Aller au contenu

Festi­val Raisons d’agir 2019: « D’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’­hui : parcours de migrants »

Ce mercredi 3 avril, à l’Es­pace Mendès France,
Avec Stéphane Beaud et Mahyar Monshi­pour

« Alors que les pays euro­péens traitent les migra­tions dans un registre toujours plus sécu­ri­taire et que les repré­sen­ta­tions les plus folles circulent
sur le thème du « grand rempla­ce­ment », il est temps de porter un autre regard sur les jeunes et les familles venus se réfu­gier, vivre et travailler ici.
Au-delà de l’ur­gence de l’ac­cueil, il est inté­res­sant de reve­nir sur
l’ex­pé­rience des géné­ra­tions récentes ou plus anciennes de migrants,
de comprendre les parcours de mobi­lité et d’ins­tal­la­tion en France, les
atouts et les obstacles que rencontrent les immi­grés pour leur inser­tion,
le rôle joué par les diffé­rentes insti­tu­tions de l’Etat, par les asso­cia­tions
et les réseaux d’en­traide.
Il est tout aussi utile de donner à voir ce qui vient boule­ver­ser la vie des personnes concer­nées, de la trans­for­ma­tion des rela­tions fami­liales à celle des aspi­ra­tions et des concep­tions de la vie, d’un âge et d’une
géné­ra­tion à l’autre.
Ce festi­val multi­forme s’at­tache à croi­ser les expé­riences indi­vi­duelles et collec­tives et les savoirs issus des sciences sociales. Il asso­cie
cher­cheurs, créa­teurs, mili­tants et étudiants, afin de mener une
réflexion collec­tive sur les débats poli­tiques contem­po­rains
et ainsi d’y prendre part.
Sa program­ma­tion est réso­lu­ment ouverte et acces­sible à toutes et
tous. »

PROGRAMME
Mercredi 3 avril – À l’Es­pace Mendès France

14 heures .
Gran­dir en France : entre famille, école et citoyen­neté.
Des étudiants de master et de docto­rat de Poitiers, Limoges et Tours
présen­te­ront leurs recherches en cours sur des jeunes récem­ment arri­vés en France, des descen­dants d’im­mi­grés et des trajec­toires fami­liales dans ces trois villes. Les parcours migra­toires, les condi­tions d’émi­gra­tion ou
le rapport aux diffé­rentes insti­tu­tions qui « accueillent » ces jeunes ou
ces familles seront notam­ment abor­dées. Le public parta­gera à son tour
ses expé­riences ou ses ques­tion­ne­ments.

17 heures . Projec­tions
The Immi­grant de Char­lie Chaplin (1917) —
Le film est une courte comé­die roman­tique qui met en scène le
person­nage de Char­lot en tant qu’im­mi­grant venant aux États-Unis,
accusé de vol lors de son voyage à travers l’océan Atlan­tique, et qui
tombe amou­reux d’une belle jeune femme en chemin.

Salam de Souad El-Bouhati (2001) — Ali, un travailleur immi­gré, est dépos­sédé de son statut alors qu’il s’ap­prête à rentrer dans son pays. Il est
décidé à finir ses jours au Maroc, et consi­dère qu’il n’a plus rien à faire
en France. Mais il est dechiré entre sa peur de mourir en France et sa
peur du retour au Maroc.

20h30 SOIREE -DEBAT avec Stéphane Beaud, socio­logue, univer­sité de Poitiers, et Mahyar Monshi­pour, ancien cham­pion du monde de boxe.

Stéphane Beaud présen­tera notam­ment son enquête sur une famille
issue de l’im­mi­gra­tion algé­rienne, publiée dans son dernier livre : « « La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977–2017)« . En suivant le fil de ces histoires de vie, il fait décou­vrir le rôle majeur de la trans­mis­sion
des savoirs par l’école en milieu popu­laire et l’im­por­tance du diplôme.
Mais aussi le poids du genre, car ce sont les deux sœurs aînées qui
redis­tri­buent les ressources accu­mu­lées au profit des cadets :
infor­ma­tions sur l’école, ficelles qui mènent à l’em­ploi, accès à la culture, soutien moral, capi­tal profes­sion­nel…
Cette biogra­phie à plusieurs voix montre diffé­rents proces­sus
d’in­té­gra­tion en train de se faire. Elle pointe aussi les diffi­cul­tés
rencon­trées par les enfants Belhoumi pour conqué­rir une place dans le
«  club France », en parti­cu­lier depuis les atten­tats terro­ristes de janvier 2015 qui ont singu­liè­re­ment compliqué la donne pour les descen­dants d’im­mi­grés algé­riens.

Mahyar Monshi­pour, ancien cham­pion du monde de boxe poite­vin,
évoquera son parcours et ses enga­ge­ments, racon­tés dans son livre
« La rage d’être français », publié en 2007. Il y fait le récit d’un enfant sage né en 1975 à Téhé­ran d’un père vice-préfet de la police, qui l’éleva seul
sous un régime qui n’en­cou­ra­geait guère les liber­tés indi­vi­duelles, puis
de son arri­vée à Poitiers chez l’une de ses tantes, âgé de 11 ans, ne
parlant pas un mot de français.
Il brosse égale­ment la fresque d’un gamin accro­cheur, de ses combats de boxe, des coulisses pas toujours glorieuses du boxing busi­ness, de la
fréné­sie de vaincre, mais aussi du combat qu’il remporte contre
lui-même en retrou­vant sa mère, Shahine (origi­naire du Kurdis­tan), qu’il n’avait jamais connue. Il parlera aussi de l’im­por­tance de l’ac­cueil, du
rôle joué par l’école dans l’in­té­gra­tion et de son atta­che­ment à la France.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.