Aller au contenu

Deuxième tour : élire des député-es de la gauche debout et insou­mise !/ commu­niqué natio­nal d’En­semble!

Le premier tour des élec­tions légis­la­tives a été marqué par une absten­tion massive. Cela montre que la crise démo­cra­tique est loin d’être finie.

Les candi­dat-es de la Répu­blique En Marche arrivent en tête à l’échelle natio­nale avec un score de 32%. Emma­nuel Macron a réussi à rassem­bler les libé­raux de gauche et de droite et béné­fi­cie plei­ne­ment du carac­tère monar­chique des insti­tu­tions de la Vème Répu­blique. L’As­sem­blée Natio­nale est réduite à n’être que la chambre d’ap­pli­ca­tion de la poli­tique du Président de la Répu­blique.

Les candi­dats-es des forces qui ont soutenu Jean Luc Mélen­chon repré­sentent, selon les premières esti­ma­tions, envi­ron 14% des suffrages expri­més (11% pour France Insou­mise, 3% pour le PCF). Malgré la divi­sion, ils consti­tuent la prin­ci­pale force d’op­po­si­tion de gauche, progres­siste et écolo­giste. Nous nous féli­ci­tons des bons résul­tats des candi­dat-es présen­tés ou soute­nus par Ensemble !

Il faut main­te­nant faire élire le maxi­mum de dépu­tés insou­mis, commu­nistes, réel­le­ment de gauche et écolo­gis­tes… Il faut rassem­bler toutes les forces pour cela.

Au-delà, il faut empê­cher le Front Natio­nal, même s’il est affai­bli, d’en­voyer des député-es à l’As­sem­blée Natio­nale pour y déver­ser sa propa­gande xéno­phobe. Partout où c’est possible, il faut battre les candi­dat-es de droite et de la Répu­blique En Marche ou se récla­mant de la majo­rité prési­den­tielle.

Les prochains mois seront déci­sifs. Emma­nuel Macron est décidé à impo­ser son projet anti social au pas de charge : réforme du code du travail par ordon­nance, réforme de l’as­su­rance chômage et des systèmes de retrai­te… Il faut expliquer et faire connaitre les consé­quences néga­tives de ces projets pour la sécu­rité et les droits des chômeur-euses et des sala­rié-es. Des mobi­li­sa­tions larges et unitaires rassem­blant des millions de personnes sont possibles car cette poli­tique n’a pas de légi­ti­mité. Pour mettre en échec la grande régres­sion d’Em­ma­nuel Macron, défendre les liber­tés démo­cra­tiques mena­cées par l’Etat d’Ur­gence perma­nent, il faut construire dans tout le pays un large front social et poli­tique des asso­cia­tions, syndi­cats et partis de gauche et écolo­gistes.

L’Equipe d’Ani­ma­tion Natio­nale d’En­semble

Dimanche 11 juin 2017, 21 heures.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.