econo­mique Social et Envi­ron­ne­men­tal, mais le gouver­ne­ment n’a pas eu le courage de prendre les mesures néces­saires pour résoudre la crise sani­taire dans laquelle le pays s’en­fonce un peu plus chaque jour, faute de profes­sion­nels de santé.

La Coor­di­na­tion natio­nale rappelle les propo­si­tions qu’elle a élabo­rées pour mettre fin de façon durable aux déserts médi­caux en s’ap­puyant sur les témoi­gnages et l’ex­pé­rience des usagers, des orga­ni­sa­tions syndi­cales des profes­sion­nels de santé, des asso­cia­tions d’élus :

Suppres­sion du nume­rus clau­sus (concours de fin de première année de méde­cine)

Recen­se­ment des besoins par bassins de vie, tant pour les géné­ra­listes que pour les spécia­listes et les autres profes­sion­nel-le-s de santé (il y a pénu­rie aussi pour certaines profes­sions comme les kiné­si­thé­ra­peutes, par exemple).

Remise en cause partielle de la liberté d’ins­tal­la­tion avec la mise en place d’une « obli­ga­tion à servir » de 3 à 5 ans en contre­par­tie de la forma­tion publique, assu­rant une répar­ti­tion en fonc­tion des besoins afin de remé­dier aux déserts actuels, qu’ils soient en zone rurale, urbaine ou péri­ur­baine, en méde­cine et soins de ville ou à l’hô­pi­tal.

Mise en œuvre de toutes les condi­tions pour former toujours plus de méde­cins en multi­pliant, entre autres, les lieux de stage.

Mise en place d’un service public de santé de premier recours s’ap­puyant sur un maillage terri­to­rial de centres de santé, struc­tures pluri­dis­ci­pli­naires où les profes­sion­nels de santé sont sala­riés, travaillent en réseau sur la base d’un projet social partagé incluant la préven­tion, le soin, l’édu­ca­tion théra­peu­tique et l’orien­ta­tion des patients, ces derniers étant impliqués dans la gestion de la struc­ture.

 

Dans notre pays aujourd’­hui, des élus locaux se mobi­lisent, sous des formes parfois origi­nales, des usagers se consti­tuent en asso­cia­tions ou lancent des péti­tions, pour trou­ver des méde­cins, des urgen­tistes tirent la sonnette d’alarme car, notam­ment par manque de profes­sion­nels de santé , leurs services sont satu­rés, des parle­men­taires inter­pellent, au Sénat comme à l’As­sem­blée Natio­nale.

 

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre, vous n’avez pas voulu écou­ter et, comme vos prédé­ces­seurs, en ne prenant pas les mesures néces­saires, vous contri­buez à une véri­table catas­trophe sani­taire.

 

Lure le 18 octobre 2017

 

Et puis pour info, des extraits de la mise à jour d’une péti­tion sur ce thème (péti­tion indé­pen­dante de la coor­di­na­tion citée ci-desus)

Les terri­toires aban­don­nés

Alain FROBERT

16 oct. 2017 —

Après six mois de travail intense Edouard Philippe et Agnès Buzyn ont ânonné le plan Macron.
Fainéants, six mois pour produire une copie !
Madame la ministre avait péremp­toi­re­ment répondu à l’as­sem­blée natio­nale, il n’y a pas une solu­tion aux « déserts médi­caux » mais des dizaines !
En fait le plan Edouard Philippe / Agnès Buzyn en a trouvé une seule, celle de péren­ni­ser défi­ni­ti­ve­ment les « déserts médi­caux ».
Repre­nons les décla­ra­tions des auteurs :

