Aller au contenu

Enquête complo­tisme 2019

Un an après une première enquête de grande ampleur sur la prégnance du complo­tisme dans l’opi­nion publique française et alors que ce phéno­mène semble de plus en plus percep­tible, la Fonda­tion Jean-Jaurès et Cons­pi­racy Watch ont publié début février une nouvelle enquête, réali­sée par l’Ifop en décembre 2018. Elle met en lumière l’in­fluence préoc­cu­pante des repré­sen­ta­tions conspi­ra­tion­nistes dans la société française : si deux Français sur trois peuvent être consi­dé­rés comme rela­ti­ve­ment hermé­tiques au complo­tisme, 21% des personnes inter­ro­gées se déclarent cepen­dant « d’ac­cord » avec 5 énon­cés complo­tistes parmi les 10 qui leur ont été soumis.

Télé­char­ger l’étude

>>> Lire, sur le site de la Fonda­tion Jean-Jaurès, les grands ensei­gne­ments de cette nouvelle enquête.

Dans la conti­nuité de ce travail, la Fonda­tion Jean-Jaurès et Cons­pi­racy Watch ont entre­pris de publier un certain nombre d’ar­ticles d’ana­lyse et de décryp­tage réali­sés par des cher­cheurs sur divers aspects du complo­tisme aujourd’­hui en France.

Enquête complo­tisme 2019 : les grands ensei­gne­ments

Rudy Reichs­tadt, membre de l’Ob­ser­va­toire des radi­ca­li­tés poli­tiques de la Fonda­tion Jean-Jaurès et direc­teur de Cons­pi­racy Watch, présente les grands ensei­gne­ments de la seconde vague.

Le conspi­ra­tion­nisme et l’ex­trême droite

Par Valé­rie Igou­net le 20 février 2019.
Dans quelle mesure la proxi­mité avec l’ex­trême droite est-elle corré­lée à l’adhé­sion aux thèses complo­tistes ?

Comment s’in­forment les complo­tistes ?

Par Roman Born­stein le 18 février 2019
Si les plate­formes n’in­tro­duisent pas une variable éthique et citoyenne dans leur modèle écono­mique, elles reste­ront le facteur de propa­ga­tion des théo­ries complo­tistes le plus puis­sant et un outil essen­tiel au service de ceux qui ont entre­pris de défaire le vivre-ensemble démo­cra­tique.

Pourquoi le senti­ment d’échec person­nel et le complo­tisme sont-ils liés ?

Les complo­tistes sont appa­rem­ment plus suscep­tibles, statis­tique­ment, d’avoir le senti­ment de ne pas avoir réussi leur vie.

Focus sur le mouve­ment des « gilets jaunes »

Par Jérôme Fourquet le 11 février 2019
Il s’avère que les sympa­thi­sants de ce mouve­ment adhèrent à ces thèses de manière plus pronon­cée que le reste de la popu­la­tion.

Pierre-André Taguieff : « il faut distin­guer le complo­tisme banal du complo­tisme intel­lec­tua­lisé »

Le rapport des « gilets jaunes » aux théo­ries du complot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.