Aller au contenu

Gene­viève Legay est hors de danger. / Macron a menti à son propos

Voici des extraits d’un article de Nice matin à propos de la santé de notre cama­rade. Puis des extraits d’un article de Media­part accu­sa­teur envers le poub­voir. Rappe­lons que Macron trou­vait « pas sage » de mani­fes­ter à cet endroit -là , ce jour -là. Le souriant protec­teur du voyou Benalla est déci­dé­ment un sale type; toujours et partout.

NICE-MATIN 02/04/2019 Dix jours après sa grave bles­sure à Nice, Gene­viève Legay quitte le service des soins inten­sifs

PAR Chris­tophe Cirone

Loin des polé­miques enfié­vrées qui ont suivi son hospi­ta­li­sa­tion, la mili­tante d’At­tac de 73 ans a quitté l’hô­pi­tal Pasteur, ce mardi, en toute discré­tion. Les équipes hospi­ta­lières devaient la trans­fé­rer vers un service de conva­les­cence du CHU de Nice.

 Gene­viève Legay avait été admise à l’hô­pi­tal dans un état très préoc­cu­pant, le samedi 23 mars. La mili­tante alter­mon­dia­liste avait été bles­sée au crâne lors de sa chute consé­cu­tive à une charge de la police, lors de l’acte XIX des “gilets jaunes” à Nice.

 Le pronos­tic médi­cal était réservé, au cours des deux premiers jours suivant sa chute. Son état de santé s’est ensuite amélioré, mais en suivant un parcours en dents de scie.


Inépui­sable éner­gie mili­tante

 Gene­viève Legay a notam­ment été victime de frac­tures du crâne, d’hé­ma­tomes sous-duraux et de frac­tures des côtes. Ces derniers jours, sa famille évoquait les violentes douleurs dont conti­nue à souf­frir la septua­gé­naire. Elle peut néan­moins, désor­mais, faire l’objet d’une prise en charge médi­cale moins contrai­gnante.

 Selon Frank Gaye, d’At­tac, Gene­viève Legay retrouve peu à peu son inépui­sable éner­gie mili­tante, en atten­dant de retrou­ver la forme physique. Son entou­rage a veillé à la préser­ver du tour­billon judi­ciaire, poli­tique et média­tique autour de cet épisode qui a marqué les esprits, ryth­mant l’ac­tua­lité natio­nale toute la semaine écou­lée.

 Reve­nant sur ses premières décla­ra­tions, le procu­reur de la Répu­blique de Nice a reconnu, vendredi, que la mili­tante avait bien été pous­sée par un poli­cier. Depuis, ce dernier a exprimé ses regrets, tout en préci­sant avoir agi dans un strict cadre légal. Une infor­ma­tion judi­ciaire est ouverte pour mieux comprendre les moti­va­tions de son geste.

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Media­part.

Mani­fes­tante bles­sée à Nice: la version de Macron et du procu­reur contre­dite par des poli­ciers

28 mars 2019 PAR Pascale Pasca­riello

La mili­tante Gene­viève Legay a été grave­ment bles­sée lors des mani­fes­ta­tions du samedi 23 mars à Nice. Le président de la Répu­blique et le procu­reur ont depuis affirmé que les forces de l’ordre ne l’avaient pas touchée. Or, le jour même de la mani­fes­ta­tion, un rapport poli­cier, consulté par Media­part, attes­tait du contraire. Nous avons égale­ment recueilli d’autres témoi­gnages qui renforcent l’idée d’un mensonge orches­tré.

Le mensonge des auto­ri­tés est gros­sier. Depuis le samedi 23 mars, des vidéos et des versions contra­dic­toires circulent avec une ques­tion centrale : Gene­viève Legay, porte-parole d’At­tac, grave­ment bles­sée lors d’un rassem­ble­ment à Nice, a-t-elle été heur­tée par les forces de l’ordre ? Le président de la Répu­blique et le procu­reur de la Répu­blique n’ont eu de cesse de répondre par la néga­tive à cette ques­tion. Mais selon les infor­ma­tions obte­nues par Media­part, un poli­cier expliquait le jour même du rassem­ble­ment sur procès-verbal qu’au vu des premiers éléments de l’enquête, la victime, âgée de 73 ans, avait été heur­tée par « un homme portant un bouclier ».

Les images diffu­sées depuis le 23 mars, qui ont provoqué une forte émotion dans le pays, montrent cette mili­tante histo­rique en train de mani­fes­ter paci­fique­ment avec un drapeau arc-en-ciel à la main, et quelques secondes après, soudai­ne­ment allon­gée au sol avec du sang autour du visage.

