Aller au contenu

Fête de l’Hu­main à l’Isle Jour­dain

Orga­ni­sée sur trois jours par le Front de gauche du Sud Vienne elle a réuni près de 400 personnes sur l’en­semble des initia­tives : ciné-débat, concert rock et le débat du dimanche, précé­dent le repas pris en commun.

Le vendredi soir la projec­tion du film « Regarde ailleurs » a intro­duit une discus­sion avec une soixan­taine de personnes ainsi qu’une dizaine de migrants du CAO du Vigeant. Elle était animée par des mili­tants de la Ligue des Droits de l’Homme et de l’as­so­cia­tion « 100 pour 1 », récem­ment créée. Un migrant guinéen a pu appor­ter son témoi­gnage émou­vant et diffi­cile.

 

 

 

 

Le thème du débat, le dimanche matin, portait sur les services publics et la démo­cra­tie en zone rurale. Il était animé par une conseillère dépar­te­men­tale PCF de l’Al­lier. Notre cama­rade d’En­semble ! Stéphane Lajau­mont (ancien conseiller régio­nal pour Limou­sin Terre de Gauche) était aussi présent à la tribune. Beau­coup d’in­ter­ven­tions ont souli­gné les effets de la dispa­ri­tion des services publics et de la réduc­tion des moyens finan­ciers et poli­tiques des petites communes dans le cadre de la métro­po­li­sa­tion voulue par la loi NOTRe

Notre cama­rade est inter­venu pour dire que nous ne devions pas rester sur des luttes unique­ment défen­sives, qu’il fallait pour construire de nouvelles reven­di­ca­tions offen­sives et radi­cales autour du commun. Pour cela, les formes d’or­ga­ni­sa­tion des partis actuels devaient être dépas­sées. Surtout dans la pers­pec­tive des prochaines échéances élec­to­rales euro­péennes. C’est ce qui a été raté avec le feu Front de gauche car il n’a pas permis, avec sa forme cartel, aux citoyens de s’en­ga­ger sans adhé­rer à un des partis. Sauf peut-être dans un village gaulois du Sud-Vienne, mais pour combien de temps ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors du repas, France Pales­tine a lu une décla­ra­tion sur la situa­tion actuelle aggra­vée par la poli­tique de Trump.

 

 

 

 

 

 

 

L’après-midi, concert de Michto mais aussi des échanges entre mili­tant-e-s, sympa­thi­sant-e-s, visi­teur-se-s d’un jour, sur les stands poli­tiques, syndi­caux et des asso­cia­tions, comme la Maison de l’art, ARDAN, 100 pour 1…

 

 

 

 

Pour Ensemble ! cette fête reste un moment poli­tique parti­cu­lier dans la Vienne. Elle doit conti­nuer à être orga­ni­sée collec­ti­ve­ment dans une période où la gauche anti­li­bé­rale est divi­sée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.