Aller au contenu

Etat espa­gnol : vers un nouveau gouver­ne­ment ?

Nous publions un point d’ana­lyse écrit par Fran­cis Viguié, mili­tant d’En­semble sur la situa­tion en Espagne après les récentes élec­tions et les tenta­tives du PSOE de consti­tuer un gouver­ne­ment majo­ri­taire.

Demain sera élu le gouver­ne­ment PSOE – UP (Unidas Pode­mos), de Pedro Sanchez. Nous en sommes au deuxième tour et, pour être élu, l’exi­gence est d’avoir plus de votes « pour » que de votes « contre » . Dans le cas de figure actuel, les absten­tions sont déter­mi­nantes. La majo­rité est de 176 député-es, le PSOE en a 120 et UP en a 35. Soit un total, non suffi­sant, de 155.

Pour le premier tour ils ont réussi à cumu­ler 166 député-es en parti­cu­lier avec l’ajout des 6 du PNV et des 3 de Mas Pais ( Errejon). Pour demain ils peuvent comp­ter sur 167 dépu­tés, la Droite de son côté en a 165 ! L’élec­tion se joue grâce à l’abs­ten­tion des 13 de ERC et des 5 de Bildu.

L’ac­cord de gouver­ne­ment avec UP va se concré­ti­ser par l’en­trée de Igle­sias comme vice président et de 3 ministres dont Irene Montero, Alberto Garzon et Yolanda Diaz. Que ce soit Pode­mos ou Izquierda Unida, ils vont faire rentrer au gouver­ne­ment leurs prin­ci­paux diri­geants, chez nous le PCF était plus prudent…  Dans le cas présent, ce sont les diri­geants au quoti­dien et les plus connus qui seront respon­sables du bilan, les partis n’au­ront pas de marges de manoeuvre.

La fragi­lité du futur gouver­ne­ment est évidente.

Le PP, Vox et Ciuda­da­nos sont dans une radi­ca­lité extrême et d’une grande violence.

Igle­sias, et autres repré­sen­tants de la gauche, utilisent, pour parler d’eux, la déno­mi­na­tion de « ultra dere­cha » pour le PP et de « ultra ultra dere­cha » pour Vox. Leur discours se résume à dénon­cer la « haute trahi­son » de Pedro Sanchez qui pacte avec les indé­pen­dan­tistes pour « rompre l’Es­pagne » et s’as­so­cie au gouver­ne­ment avec les commu­nistes et les pro Chavez. Pour eux, le gouver­ne­ment qui sera élu est « illé­gi­time » vu son accord avec les indé­pen­dan­tistes et les « assas­sins » de Bildu

Leur poli­tique va être le blocage systé­ma­tique des textes en faisant appel à toutes les instances judi­ciaires ou consti­tu­tion­nelles possibles.

Ils font donc le choix d’une judi­cia­ri­sa­tion de la poli­tique et vont orga­ni­ser des mobi­li­sa­tions de rue. Tous les sujets vont être bons, bien sûr la défense de l’Es­pagne mais aussi contre les droits des femmes et l’avor­te­ment, l’im­mi­gra­tion, pour la reli­gion obli­ga­toire comme matière à l’éco­le… Il n’y a pas de cordon sani­taire avec l’ex­trême droite franquiste de Vox et la hiérar­chie de l’Eglise catho­lique est profon­dé­ment réac­tion­naire et nostal­gique du franquisme.

Trois exemples pour complé­ter le pano­rama ultra réac­tion­naire : le PP demande l’ap­pli­ca­tion immé­diate du 155 en Cata­logne, Vox a voulu orga­ni­ser une messe à Séville pour les « bébés avor­tés » , l’Eglise appelle « à prier pour l’Es­pagne en raison du futur incer­tain de la nation » Le débat au Parle­ment renvoyait à la période ouver­te­ment franquiste.

Les forces natio­na­listes se retrouvent dans le pour, le contre et l’abs­ten­tion :

Côté « pour » il y a le PNV et le BNG ( Galice, qui aux euro­péennes était avec ERC et Bildu)

Côté «  contre » les partis cata­lans de JxCat ( Puig­de­mont) et la CUP.

La CUP a demandé la libé­ra­tion des prison­niers, le refe­ren­dum…­mais a aussi insisté sur les ques­tions sociales et en parti­cu­lier sur l’im­pos­si­bi­lité de faire une véri­table poli­tique de gauche dans l’Eu­rope actuelle.

Pour l’abs­ten­tion, ERC et Bildu.

ERC a laissé de côté la voie unila­té­rale et cherche une négo­cia­tion pour avan­cer vers un refe­ren­dum négo­cié. Il me semble que les seuls points posi­tifs concrets de l’ac­cord avec le PSOE sont la recon­nais­sance « d’un conflit poli­tique » et non d’un problème de coexis­tence ( convi­ven­cia) comme c’est écrit dans l’ac­cord de gouver­ne­ment PSOE-UP. Le deuxième point est que le résul­tat final sera soumis au vote des cata­lan-es. Mais nous sommes très loin de l’am­nis­tie et du refe­ren­dum négo­cié. De plus se rajoute en Cata­logne les déci­sions de justice euro­péenne contra­dic­toires avec celles de la justice espa­gnole comme nous venons de le voir avec la ques­tion des dépu­tés euro­péens. De même, l’in­ha­bi­li­ta­tion de Torra, président du gouver­ne­ment cata­lan, pour avoir refusé d’en­le­ver les « lacets jaunes » d’un bati­ment public, ne fait que jeter de l’huile sur le feu.

Bildu a bien modéré son orien­ta­tion. Depuis la fin de ETA et de leur soutien à la lutte armée, ils ont un problème d’orien­ta­tion ( ils ne sont pas les seuls !). Ils ont surtout un problème majeur avec plus de 200 prison­niers poli­tiques toujours disper­sés sur le terri­toire espa­gnol. Les faire sortir de prison ou au mini­mum les rappro­cher au Pays Basque ou encore qu’ils puisent béné­fi­cier des réduc­tions de peines est une urgence. Si les cata­lans ont réussi dans l’ac­cord PSOE – ERC à ouvrir une négo­cia­tion recon­nais­sant un conflit poli­tique, ce n’est pas le cas en Euskadi où pour les partis comme le PSOE il s’agit d’un problème de terro­risme.

Mais 200 prison­niers c’est 200 familles mili­tantes qui avaient l’ha­bi­tude de mani­fes­ter toutes les semaines, l’exi­gence de ces familles et de la jeunesse est une pres­sion légi­time et une respon­sa­bi­lité morale pour Bildu. ERC et Bildu vont donc, en s’abs­te­nant, permettre la consti­tu­tion du gouver­ne­ment.

Pour conclure, nous allons avoir un gouver­ne­ment mino­ri­taire très fragile face à une droite aux accents franquistes décom­plexés.

Le gouver­ne­ment a promis une hausse des salaires et une déro­ga­tion partielle ( 3 mesures seule­ment) à la loi Travail votée par le PP.

Nous verrons bien si l’ar­ri­vée au gouver­ne­ment du PSOE et de UP suscite des mobi­li­sa­tions mais le risque de crise écono­mique est bien réel et l’avan­cée des négo­cia­tions sur la Cata­logne vont déter­mi­ner beau­coup de choses.

Fran­cis

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.