Aller au contenu

Filoche:Macron veut faire payer les sala­riés et les chômeurs et appau­vrir la Sécu­rité sociale

Filoche (Gauche démo­cra­tique et sociale)répond à Macron au lende­main de l’in­ter­ven­tion télé­vi­sée de Macron

Vers un acte V de la mobi­li­sa­tion sociale

En 12 minutes, le président de la Répu­blique a expé­dié les reven­di­ca­tions d’un mouve­ment social qui affichent depuis cinq semaines la néces­sité d’un profond chan­ge­ment dans la répar­ti­tion des richesses. 

Le Président des riches a laissé croire que le Smic allait augmen­ter de 100 € par mois. Il n’en est rien (*) ! Il s’agi­rait surtout d’une augmen­ta­tion de la prime d’ac­ti­vité (prime payée par l’Etat, qui n’est pas un salaire et ne donne aucun droit pour la retraite ou l’as­su­rance chômage) . Et pas d’aug­men­ta­tion géné­rale des salaires ! En Espagne, le premier ministre vient, lui, d’an­non­cer une hausse de 22 % du salaire mini­mum !

Si Macron revient sur l’aug­men­ta­tion en 2019 de 1,7 point de la CSG pour les retraites entre 1 200 € et 2 000 €, il main­tient le gel des pensions en 2018 et leur sous-indexa­tion pour 2019 et 2020, qui feraient perdre deux mois de pension en trois ans.

La défis­ca­li­sa­tion des heures supplé­men­taires décou­ra­gera l’em­bauche et appau­vrira la Sécu­rité sociale puisqu’ aucune coti­sa­tion sociale ne sera perçue lors de leur verse­ment. Ce sont donc les sala­riés, les arti­sans, les petits commerçants, les chômeurs et les béné­fi­ciaires de pres­ta­tions sociales qui paie­ront : soit par l’im­pôt, soit par l’aug­men­ta­tion des tarifs des mutuelles, soit en renonçant à se soigner. Quant à la « prime excep­tion­nelle » , seules les entre­prises qui le veulent la verse­ront (et sans coti­sa­tions sociales !) . Au bon vouloir des seuls employeurs !

L’injus­tice fiscale encore et toujours

Où Macron va-t-il cher­cher les recettes pour finan­cer ces mesures ? L’im­pôt de soli­da­rité sur la fortune n’est pas réta­bli au prétexte falla­cieux que cela nuirait à l’in­ves­tis­se­ment. Comme si nos grandes fortunes manquaient de capi­taux quand il s’agit de déve­lop­per des acti­vi­tés spécu­la­tives qui les enri­chissent toujours plus. Ce n’est donc pas de ce côté-là qu’il y aura de nouvelles rentrées fiscales. Pas plus qu’a­vec un impôt progres­sif sur le revenu aidant à réta­blir la justice fiscale. Quant aux recettes d’im­pôts sur le capi­tal, elles ont déjà baissé de 40 % sous la manda­ture Macron.

Ce seront donc toujours les mêmes qui finan­ce­ront les mesures annon­cées puisque les riches ne sont pas mis à contri­bu­tion. Macron dans son tour de passe-passe habi­tuel reprend d’une main ce qu’il donne de l’autre. Coupes budgé­taires, désin­ves­tis­se­ment de l’Etat accru, casse de la protec­tion sociale et des services publics… Bref, l’aus­té­rité est plus que jamais à l’ordre du jour et ne fera qu’ag­gra­ver la situa­tion.

Des reven­di­ca­tions igno­rées, une répres­sion assu­mée

Les reven­di­ca­tions des lycéens et des étudiants, celles des fonc­tion­naires dont le point d’in­dice est gelé, celles des chômeurs et des béné­fi­ciaires de minima sociaux n’ont reçu aucune réponse. La tran­si­tion écolo­gique, la réaf­fec­ta­tion du CICE, la démo­cra­ti­sa­tion des insti­tu­tions n’ont même pas été évoquées.

Le président de la Répu­blique n’a pas regretté la remise en cause de la liberté de mani­fes­ter par des inter­pel­la­tions massives avant même les mani­fes­tions Il n’a pas eu un seul mot pour les victimes des violences poli­cières (les mains arra­chées, les yeux crevés, les os cassés, les visages défi­gu­rés, les lycéens à genoux les mains derrière la tête…) . Il n’a évoqué ni l’uti­li­sa­tion de flash-balls, de grenades de désen­cer­cle­ment ou assour­dis­santes, ni les charges répé­tées contre des mani­fes­tants qui cher­chaient à sortir des nasses dans lesquelles ils s’étaient retrou­vés bloqués.

Un acte V de la mobi­li­sa­tion sociale s’im­pose à toutes les forces progres­sistes citoyennes, syndi­cales et poli­tiques. C’est dans l’unité que nous pour­rons vaincre Macron et l’em­pê­cher de mettre en œuvre l’acte II de sa poli­tique de casse de l’as­su­rance-chômage, de la fonc­tion publique, et des retrai­tes…

 (*) Entour­loupe sur les 100 euros pour les smicards : le Smic n’aug­men­tera que de 1,8 %, c’est-à-dire du montant de l’in­fla­tion (21 € pour le Smic net.) Nul ne sait aujourd’­hui, pas même le gouver­ne­ment qui se contre­dit sans cesse à ce sujet, d’où vien­dront les 100 € annon­cés. Sans doute de cette augmen­ta­tion de 21€ et d’une augmen­ta­tion de la prime d’ac­ti­vité. Il ne s’agi­rait alors que d’une anti­ci­pa­tion de l’aug­men­ta­tion prévue de la prime d’ac­ti­vité pour l’en­semble du quinquen­nat (dont une augmen­ta­tion de 30 € était déjà program­mée pour 2019) et de la baisse de 20 € des coti­sa­tions sociales sala­riées déjà mises en œuvre en 2018 ! 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.