Gene­viève Legay a été hospi­ta­li­sée pour « hémor­ra­gie ménin­gée fron­tale gauche, héma­tome occi­pi­tal droit, héma­tome céré­bel­leux droit, frac­ture de l’os rocher droit, frac­ture de l’os parié­tal droit, frac­ture médico-sphé­noï­dale ».

Le jour même, Jean-Michel Prêtre, le procu­reur de la Répu­blique de Nice, ouvre une enquête« en recherche des causes des bles­sures » et affirme qu’elle a chuté « et s’est cognée contre un pylône fixe ». Le lundi 25 mars, avec autant d’as­su­rance, il indique, lors d’une confé­rence de presse, que Gene­viève Legay « n’a pas été touchée par des poli­ciers. Il n’y a aucun contact direct entre un poli­cier et cette dame ».

Pour­tant, les premiers éléments de l’enquête contre­disent ces affir­ma­tions. Dans un procès-verbal que Media­part a pu consul­ter, daté du 23 mars à 19 h 05, un offi­cier de police judi­ciaire (OPJ) écrit : «  Selon les premiers éléments recueillis, la septua­gé­naire aurait été bous­cu­lée par un homme qui portait un bouclier, sans plus de préci­sions [sic] ».

Au cours de son audi­tion, un autre poli­cier, ayant parti­cipé à la charge, précise : « Nous avons chargé, donc effec­ti­ve­ment nous avons poussé les personnes devant nous. (…) C’est après la charge en me retour­nant que j’ai constaté qu’une femme était à terre. »

Dans un entre­tien avec Nice Matin, publié le lundi 25 mars, le président de la Répu­blique déclare que « pour avoir la quié­tude, il faut avoir un compor­te­ment respon­sable. (…) Quand on est fragile, qu’on peut se faire bous­cu­ler, on ne se rend pas dans des lieux qui sont défi­nis comme inter­dits et on ne se met pas dans des situa­tions comme celle-ci ». Là encore, les premiers constats de l’enquête sont enter­rés : Emma­nuel Macron assure que « cette dame n’a pas été en contact avec les forces de l’ordre ».

Arié Alimi, avocat de la famille, a déposé plainte contre « X » pour « violence volon­taire en réunion avec arme par personnes dépo­si­taires de l’au­to­rité publique et sur personne vulné­rable ». « Notre plainte vise aussi Georges-François Leclerc, préfet des Alpes-Mari­times, pour compli­cité de violences volon­taires aggra­vées », et « nous dépo­sons égale­ment plainte pour subor­na­tion de témoin ».

En effet, selon l’avo­cat, « lorsque Madame Legay s’est réveillée à l’hô­pi­tal, le samedi 23 mars 2019, elle a indiqué que des poli­ciers sont venus à deux reprises dans sa chambre et qu’une poli­cière a essayé avec insis­tance de lui faire dire que c’était un camé­ra­man qui l’avait bous­cu­lée, et non les forces de l’ordre ».

(…)

Joint par Media­part, Bernard M. affirme lui aussi avoir vu Gene­viève Legay « pous­sée par un poli­cier et son bouclier pendant la charge. Une fois à terre, un poli­cier l’a traî­née. Elle a reçu des coups de pied. Et elle a été dépla­cée à deux mètres de sa chute, près d’un plot, d’un pylône ». Ce chef d’en­tre­prise à la retraite a alerté les poli­ciers sur les agis­se­ments de leurs collègues. « On m’a demandé de me taire. C’était effrayant. Je ne peux pas passer sous silence ce dont j’ai été témoin. » Le récit de Bernard soulève de grandes inter­ro­ga­tions quant à la version du procu­reur selon laquelle Gene­viève Legay aurait heurté un pylône. Ces coups pour­raient-ils être à l’ori­gine des côtes fêlées ?

Une chose est sûre, qui ressort de toutes les audi­tions : le commis­saire Rabah Souchi a donné l’ordre de char­ger. Comme le signale l’un des poli­ciers audi­tion­nés, « à un moment, je me retourne et j’en­tends Monsieur Souchi dire “Char­gez, char­gez !” Suite à ces ordres, nous avons chargé les trois sections en même temps. »

Certains poli­ciers ont enjambé Gene­viève Legay alors qu’elle était déjà grave­ment bles­sée, allon­gée et presque incons­ciente. (…)

(…) Ces faits sont là encore contre­dits par des poli­ciers qui ont affirmé lors de l’au­di­tion avoir poussé des mani­fes­tants lors de la charge.

Le procu­reur de la Répu­blique n’a pas donné suite à nos multiples demandes.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.