Aller au contenu

Arrê­tons Poitiers « Bitard bourg » ! Inter­ven­tion du Collec­tif 8 mars au Conseil muni­ci­pal

Le Collec­tif 8 mars avait décidé d’in­ter­ve­nir au Conseil muni­ci­pal du lundi 26 mars pour deman­der l’ar­rêt des subven­tions aux « Bitards ». Pour ce faire des mili­tantes fémi­nistes avaient décro­ché les pancartes instal­lées à l’en­trée de la ville et les ont dépo­sées à la Mairie.

Soute­nues par les élues d’Osons, elles ont pu lire la décla­ra­tion qui suit. Le Conseil muni­ci­pal a fina­le­ment suspendu la subven­tion octroyée tous les ans aux « bitards ». A l’heure où l’on dénonce les violences et le harcè­le­ment, cette mesure est la bien­ve­nue.

Voici le texte de la décla­ra­tion du Collec­tif 8 mars :

COLLECTIF du 8 Mars Poitiers le 26 03 2018

Inter­ven­tion au conseil muni­ci­pal avec les pancartes des bitards ramas­sées aux entrées de la ville.

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les conseillères et conseillers,

Chaque année, les bitards demandent et obtiennent une subven­tion de la muni­ci­pa­lité de Poitiers. Alors que la semaine dite Estu­dian­tine orga­ni­sée par l’ordre du Bitard s’est termi­née hier, vous allez vous pronon­cer sur cette subven­tion.

Nous espé­rons qu’au moment où, partout, le sexisme, les agres­sions sexistes et sexuelles commencent à être forte­ment dénon­cés, la ville de Poitiers ne se retrou­vera pas à contre courant de ce mouve­ment en votant comme toutes ces dernières années depuis… trop long­temps… un soutien finan­cier à cette asso­cia­tion.

Celles et plus certai­ne­ment ceux qui justi­fient l’exis­tence des bitards au nom de la tradi­tion sont rétro­grades et sans doute pour­raient recon­naitre que d’autres tradi­tions ont un jour dispa­ru… euh… le droit de cuis­sage par exemple.

Celles et plus certai­ne­ment ceux qui justi­fient l’exis­tence des bitards au nom de l’hu­mour et trouvent que l’on en manque (d’hu­mour) sont sexistes et pour­raient recon­naitre qu’il n’y a rien de drôle à, en tant que femme, être iden­ti­fiée à un trou ou une touffe de poils pubiens.

Trouvé sur le site offi­ciel de l’ordre des Bitards :

« L’in­ven­tion de la femme étant quelque chose d’ex­trê­me­ment récent, les scien­ti­fiques de l’Ordre du Bitard se posent encore la ques­tion de l’ave­nir réservé à celles-ci. En atten­dant que la ques­tion soit tran­chée, ces dernières disposent du statut de Chabousse leur permet­tant d’ob­ser­ver les évène­ments de l’Ordre en toute sécu­rité sous la respon­sa­bi­lité de la Grand-Capière ». Et de préci­ser : Chabousse : Trou laissé dans la terre lorsque l’on en retire une carotte… Classe, non ?

Mais en Poitou, le terme Chabousse désigne aussi les fanes des légumes dont on mange les racines et par exten­sion la touffe des poils du Pubis.

Trou, touffe de Poils pubiens… nous hési­tons… laquelle de ces deux dési­gna­tions est-elle la plus dégra­dante ?

Plus fort encore aujourd’­hui alors qu’un large mouve­ment inter­na­tio­nal dénonce les compor­te­ments sexistes, nous expri­mons à nouveau notre oppo­si­tion à cette tolé­rance de la soit disant tradi­tion­nelle semaine des bitards qui sur le fonds, comme sur la forme, non seule­ment perpé­tue une domi­na­tion patriar­cale frein à l’éga­lité réelle entre les femmes et les hommes (est ce néces­saire de rappe­ler qu’à travail égal, le salaire des femmes est toujours infé­rieur de 25% (un quart, oui) à celui des hommes et que 83% des emplois à temps partiel sont occu­pés par des femmes) ? mais aussi avec la pratique d’ac­qui­si­tion de trophées sexuels comme il semble que cela soit le cas, bana­lise les agres­sions sexuelles et les viols.

Rappe­lons à ce sujet que :

  • 10% des femmes sont actuel­le­ment victimes de violences conju­gales
  • 1 femme décède tous les 3 jours sous les coups de son conjoint
  • 86000 femmes sont victimes de viol chaque année et 90% d’entre elles ne porte­ront pas plainte (source, minis­tère de l’in­té­rieur, 25 janvier 2018 )

Et vous les femmes et les hommes de cette assem­blée muni­ci­pale, avez-vous le senti­ment que les bitards portent vos valeurs et qu’ils parlent en votre nom ?

Nous sommes pour une égalité réelle entre les femmes et les hommes. L’Uni­ver­sité ne verse plus de subven­tion à cette asso­cia­tion depuis deux ans ; et puisqu’il est ques­tion que la muni­ci­pa­lité de Poitiers signe la charte euro­péenne pour l’éga­lité femmes/hommes, que l’Uni­ver­sité, nous vous propo­sons de commen­cer avec un acte fort : le report de la subven­tion des bitards sur l’une des asso­cia­tions poite­vines qui luttent contre les violences faites aux femmes.

Arrê­tons Poitiers « Bitard bourg » faisons Poitiers « cœur d’ag­glo de l’éga­lité ».

Une réflexion au sujet de « Arrê­tons Poitiers « Bitard bourg » ! Inter­ven­tion du Collec­tif 8 mars au Conseil muni­ci­pal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *