Aller au contenu

Macron: surtout ne pas augmen­ter le SMIC. Et pourquoi?

Une chro­nique de Michel Husson sur le site d’Al­ter­na­tices écono­miques, le 13 décembre. Extraits

« Haro sur le salaire mini­mum : des argu­ments contre­faits »

Le 28 novembre dernier, le premier ministre avait fait cette curieuse décla­ra­tion au micro de Jean-Jacques Bour­din, : « Notre poli­tique n’est pas de faire des coups de pouce au Smic. C’est de faire en sorte que le travail paie. » Mais n’est-ce pas le salaire qui paie le travail ? Toujours chez Bour­din, Benja­min Griveaux a détaillé comment se décom­pose la hausse annon­cée par le président de la Répu­blique de 100 euros nets du Smic : « C’est 20 euros de baisse de charges [sic] et 80 de prime d’ac­ti­vité ». Edouard Philippe a un peu plus tard ajouté à la confu­sion en annonçant à l’As­sem­blée natio­nale que « notre objec­tif n’est pas d’en rester à ceux qui béné­fi­cient aujourd’­hui de la prime d’ac­ti­vité, mais que l’en­semble de ceux qui sont rému­né­rés au Smic béné­fi­cient d’une augmen­ta­tion substan­tielle ». Mais ce n’est pas si simple…

La prime d’ac­ti­vité n’est pas un salaire

Depuis le 1er janvier 2016, la prime d’ac­ti­vité a remplacé le volet acti­vité du RSA et la prime pour l’em­ploi. Ce sont les caisses d’al­lo­ca­tions fami­liales qui la versent aux 2,6 millions de foyers qui en béné­fi­cient en 2018. Elle dépend des reve­nus du ménage et non du niveau de salaire indi­vi­duel. Ce n’est donc pas un salaire payé par les employeurs, mais une pres­ta­tion. Et c’est d’au­tant plus vrai que, n’étant pas soumise à coti­sa­tion sociale, la prime d’ac­ti­vité n’ouvre aucun droit à retraite.

Ce dispo­si­tif a un double objec­tif : diluer la notion de sala­riat et subven­tion­ner le coût du travail pour les employeurs. (…°

La prime d’ac­ti­vité n’ouvre aucun droit à retraite

Certes, le Smic ne saurait être l’unique outil de lutte contre la pauvreté. C’est une évidence, puisqu’il ne concerne par exemple ni les retrai­tés, ni les chômeurs, ni les jeunes scola­ri­sés. Et surtout, puisqu’il est par défi­ni­tion un salaire horaire, il ne peut à lui seul trai­ter le problème des temps partiels qui concerne notam­ment les femmes, et encore plus grave­ment les femmes seules en charge d’en­fants. Les femmes sont d’ailleurs direc­te­ment concer­nées par un autre effet pervers de la prise en compte du revenu au niveau du ménage : c’est une inci­ta­tion à main­te­nir des salaires « d’ap­point » infé­rieurs pour les femmes ou de leur offrir des emplois à temps partiel, sous prétexte que la prime d’ac­ti­vité complé­tera le revenu du ménage.

Salaire mini­mum = salaire décent

L’as­tuce consiste donc à ne pas distin­guer les problèmes. La fonc­tion des minima sociaux est d’as­su­rer une redis­tri­bu­tion soli­daire visant à faire recu­ler la pauvreté. La fonc­tion du salaire mini­mum est autre : elle consiste à garan­tir à chacun un salaire décent, ce que les Britan­niques appellent un living wage.

Voilà la défi­ni­tion qu’en donne un rapport de l’agence euro­péenne d’Euro­found : « une mesure du revenu qui garan­tit à un sala­rié un niveau de vie de base mais socia­le­ment accep­table, calculé à partir d’un panier de biens et services. » Le même rapport constate que là où le calcul est fait, le living wage est « systé­ma­tique­ment supé­rieur au salaire mini­mum légal. »

(…) Les résul­tats de cette étude sont résu­més dans une lettre de l’ONPES où l’on apprend que : « globa­le­ment les budgets de réfé­rence pour une parti­ci­pa­tion à la vie sociale se situent (pour un ménage logé dans le parc social) entre 1 424 euros pour une personne active seule et 3 284 euros pour un couple avec deux enfants. » On est effec­ti­ve­ment large­ment au-dessus du Smic !

Le recours à la prime d’ac­ti­vité et les baisses de coti­sa­tions sociales ont fina­le­ment un point commun : elles enté­rinent le discours patro­nal sur un coût du travail exces­sif. C’est donc à l’Etat d’en prendre une partie crois­sante à sa charge. Tout cela au nom de l’em­ploi.

Le Smic ennemi de l’em­ploi ?

Pour la ministre du Travail Muriel Péni­caud, « le coup de pouce au Smic, on sait que ça détruit des emplois, donc ça n’est pas la bonne méthode. » Mais ce qu’on sait surtout, c’est qu’on ne sait rien, car rien ne vient étayer ce théo­rème.

(…)

Cette absence en France de fonde­ments empi­riques au savoir offi­ciel est trou­blant, quand on la compare aux nombreuses études portant sur d’autres pays. Voici un petit flori­lège. Au Royaume-Uni, le rapport de la Low Pay Commis­sion ne trouve « aucun effet néga­tif statis­tique­ment signi­fi­ca­tif du salaire mini­mum sur l’em­ploi. » Une autre analyse détaillée confirme que « la Grande-Bretagne a doublé son salaire mini­mum depuis 2000 sans effet notable sur le chômage. »

(…)

Sur l’en­semble des pays de l’OCDE, Simon Sturn ne trouve « aucune indi­ca­tion d’ef­fets impor­tants sur l’em­ploi des travailleurs peu quali­fiés et des jeunes. Les élas­ti­ci­tés esti­mées sont faibles et statis­tique­ment indis­cer­nables de zéro. »

« Rien ne prouve que l’aug­men­ta­tion du salaire mini­mum est coûteux en emplois », Paul Krug­man

Aux Etats-Unis, le débat est très animé depuis une salve d’ar­ticles de Katz et Krue­ger (1992) puis de Card et Krue­ger (1993), utili­sant une « expé­rience natu­relle », à savoir l’évo­lu­tion diffé­rente du salaire mini­mum dans les diffé­rents Etats.

Paul Krug­man a résumé ainsi le nouveau consen­sus dans une chro­nique parue en juillet 2015 dans le New York Times : « (…) Rien ne prouve que l’aug­men­ta­tion du salaire mini­mum est coûteux en emplois. » Le conseil des conseillers écono­miques du président (Obama à l’époque) arrive en octobre 2016 à la même conclu­sion : « Les revues de litté­ra­ture sur le salaire mini­mum montrent que les effets esti­més sur l’em­ploi sont géné­ra­le­ment proches de zéro. »

De plus, l’aug­men­ta­tion du salaire mini­mum a bien pour effet de faire bais­ser le taux de pauvreté, comme le montre encore une autre étude. L’US Census Bureau constate lui aussi que « l’aug­men­ta­tion du salaire mini­mum engendre une crois­sance des gains au bas de la répar­ti­tion, et ces effets persistent et prennent même de l’am­pleur sur plusieurs années. »

L’in­ven­ti­vité des experts

En France, les experts manda­tés pour le faire, redoublent d’in­ven­ti­vité pour décon­si­dé­rer le Smic. Nous avions décor­tiqué ces argu­ments dans un docu­ment de travail de l’Ires, synthé­tisé dans une lettre. L’un des argu­ments contre­faits consiste à dire que les moda­li­tés d’in­dexa­tion du Smic crée­raient une circu­la­rité perverse et infla­tion­niste, notam­ment par son rôle d’en­traî­ne­ment sur les minima de branches.

Il est au contraire impor­tant de souli­gner que la réfé­rence au Smic a des effets protec­teurs pour la fixa­tion des salaires conven­tion­nels de branche. Une étude de la Dares a cher­ché à décom­po­ser leur progres­sion en deux éléments : la mise en confor­mité avec les hausses du Smic (« effet Smic ») et une augmen­ta­tion auto­nome (« hors Smic »). On véri­fie alors que la contri­bu­tion de l’ef­fet Smic est signi­fi­ca­tive, mais que sa diffu­sion dans l’échelle des salaires est rela­ti­ve­ment limi­tée, comme le montre Erwan Gauthier, écono­miste à la Banque de France.

Mais cet ancrage au Smic remplit une fonc­tion essen­tielle : la garan­tie de progres­sion du Smic, auto­ri­sée par ses règles d’in­dexa­tion, rend impos­sible toute dérive à la baisse des salaires conven­tion­nels dans les branches à bas salaires. (…)

L’of­fen­sive contre le Smic s’ins­crit donc dans un projet plus large de décon­nexion entre travail et salaire et de décen­tra­li­sa­tion de la négo­cia­tion collec­tive. C’est une offen­sive poli­tique, sans soutien écono­mique.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.