Aller au contenu

EDF lance le projet de 2 nouveaux EPR en France

EDF vient de publier un appel d’offres pour la construc­tion de deux réac­teurs en France, à Penly. Le gouver­ne­ment ne pren­dra pour­tant pas de déci­sion poli­tique avant 2023…

On ne change pas une équipe qui perd. Malgré les retards et les dépas­se­ments de coûts rencon­trés sur les chan­tiers en cours que ce soit à Flaman­ville, en Grande-Bretagne ou en Finlande, EDF prévoit la mise en service de deux unités EPR2.

Vendredi 27, le groupe a publié au Jour­nal Offi­ciel de la commis­sion euro­péenne un appel d’offres pour « la réali­sa­tion du génie civil prin­ci­pal d’une paire d’uni­tés de produc­tion d’élec­tri­cité de type EPR 2 en France.

Soit disant moins chères, ces deux unités devraient compen­ser, en 2030, l’ar­rêt de centrales actuelles et afin d’at­teindre l’objec­tif de 50% de nucléaire dans la produc­tion élec­trique en 2035 fixé par le gouver­ne­ment.

Entre trois et quatre candi­dats sont atten­dus sur ce projet. A priori les habi­tuels spécia­listes français des travaux publics, Vinci, Eiffage et Bouygues.

Billets en relation :

2 réflexions au sujet de « EDF lance le projet de 2 nouveaux EPR en France »

  1. PIERRE BAJARD dit :

    C’est le soit disant qui change tout,
    La gauche par son dogmatique antinucléaire issue des verts ,et  verts de gris Allemands et soutenue par les Américains sur le fond a plombé pour une décennie notre pays, sans ressources energétique , incapable de maintenir notre indépendance,  spoliée par un Allemagne qui rigole, le système libéral Européen qui ts les jours grignote un peu plus, nous on souffre et pour l »instant on envoie que des canons à L’Ukraine, heureusement le PC essaye de relever la tête,(mais pas vraiment crédible ailleurs) manifestement vous n’avez rien compris à ce qui se passe alors que la France est dépouillée de toute part c’est pas ainsi que nous allons préserver notre manière de vouloir vivre il faut s’en donner les moyens, le hic nous sommes tout petits , à la ramasse, fort en gueule , prêt a être mangés quoi….
    Sur ce plan que la droite et extr qui défends le bout de gras…..
    La gauche le PS particulièrement depuis 15 ans a trahi le peuple,  y compris l’ oiseau rare cette NUPES issue d’une dégénérescence enfonce le menu peuple qui voudrait y croire dans l’abîme …et tout le monde est content…
    Sans énergie point de salut, le soit disant renouvelable une impasse à nous spolier, sans fossile que nous n’avons pas, et une hydraulique exploitée au max, il devient impératif de foncer dans le nucléaire et ASTRID en particulier pour limiter les dégâts perdus à tout jamais par ailleurs…
    Cela demande une volonté collective d’ampleur…..beaucoup de travail et encore et encore …..
    Pas sur que vous y soyez prêt un sursaut ou « tam pis…. »
     
     

    Répondre
    • Didier Bridon dit :

      Nous sommes étonnés de lire ce commentaire publié il y a 3 ans. Depuis de nombreux évènements sont venus nous conforter dans notre opposition au nucléaire tant civil que militaire.
      Il aurait été plus pertinent de répondre à cet article plus récent : https://reve86.org/nucleaire-la-corrosion-sous-contrainte-cest-quoi/
      Dans cet article nous expliquions pourquoi comme à la centrale de Civaux (la première où l’on a détecté des fissures), 12 centrales sont à l’arrêt.
      Le dogmatisme des « nucléopathes » les entrainent dans une fuite en avant puisqu’aujourd’hui Macron veut construire 14 nouvelles EPR de deuxième génération. Pourtant cette technologie est un fiasco. Que ce soit à Flamanville, Hinkley en Angleterre, Olkiluoto en Finlande ou encore Taishan en Chine, ces centrales n’ont pas réussi à fonctionner correctement.
      Pourtant les problèmes demeurent.
      L’indépendance énergétique : le minerai provient du Niger, du Kazakhstan et de l’Australie.
      La sécurité : Outre les accident des Tchernobyl, Fukushima on peut citer des « incidents » où la centrale de Braud St Louis (33) a été submergée lors de la tempête de 1999. Mais aujourd’hui la guerre en Ukraine rend réel le risque de bombardement, argument qui jusqu’à présent pouvait sembler tout à fait théorique.
      Quant à votre suggestion de développer des surgénérateurs de type ASTRID (comme Superphénix), elle retarde d’au moins 3 ans date à laquelle ce projet a été abandonné.
      L’arrêt du projet n’est pas une décision politique, mais liée à une multitude de problèmes de fonctionnement. Partout dans le monde, toutes les tentatives de surgénération ont été vouées à l’échec. […]Mais la difficulté est de refroidir ce réacteur. Si on utilise du sodium, cela devient très compliqué car il s’enflamme au contact de l’air et explose au contact de l’eau…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.