Aller au contenu

Le vice-président libé­ral du Bundes­tag rejette l’ex­tra­di­tion de Carles Puig­de­mont

Die Linke appelle à sa libé­ra­tion 

Lundi 26 Mars 2018

Un vice-président du parle­ment fédé­ral alle­mand, Wolf­gang Kubi­cki, a exclu l’ex­tra­di­tion de Carles Puig­de­mont pour rébel­lion. « En Alle­magne, nous ne connais­sons pas le délit de rébel­lion, contrai­re­ment à l’Es­pagne », a déclaré le leader libé­ral et avocat expé­ri­menté dans des décla­ra­tions au réseau des jour­naux régio­naux alle­mands Redak­tions Netz­werk Deut­schland. « Par consé­quent, je rejette l’ex­tra­di­tion aux auto­ri­tés espa­gnoles pour cette raison », a-t-il dit.

Dans le même sens, Die Linke, le prin­ci­pal parti alle­mand de la gauche alter­na­tive, a indiqué que « la rébel­lion n’est pas un délit euro­péen et ne fait pas partie des trente deux délits pour lesquels il peut y avoir une extra­di­tion en appli­ca­tion d’un Mandat d’Ar­rêt Euro­péen (MAE). L’Es­pagne est le seul état de l’Union Euro­péenne qui connaît cette infrac­tion crimi­nelle pré-démo­cra­tique. L’ac­cu­sa­tion est évidem­ment une accu­sa­tion poli­tique ». La gauche alle­mande a appelé à la libé­ra­tion de Carles Puig­de­mont. Le respon­sable de la poli­tique euro­péenne du parti au parle­ment alle­mand, Andrej Hunko, a quali­fié cette arres­ta­tion de honte.

Le député euro­péen des Grünen, Sven Giegold, a estimé que les actes du gouver­ne­ment espa­gnol ne font que créer une confron­ta­tion. « Les prisons ne peuvent pas résoudre le conflit cata­lan. La déci­sion est entre les mains des juges, elle n’est pas dans les mains » des leaders des partis poli­tiques.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.