Aller au contenu

Esclaves nigé­rianes ?

À Poitiers il y a nigé­rianes et … nigé­rianes

Il est plus facile de placar­der sur la façade de la mairie un appel pour  la libé­ra­tion des jeunes nigé­rianes, dont l’ef­fet est à usage interne,  que de lutter contre contre l’es­cla­vage sexuel des pros­ti­tuées  nigé­rianes présentes à Poitiers comme dans d’autres villes, victimes  d’une traite orga­ni­sée, harce­lées par la police. Loca­le­ment on ne peut  rien faire pour les jeunes filles kidnap­pées au nord du Nige­ria.

Par contre, comment lutter contre cette forme d’es­cla­vage qui poussent ces  centaines de jeunes filles afri­caines à se pros­ti­tuer en Europe ? Et  comment faire surtout pour éviter que la seule réponse soit poli­cière et  se retourne donc sur les victimes de cette traite ?
Yves Judde

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.