Mme Buzyn , dans le Figaro le 14 octobre:
(…)
Agnés Buzyn : « Un mal de ventre, par exemple, ne peut pas être traité en télé­mé­de­cine, il néces­site un examen clinique. À l’in­verse, la psychia­trie s’y prête bien, c’est le cas aux États-Unis, qui l’ont libé­rée de manière massive. Alors que l’on manque de psychiatres, la télé­mé­de­cine peut faci­li­ter l’adap­ta­tion d’un trai­te­ment anxio­ly­tique ou anti­dé­pres­seur. »
Mme Buzyn pense donc que la psychia­trie peut se pratiquer par télé méde­cine, c’est mal connaitre la psychia­trie dont la plus grande partie se passe dans les effets de la présence physique et de l’écoute « physique » du psychiatre, cela s’ap­pelle la consul­ta­tion en face à face ou allongé sur un divan.. . cela s’ap­pelle le trans­fert, la psycho­thé­ra­pie.
Mais Mme Buzyn a été membre de plusieurs conseils d’ad­mi­nis­tra­tion de firmes phar­ma­ceu­tiques, alors elle raisonne en anti dépres­seurs et en anxio­ly­tiques, deux caté­go­ries de médi­ca­ments qui posent un problème de santé publique, trop consom­més en Fran­ce…
Mme Buzyn est-elle la ministre des labo­ra­toires ou la ministre de la santé ?
De ces deux cita­tions il faut conclure que Mme Buzyn résout le problème des déserts médi­caux en inven­tant le nouveau concept « il n’y a pas de désert » puisqu’il ne sert à rien d’avoir des méde­cins instal­lés, et qu’ il suffit d’une télé méde­cine avec quelques oiseaux rares en mini­bus.
Et au passage on oublie le « numé­rus clau­sus » puisqu’il y a la télé méde­cine et les oiseaux rares en mini­bus. Vive les start-up de la télé­mé­de­cine !! Ça c’est moderne !

(…)

Mais allons plus loin dans l’ana­lyse du « plan de déné­ga­tion Buzyn »
Face à cette inéga­lité d’ac­cès aux soins de cinq millions de français selon les esti­ma­tions du mois de juin 2017 du minis­tère de la santé, qui sont passés à dix à douze millions selon les nouvelles esti­ma­tions, Mme Buzyn déclenche un grand plan de 400 millions d’eu­ros pour construire en cinq ans 900 maisons de santé pluri profes­sion­nelles .
Tout d’abord il s’agit de construc­tion de locaux pour regrou­per les méde­cins et autres profes­sion­nels libé­raux là où ils sont déjà présents, s’ils le veulent bien, et pas d’im­plan­ter des struc­tures là où il y a « désert médi­cal » car Mr Philippe et Mme Buzyn sont oppo­sés à toute contrainte pour l’ins­tal­la­tion.
Effec­ti­ve­ment il est diffi­cile de contraindre les libé­raux et cela heurte l’es­prit libé­ral du véri­table rédac­teur du plan, M. Macron.
Mais est-il possible de compa­rer ces 400 millions d’eu­ros sur 5 ans desti­nés à répondre par un « grand plan » à une ques­tion concer­nant des millions de français avec les 750 millions d’eu­ros annuels consa­crés au rembour­se­ment de médi­ca­ments consi­dé­rés ( Source infor­ma­tions : Fonda­tion Natio­nale Médé­ric) comme sans effets théra­peu­tiques sur la mala­die d’Alz­hei­mer ? (…)
Les « déserts médi­caux » au total 650 millions pour cinq ans. Un grand plan ??
Mme Buzyn connait bien ce dossier puisqu’elle était au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de Novar­tis qui commer­cia­lise une des molé­cules les plus vendues pour la mala­die d’Alz­hei­mer .
Maisons de Santé pluri profes­sion­nelles ou centres de santé ?
Cons­truire des murs de maisons de santé ne résout pas le problème des déserts médi­caux.
Plusieurs villes en ont fait l’ex­pé­rience, pas de méde­cin candi­dat et ce malgré les avan­tages finan­ciers…
L’Ordre des méde­cins vient de publier le 12 octobre, comme par hasard, son atlas de la démo­gra­phie.  (…)  les chiffres sont démons­tra­tifs une dimi­nu­tion de 8000 à 10 000 méde­cins géné­ra­listes en dix ans et une augmen­ta­tion du sala­riat des méde­cins qui devient la première forme d’exer­cice devant le libé­ral… ça ne plait pas trop à l’Ordre !!
Voilà ce que Mme Buzyn et son maître Macron veulent igno­rer, consi­dé­rant peut-être que les sala­riés sont des fainéants ou qu’il n’y a sur terre qu’une belle réus­site « gagner beau­coup d’argent »…
(…)Les jeunes méde­cins veulent du sala­riat, veulent de la méde­cine d’équipe mais ne veulent plus de la multi­pli­ca­tion de tâches comp­tables , ne veulent pas passer leur temps devant un ordi­na­teur mais plutôt devant un malade ou avec leurs confrères pour se former pour ajus­ter leurs pratiques…
Ce n’est pas ce que propose l’ave­nant conven­tion­nel pour les Maisons de Santé Pluri profes­sion­nelles et les centres de santé, cet avenant est un cata­logue de pratiques bureau­cra­tiques.
(…)

https://www.youtube.com/watch?v=qCIsdHR1j9w


 

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.